Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > definition and current debates > France : La laïcité n’existera que refondée dans une République (...)

France : La laïcité n’existera que refondée dans une République sociale

jeudi 4 février 2016, par siawi3

Source : http://www.gaucherepublicaine.org/respublica/la-laicite-nexistera-que-refondee-dans-une-republique-sociale/7397491

mercredi 3 février 2016

Par Évariste

Vous connaissez l’arbre qui cache la forêt ? Le voici : fabriquez une contradiction Valls-Bianco autour d’un observatoire solférinien et le tour est joué. Vous aurez d’un côté la majorité du camp dit « laïque » qui soutiendra le solférinien Valls soutenu par François Hollande et de l’autre la majorité de la gauche de la gauche qui soutiendra le solférinien Bianco également soutenu par François Hollande mais aussi par les adeptes du communautarisme anglo-saxon. C’est la « société du spectacle » de Guy Debord. Elle n’est pas belle l’histoire ? Eh oui, quand vous interrogez les responsables de la gauche de la gauche à Attac, Copernic, au PCF, à Ensemble, et bien au-delà, les voilà en soutien inconditionnel à Bianco, représentant de la droite du PS et du président Hollande.

Pour comprendre les choses, il suffit effectivement de relire La société du spectacle de Debord. Bien évidemment,Valls, qui peut remplacer Bianco par sa simple décision de Premier ministre, ne le fera pas car tout cela permet de cacher la forêt. La forêt, dans un moment de crise, est constituée de politiques d’austérité, de reculs des conquis sociaux d’hier, d’augmentation de la misère, de la pauvreté, de la précarité, des inégalités sociales. Jamais autant d’argent n’a alimenté le communautarisme et l’intégrisme religieux. Même la majorité de la gauche de la gauche feint de ne pas le voir, elle qui croit encore en la possibilité d’une alliance électorale de type clientéliste avec le communautarisme religieux1.

S’il faut désigner celui qui est le moins laïque des deux, difficile de ne pas désigner celui qui fut nommé par Jean-Marc Ayrault sur ordre de François Hollande, Jean-Louis Bianco, le spécialiste des « accommodements déraisonnables » avec les communautaristes et les intégrismes religieux, y compris avec l’extrême droite islamiste, c’est-à-dire des organisations proches de la confrérie des Frères musulmans, des salafismes et de la mouvance des Indigènes de la république.

Mais est-ce qu’avec Valls, nous avons une politique laïque en marche ? La mairie socialiste de Créteil finance pour un million d’euros la reconstruction de la cathédrale de Créteil, le département du Val-de-Marne fait de même avec 400.000 euros. Tout cela avec l’accord du préfet aux ordres du gouvernement et avec l’accord général des directions des partis d’extrême droite, de droite, de gauche, Front de gauche compris. La manipulation est connue et soutenue par Valls et Bianco enfin réunis : faire comme si le culturel et le cultuel, c’était la même chose ! Alors que le président du conseil général de Guyane souhaite ne plus payer les salaires des prêtres catholiques (comme l’y oblige un arrêt de Charles X de 1828), voilà l’exécutif (président de la République, Premier ministre et ministre de la Justice) qui le somme de respecter la loi.

Le Premier ministre Valls décide, non de laïciser le statut scolaire et le statut des églises en Alsace-Moselle, mais d’engager le développement de la pratique communautariste de type concordataire en Alsace-Moselle en octroyant au culte sunnite les mêmes avantages financiers qu’aux cultes catholique, israélite et aux deux cultes protestants. Le 101ème département français, Mayotte, se développe sans l’application du principe de laïcité.

En faisant en sorte qu’il y ait plus d’argent par élève dans l’école privée confessionnelle catholique (96 % de l’enseignement privé) que dans l’école publique, le gouvernement français aide cette école à redevenir l’école de la bourgeoisie au côté d’une petite filière d’écoles publiques. Sans oublier la réforme des rythmes scolaires, non obligatoire dans les écoles privées confessionnelles sous contrat, où on remplace des enseignants – au mieux – par des titulaires d’animateurs du BAFA.

Qui aujourd’hui défend le Serment de Vincennes de 1961 (pétition de plus de 10 millions de personnes soutenue par toute la gauche d’alors !) aux termes duquel l’argent public ne devait aller qu’aux services publics et donc qu’à l’école publique ? Non à une laïcité de circonstance qui oublie l’entièreté du combat laïque !

