Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > Alors que le Yémen saigne, les profits britanniques de la vente des armes « (...)

Alors que le Yémen saigne, les profits britanniques de la vente des armes « Enterrent les droits humains »

samedi 6 février 2016, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : http://www.informationclearinghouse.info/

Par Felicity Arbuthnot

“Dans le miroir qu’ils regardent,
L’image de l’impérialisme
Et le mal international »
(W.H. Auden, 1907-1973)

Février 04, 2016 "Information Clearing House" - "GR" –

Il est plus que possible de spéculer pourquoi le Premier ministre David Cameron a déclaré que sa mission était d’abandonner la Loi sur les droits humains – qui est incorporée dans la Convention européenne des droits humains – il est apparu qu’il ne croit simplement pas dans les droits humains.

Comme exemple, le fait que l’Arabie saoudite ait exécuté – y compris des décapitations – 47 personnes en un jour, le mois dernier, exposant leurs corps à des gibets, n’a pas réussi à le dissuader d’avoir ses experts militaires britanniques à travailler avec leurs homologues saoudiens, les conseillant quelles cibles - et quels gens, semble-t-il – à bombarder au Yémen. Le Parlement n’a pas été consulté, donc sans opportunité de débat et de vote, la démocratie aussi a été suspendue.

Le fait qu’en mai 2013, les Saoudiens avaient aussi décapité cinq Yéménites, et avaient ensuite utilisé des grues pour exposer leurs corps sans tête vers l’horizon (Al-Akhbar, 21st May 2013) ne l’a pas dérangé non plus. Pas plus que le 10 novembre 2015, l’année où le total des exécutions avait déjà atteint 151, le plus grand nombre depuis vingt ans, dans ce qu’Amnistie International a nommé « une folie d’exécutions sanglantes ».

Mais pourquoi se soucier des droits humains ou de sauvagerie absolue quand il y a des armes à vendre ? Comme écrit précédemment, dans une seule période de trois mois, l’an dernier, les ventes d’armes du RU aux Saoudiens ont monté en flèche de 11.000 %. D’un simple neuf millions de livres, les trois mois précédents : « Le chiffre exact pour les licences d’exportation d’armes britanniques de juillet à septembre 2015 a été de £ 1.066.216.510 dans des licences d’exportation dites « ML4 », qui ont rapport à des bombes, des missiles, des fusées et les composants de ces objets.

Le gouvernement de Cameron traite une telle barbarie avec une sanguinity ( ???) étonnante. Par exemple, on a appris qu’en 2011 le RU avait dressé une liste de 30 « pays prioritaires » où des diplomates britanniques seraient « encouragés » à aller de l’avant avec dynamisme » et à faire des progrès pour l’abolition de la peine de mort endéans les cinq ans. L’Arabie saoudite n’était pas sur la liste, une omission que le chef de la politique d’Amnistie international, Alan Hogarth avait appelée « étonnant. » (Independent, 5 Janvier 2016.) Cependant, une porte-parole des Affaires étrangères avait dit à l’ Independent que : « une liste complète des pays concernés a été publiée en mars 2015 dans le Rapport annuel des droits humains (RU) et qu’elle comprenait l’Arabie saoudite et son utilisation de la peine capitale. »

Faux. Dans le rapport (1) sous « Abolition de la peine de mort » il y a une forte concentration sur des pays du « Commonwealth des Caraïbes » (RU) et une allusion fortuite et servile aux US, mais pas de mention des saoudiens.

Sous « Peine de mort », la Jordanie et le Pakistan étaient mentionnés, comme l’était une attention spéciale sur deux…régions, l’Asie et le Commonwealth des Caraïbes. » Singapour, la Malaisie, la Chine et Taïwan, le Japon (pour ce dernier, trois exécutions en 2014), Suriname et le Vietnam sont cités. On ne trouve nulle part l’Arabie saoudite.

Sous le titre Prévention de la torture, il y a une citation de David Cameron : « La torture est toujours mal », (9 Décembre, 2014.). Le paragraphe 1 comprend : « L’impact sur les victimes, leurs familles et leurs communautés est dévastateur. Elle ne peut être justifiée en aucune circonstance. » Un certain nombre de pays sont cités. Vous n’aurez aucun mal à deviner, malgré les pratiques de torture médiévale, qui n’en est pas.

