Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > France : Tensions au Parti Communiste au sujet de la laicité

France : Tensions au Parti Communiste au sujet de la laicité

mercredi 24 février 2016, par siawi3

Source : http://www.ufal.org/laicite/au-pcf-jean-paul-scot-et-regis-debray-font-salle-comble-pour-la-laicite/?utm_source=mailup&utm_medium=courriel&utm_campaign=flash

Au PCF, Jean-Paul Scot et Régis Debray font salle comble pour la laïcité

Par Charles Arambourou

le 22 février 2016

Nous avions promis de vous rendre compte de cette « agora de l’Humanité », organisée le jeudi 11 février sous la coupole de l’immeuble du PCF, place du Colonel Fabien. Si la laïcité fait manifestement toujours recette chez les électeurs et sympathisants communistes, elle indispose toujours l’appareil du « parti » ! Tel était bien le sens de l’intervention « préventive » dans l’Huma du 4 février de P. Dharréville, dirigeant national, que nous avons commentée.

L’assistance du colloque, attentive et nombreuse (quoique peu « diverse »), a montré, par ses applaudissements, son attachement à « la laïcité tout court ». Un Ufalien ne pouvait qu’apprécier : rappel des conditions historiques et politiques du vote de la loi de 1905, mise en exergue de la visée émancipatrice de la laïcité, insistance sur sa dimension de rationalité issue des Lumières, différence clairement posée entre la sphère publique -astreinte au principe de laïcité-, et l’espace civil, lieu des libertés publiques (dont celle de religion).

Jean-Paul Scot, érudit, précis et enthousiaste, a bien souligné le combat de la République contre une Eglise qui voulait l’abattre, et nous a éclairés sur la mise entre parenthèses de la laïcité commise par la France colonialiste en Algérie. Il a rappelé, comme le fait notre ami Eddy Khaldi, l’invention de la « laïcité ouverte » par la Ligue de l’Enseignement, qui s’est rapprochée des protestants et de l’Eglise catholique après l’abandon par le PS de la loi Savary. Il n’a pas hésité, abordant les rapports de la laïcité et de l’islamisme, à dénoncer l’action de l’UOIF d’un côté, de l’autre les accommodements raisonnables des élus locaux. Régis Debray, lui, a manié son art de la formule, souvent heureuse, mais de façon plus distanciée. Tous les deux ont insisté sur le fait que la laïcité était, non une philosophie ou une croyance, mais un cadre juridique permettant la coexistence d’individus d’opinions différentes, non de communautés formant mosaïque.

On regrettera d’autant que Régis Debray se soit exprimé en faveur du maintien du statut des cultes en Alsace-Moselle, qui serait « davantage culturel que cultuel » comme il ose l’écrire dans son dernier ouvrage. Culturels, les dizaines de millions d’Euros versés par TOUS les contribuables français pour le salariat des prêtres ? Les privilèges accordés aux seuls cultes reconnus ? Régis Debray s’est livré là à un copier-coller des positions de l’Observatoire de la Laïcité, que l’UFAL a largement dénoncées. Rappelons que plusieurs associations laïques ont élaboré un plan permettant de sortir de façon progressive et concertée d’un statut aussi contraire à la liberté de conscience et à l’égalité des citoyens !

Mais le clou du spectacle, pour un observateur attentif, aura été l’intervention d’un apparatchik de service, venu rappeler qu’on était ici « dans l’immeuble du PCF », scandalisé qu’on n’ait invité personne de la commission (si malencontreusement nommée) « laïcité et rapports avec les croyants » (1). Et de dénoncer l’attaque menée contre le multiculturalisme, ou contre la Ligue de l’Enseignement, confirmant ainsi que l’appareil du PCF avait choisi la « ligne liquidatrice » (pour parler comme au bon vieux temps) de l’Observatoire, La Ligue, ou Edwy Plenel, voire les « Indigents » de la République. Vu les réactions excédées de la salle à sa tirade, l’intervenant a dû vivre un grand moment de solitude…

Cela nous confirme qu’il existe deux tendances opposées au PCF : un appareil allergique à la laïcité, et une base (électeurs ou sympathisants) largement laïque. Malheureusement, les militants et les élus qui restent sont souvent peu formés, voire désinformés sur le sujet ! Quant à L’Huma, reconnaissons qu’elle garde une certaine indépendance à l’égard de la direction du PCF : cette « agora » aura bénéficié dans ses colonnes d’une excellente préparation médiatique, et d’une couverture parfaite (2). Le journal annonce même 350 participants – triomphalement, on l’aura compris !

Notes
1. Commission qui gagnerait sans doute à auditionner des spécialistes comme Jean-Paul Scot, peu suspect d’anticommunisme…
2. On peut consulter l’enregistrement du colloque en ligne sur humanité.fr