Le solférinien Jean-Louis Bianco déclare que l’Observatoire de la laïcité est indépendant du Premier ministre même quand Jean-Marc Ayrault invite tous les fonctionnaires qu’il a nommés de voter comme un seul homme avec Jean-Louis Bianco contre la crèche Baby-Loup ? Il suffit de voir comment est constitué cet observatoire, par des hauts fonctionnaires représentant leurs ministères, pour comprendre que l’indépendance est une fiction destinée à ceux qui ne veulent pas voir. En fait, les dirigeants solfériniens de l’Observatoire (Bianco et Cadène) agissent comme cela car ils se savent soutenus par François Hollande, partisan d’un accord concordataire en France, et que l’action de Valls ne contredit pas (voir plus haut). Quant à participer, comme responsables d’une structure aussi dépendante du solférinisme d’État à la signature d’un texte sans contenu et dont le seul élément important est d’être un texte élaboré par la mouvance des Indigènes de la république et des proches de la confrérie des Frères musulmans, ils ne peuvent l’avoir fait sans l’accord du Président de la République.

S’il y a bien plusieurs gauches, il n’y a qu’une authentique laïcité hors du relativisme culturel prôné et développé par le mouvement réformateur néolibéral : celle que Jean Jaurès a défendue au début du 20ème siècle et accompagnée du contenu des trois circulaires du Front populaire (1er juillet 1936, 31 décembre 1936 et 15 mars 1937), rendues obligatoires par la hiérarchie des normes suite au cavalier législatif de Lionel Jospin de 1989 et que l’on retrouve dans la loi du 15 mars 2004. C’est la laïcité qui accorde le primat de la liberté de conscience, de l’universalité de son application, qui institue la séparation entre la société civile d’une part et les sphères de l’autorité politique et de constitution des libertés (école, services publics, protection sociale) d’autre part, celle enfin qui tire la leçon du fait que le lien politique entre les citoyens n’a pas besoin d’un lien religieux préalable. Cela implique bien sûr pour tout citoyen éclairé de combattre les deux dérives de cette laïcité : d’abord l’ultra-laïcisme anti-laïque d’une partie de la droite et de l’extrême droite qui veut utiliser le mot « laïcité » uniquement contre les musulmans, mais aussi de la laïcité d’imposture (que certains nomment « adjectivée »), fréquente chez les néolibéraux de gauche et dans la gauche de la gauche.

Bien évidemment, tout cela renvoie à la nécessité d’une intégration républicaine non seulement des populations immigrées mais de tous les Français, quelle que soit leur origine. Tous les Français ont besoin de se sentir intégrés à la République mais cela ne peut se faire que si la République est sociale2 ! Et il y a longtemps qu’elle ne l’est plus ! Pour cause de crise économique, due à la crise du capital et du profit. Autrement dit, la bataille ne peut être que globale et donc sociale, économique, laïque, écologique, démocratique et féministe.

Bien évidemment, nous devons être d’une grande fermeté sur la base d’un anti-racisme laïque radical qui protège tous les ressortissants français et résidents de notre pays, incluant donc les juifs et les musulmans, mais aussi tous les autres, chrétiens, agnostiques et athées.
Et nous devons garder le droit de critiquer toutes les religions et idéologies, y compris l’islam, le judaïsme et le christianisme, notamment lorsque certains veulent supprimer la loi de séparation des églises et de l’État ou lorsque ces religions menacent l’égalité des hommes et des femmes ou l’ordre public ou l’ordre social.

Notes :

1. Cette croyance s’exprime dans une partie de la gauche de la gauche par le fait que dans son discours elle remplace le rôle que la théorie marxiste donne à la classe ouvrière exploitée, qui doit devenir consciente et mobilisée, par celui de l’islam censé être la religion des pauvres avec qui il faut s’allier contre l’impérialisme américain et occidental.
Cette triple incohérence (remplacement théorique des « exploités » par les « pauvres », vouloir combattre l’impérialisme en s’associant à l’un de ses alliés, abandon de la classe populaire ouvrière et employée non islamisée qui se réfugie pour l’instant dans l’abstention) en crée une nouvelle, accepter le relativisme culturel du néolibéralisme qui veut que l’obscurantisme soit placé pour le peuple au même niveau que la vérité scientifique et en tout cas prime sur l’émancipation des femmes.

2. Une République sociale au XXIe siècle est un processus émancipateur, alternatif au modèle politique néolibéral et au capitalisme lui-même, qui enclenche un développement de ses principes constitutifs : liberté, égalité, fraternité, laïcité, démocratie, solidarité, souveraineté populaire, sûreté, universalité, développement écologique et social. Pour cela, quatre ruptures sont nécessaires : démocratique, laïque, sociale et écologique. Ses exigences indispensables sont de dégager la sphère de constitution des libertés (école, services publics, protection sociale) du marché, d’engager la réindustrialisation du pays, une nouvelle politique de la nationalité et de l’immigration, une refondation européenne hors de l’union européenne et de la zone euro, une vraie égalité hommes-femmes pour toutes les femmes, une socialisation progressive des entreprises par un changement radical du droit de propriété des dites entre prises. Le tout grâce à une stratégie de l’évolution révolutionnaire décrite en 1850 par Marx, réactualisé par Jean Jaurès et à réactualiser de nouveau pour le XXIe siècle.