Cependant, sous « Justice criminelle et l’application de la loi » on trouve :

Le département des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO) a publié une information révisée sur les aspects des droits humains de l’OSJA (Overseas Security and Justice Guidance) (Conduite sur la sécurité et la justice à l’étranger) en février 2014. L’information assure que les officiels font le maximum pour identifier les risques d’actions du RU causant des conséquences non intentionnées des droits humains. »

Quelle ironie alors que David Cameron remue actuellement ciel et terre pour arrêter une action légale contre des soldats britanniques accusés d’actes de violations extrêmes des droits humains en Irak. Comme Lesley Docksey l’a écrit (2) :

Les dits « militaires courageux » courent le risque d’être amenés au tribunal au sujet de leur traitement abusif, et certains cas de meurtre, de détenus irakiens pendant l’invasion de l’Irak. Des centaines de plaintes ont été déposées avec Historic Allegations Team d’Irak (IHAT), qui a investigué entre 1.300 et 1.500 cas. Beaucoup sont de simples plaintes de mauvais traitement pendant la détention, mais certaines sont beaucoup plus sérieuses :

· La mort alors qu’ils étaient détenus par l’armée britannique

· La mort hors de la base de l’armée britannique ou après un contact avec l’armée britannique

· Beaucoup de morts à la suite « d’incidents de tir ». »

Pire, le gouvernement britannique considère d’agir contre une des firmes de droits s’occupant de certains des cas. Leigh Day, avec une autre, Public Interest Lawyers, (Avocats pour l’intérêt public) sont dans sa vision. Quand il s’agit d’hypocrisie, David Cameron est difficile à battre.

Cela vaut la peine de noter que dans la propre liste de « pays avec des inquiétudes humanitaires » du gouvernement du RU, d’après La campagne contre le commerce des armes (CAAT), le RU a vendu des armes à 24 pays sur les 27 présents, avec l’Arabie saoudite dans un marché pour acheter 72 Eurofighter Typhoon aériens dans un marché valant finalement £4,5 milliards. (3)

« A côté de l’achat de jets Typhoon, des marchés majeurs entre l’Arabie Saoudite et des compagnies britanniques incluent un accord de £ 1,6 milliards pour des jets de combat Hawk et une masse de mitrailleuses, de bombes et de gaz lacrymogène.

« En fait, l’Arabie saoudite a l’accès à deux fois plus d’avions de guerre de fabrication britannique que la RAF, tandis que des bombes originairement stockées par les forces armée de Grande Bretagne sont envoyées en Arabie saoudite » - pour décimer actuellement le Yémen.

« Le message primordial est que les droits humains jouent le second violon par rapport aux profits de compagnies, » a dit le porte-parole Andrew Smith de CAAT, ajoutant : « Le gouvernement et des autorités locales dans tout le pays profitent directement des bombardements du Yémen. Les contester pour se défaire de l’Arabie saoudite…est quelque chose que les gens peuvent faire directement. »

A la lumière d’un rapport de 51 pages de l’ONU sur le bombardement du Yémen obtenu par différentes parties le 27 janvier, le dirigeant du Labour, Jeremy Corbyn a appelé à une suspension immédiate de la vente d’armes aux Saoudiens, en attente de la sortie d’une enquête indépendante. David Cameron a déclaré grotesquement que : « La Grande Bretagne avait les règles les plus strictes concernant les ventes d’armes que n’importe quel autre pays dans le monde. »

Pourtant, dans une des découvertes clé, le rapport d l’ONU (4) dit :

« Le comité a informé que la coalition avait exécuté des frappes aériennes qui visaient des civils et des objets civils, en violation avec le droit humanitaire international, y compris des camps pour les personnes déplacées de l’intérieur et des réfugiés ; des rassemblements de civils, y compris des mariages, des véhicules civils, y compris des bus ; des quartiers résidentiels de civils, des institutions médicales, des écoles, des mosquées ; des marchés, des fabriques, des entrepôts de stockage alimentaire et d’autres infrastructures civiles essentielles comme l’aéroport à Sana’a, le port de Hudaydah et des routes de transit intérieures. »

Il ajoute : « Le comité a informé sur 119 sorties de la coalition en rapport avec des violations du droit humanitaire international. »

Il rapporte aussi des cas de civils fuyant et étant pourchassés et abattus par des hélicoptères.

De plus, il a déclaré que la crise humanitaire était combinée par le blocus saoudien de bateaux transportant des combustibles, de la nourriture et d’autres choses essentielles qui essayaient d’atteindre le Yémen.

Le comité a dit : « que les civils étaient affectés disproportionnellement » et déplorait les tactiques que « constitue l’utilisation interdite de la faim comme méthode de faire la guerre. » (Emphase ajoutée)

David Mepham, directeur de Human Rights Watch du RU a commenté : “Pendant près d’un an, (le Secrétaire aux Affaires étrangères Philip) Hammond a prononcé la déclaration fausse et trompeuse qu’il n’y avait pas de preuves de violations des lois de la guerre par l’allié saoudien du RU et d’autres membres de la coalition. »

Le Ministre de la Défense du RU, refusant de dire combien de conseillers militaires du RU étaient dans les centres de commandement et de contrôles saoudiens, a dit que le RU¨…« offrait à l’Arabie saoudite des conseils et un entraînement sur les meilleures techniques de ciblage pour aider à assurer un respect continu du droit humanitaire international. » (Guardian, 27 Janvier 2016.) Encore une autre citation des fichiers ‘You could not make this up’ (??? On ne peut pas inventer cela).

