Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Esclave sexuelle et survivante de Daesh

Esclave sexuelle et survivante de Daesh

mardi 23 février 2016, par siawi3

Source : Courrier de la MMF n°306, 20 février 2016

Esclave sexuelle et survivante de Daesh : Nadia Murad Basee Taha vient témoigner à Paris
Témoignage

Nadia Murad Basee Taha est une jeune femme Yézidie de 21 ans, survivante de Daesh. En août 2014, des hommes armés entrent dans son village et tuent tous les hommes. Six de ses frères sont tués. Les femmes et les enfants sont emmenés à Mossoul où ils seront vendus ou échangés contre des cadeaux.

Comme des milliers d’autres, Nadia est vendue à un homme dont elle sera l’esclave sexuelle. Violée et battue par cet homme et son entourage, elle parvient à s’enfuir après trois mois de captivité. Elle est aujourd’hui réfugiée en Allemagne.

En décembre 2015, Nadia Murad Basee Taha a témoigné de l’esclavage sexuel massif par Daesh devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Depuis, elle fait le tour du monde afin de dénoncer les massacres et tortures infligées par l’Etat Islamique et de mobiliser la communauté internationale en soutien aux milliers de femmes Yézidies toujours captives de Daesh. Elle a été reçue par la Maison Blanche et par de nombreux chefs d’Etat.

Le 6 janvier 2016, le Gouvernement irakien a nominé Nadia Murad Basee Taha pour le Prix Nobel de la Paix. L’ancien procureur général de la Cour Pénale Internationale, Luis Moreno Ocampo, s’est joint à cette nomination.

Nadia Murad Basee Taha sera accompagnée à Paris par Murad Ismael, directeur exécutif de l’association Yazda. Cette association basée aux Etats- Unis a pour mission de venir en aide aux victimes du génocide Yézidi d’août 2014. Elle se bat aussi pour établir la vérité sur les massacres qu’ont subis les Yézidi.e.s au Nord de l’Irak et au Nord-Est de la Syrie et obtenir justice, protection et réparation.

Selon Yazda, le génocide commis contre les Yézidis par Daesh dans les régions du Sinjar, de la plaine de Niveneh et en Syrie a entrainé la mort de 3000 à 5000 civils, l’enlèvement de 5000 à 7000 personnes, principalement des femmes et des enfants, et le déplacement de 400 000 personnes.