Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Resources > France : Quand l’anti-cléricalisme était pour les socialistes une forme de la (...)

France : Quand l’anti-cléricalisme était pour les socialistes une forme de la lutte de classe

vendredi 22 janvier 2016, par siawi3

Source : http://www.gaucherepublicaine.org/ecole-publique/document-leon-blum-le-parti-socialiste-et-lecole-1929/7397381

Document – Léon Blum : « Le Parti socialiste et l’Ecole » (1929) Ou Quand l’anti-cléricalisme était pour les socialistes une forme de la lutte de classe

mercredi 20 janvier 2016
Par ReSPUBLICA
http://www.gaucherepublicaine.org

Voir ce qu’étaient les positions socialistes en matière de laïcité lors du XXVIe congrès national du Parti socialiste S. F. I. O., tenu à Nancy les 9, 10, 11 et 12 juin 1929, procurera un choc rétrospectif. Les séquelles de la loi de 1905 continuaient à se faire sentir en Alsace et à l’égard des Congrégations, c’est l’occasion pour Blum, dans la fidélité à Jaurès, d’un propos ferme et clair sur un enseignement public « nationalisé » tourné vers l’émancipation.

Extrait de la résolution adoptée :

Dans sa bataille quotidienne, le socialisme trouve devant lui l’Église, hostile de même qu’à partir de la Révolution française, l’Église s’est alliée aux adversaires des droits de l’homme, de la République et de la démocratie, que la papauté n’a pas cessé de les condamner en principe et le clergé de les combattre en fait, de même elle a fait un pacte dès la naissance du socialisme avec le grand capitalisme. Le capitalisme a mis sa puissance au service des prétentions cléricales ; l’Église a mis son pouvoir au service du privilège capitaliste. Tels ils se trouvent toujours étroitement associés dans la commune résistance aux aspirations populaires, tels ils s’unissent en Italie pour asservir le peuple à la double contrainte de l’oppression dictatoriale et de la tutelle cléricale, tels on les voit en France s’appuyant l’un sur l’autre, poursuivre ensemble la conquête du pouvoir politique, peser ensemble sur leurs communs intérêts sur les gouvernements, les assemblées, la presse et le corps électoral, enfin s’assurer ensemble, par la pression et la menace, la soumission des individus et des familles qu’ils tiennent à leur merci. Pour toutes ces raisons tant doctrinales que politiques, le PS est anticlérical, c’est-à-dire au sens propre du terme, résolument opposé aux empiétements de l’Église sur tout ce qui n’est pas du domaine de la conscience. Le PS est anticlérical en tant qu’il rencontre l’Église dans toutes les entreprises de réaction politique et de conservatisme social. L’anticléricalisme pour lui, loin d’être raillerie mesquine ou persécution sectaire, signifie au contraire défense de la liberté pour tous, protection assurée de tous, contre toutes les forces coalisées de contrainte et devient une forme de sa lutte de classe.

Lire le compte rendu sténographique intégral en mode image sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109573r/f420.image de la page 417 à la page 423.