On doit se demander si « la meilleure pratique de ciblage technique du Ministre » inclut la près de 100 attaques contre des institutions médicales entre mars et octobre 2015, une pratique qui a obligé la Croix Rouge, en novembre, à déclarer que l’organisation : « était scandalisée par les attaques continues contre des établissements de soins de santé au Yémen… » (5)

Elle a publié sa déclaration après que : » l’hôpital Al-Thawra, un des établissements principal de soins de santé à Taiz qui fournit un traitement à +/- 50 personnes blessées chaque jour avait apparemment été bombardé plusieurs fois…) « Ce n’est pas la première fois que des institutions de santé ont été attaquées …Près de 100 incidents similaires ont été rapportés depuis mars 2015. (Emphase ajoutée)

« Des attaques délibérées d’institutions de santé représentent une violation flagrante du droit humanitaire international (IHL) »

Une tentative antérieure pour que le Conseil des droits humains de l’ONU établisse une enquête avait échoué à cause des objections de l’Arabie saoudite, qui, avec l’aide de la Grande Bretagne, préside actuellement un comité influent dans le même Conseil des droits humains. La farce est vivante et bien vivante dans les corridors de l’ONU.

Les attaques répétées ciblées contre des institutions médicales et d’autres buildings protégés par l’IHL et des endroits de sanctuaires est un témoignage d’un mépris total pour le droit humanitaire international, par les Britanniques, les US et leurs alliés et ceux qu’ils « conseillent », depuis les Balkans jusqu’en Afghanistan, l’Irak, la Syrie, la Libye et maintenant le Yémen.

Pourtant, malgré les horreurs dont souffrent et meurent les Yéménites, et le déficit scandaleux des droits humains des Saoudiens, le Ministre des Affaires étrangères du RU, Tobias Ellwood, un ancien soldat, né Américain, dans une visite en Arabie saoudite, le mois dernier, a été cité dans le journal du pays Al Watan comme révélant « l’ignorance des Britanniques concernant les progrès notables en Arabie saoudite dans le domaine des droits humains, confirmant par la visite d’une délégation britannique FCO (Foreign and Commonwealth Office) … qu’il avait exprimé cette opinion concernant la situation des droits humains en Arabie saoudite devant le Parlement britannique, et que le progrès notable avait été obscurci. » (Voir 6 : « L’Arabie saoudite incitée à faire plus sur ses succès en droits humains par le Ministre des Affaires étrangères Tobias Ellwood. »)

Le département des Affaires étrangères a fortement nié qu’Ellwood ait exprimé une telle vue.

On a rapporté que la coalition dirigée par les Saoudiens, conseillée par les Britanniques et le « renseignement » fourni par les US avait formé « une équipe indépendante d’experts » pour évaluer « les incidents » (qui devraient être décrits comme atrocités et crimes de guerre) afin de tirer des conclusions, les leçons apprises… » etc. (7) Donc, comme toujours, c’est le pyromane qui va investiguer la cause du feu.

Amnistie, Human rights Watch, Médecins Sans Frontières (Qui a eu trois institutions médicales bombardées) et la Campagne pour stopper le bombardement au Yémen ont tous appelé à une enquête indépendante avec le pouvoir que ceux qui sont responsables des atrocités répondent de leurs actes. Aucun de ceux-là, cependant, ne ramènerait les morts, ne rétablirait les mutilés, les défigurés, les sans membres ou l’ancien beau Yémen ruiné – un autre Paradis perdu historique.

Notes :

1. https://www.gov.uk/government/publications/human-rights-and-democracy-report-2014/human-rights-and-democracy-report-2014

2. http://www.globalresearch.ca/historic-abuse-of-iraqi-prisoners/5504852#sthash.jkA52JCt.dpuf

3. http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/uk-has-sold-56bn-of-military-hardware-to-saudi-arabia-under-david-cameron-research-reveals-a6797861.html

4. http://www.theguardian.com/world/2016/jan/27/un-report-into-saudi-led-strikes-in-yemen-raises-questions-over-uk-role

5. https://www.icrc.org/en/document/yemen-attacks-health-care-facilities-must-stop

6. http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/saudi-arabia-should-make-more-of-its-human-rights-successes-says-foreign-office-minster-tobias-a6837866.html

7. http://www.theguardian.com/world/2016/feb/01/saudi-inquiry-war-claims-yemen-inadequate-say-rights-groups