Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Aux associations de défense des homosexuels en France de dénoncer (...)

Aux associations de défense des homosexuels en France de dénoncer l’intégrisme musulman

vendredi 4 mars 2016, par siawi3

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/28/aux-associations-de-defense-des-homosexuels-en-france-de-denoncer-l-integrisme musulman_4855535_3232.html#rEqAmIdF5Th4Zebj.99

Le Monde.fr | 28.01.2016 à 16h23 • Mis à jour le 28.01.2016 à 17h08

Par Alban Ketelbuters

Des attentats de janvier à ceux de novembre 2015, à l’heure où l’organisation État
islamique revendique une trentaine d’exécutions d’homosexuels syriens et irakiens, les associations gays et lesbiennes se sont montrées particulièrement silencieuses.

L’hostilité à l’égard du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe, la condamnation des procréations non traditionnelles ou la haine de quelques meutes
illettrées pour les « gender studies » – cette haine étant aujourd’hui proportionnelle à
l’incompréhension suscitée naguère par le célèbre « On ne naît pas femme, on le
devient » de Simone de Beauvoir – ont ravivé un débat ancien opposant nature et
culture ainsi que la contestation religieuse de l’égalité des sexes et des sexualités. À
cette occasion et à juste titre, l’intégrisme catholique n’a cessé d’être dénoncé.

A contrario, cela fait de nombreuses années que ces associations – qui aspirent à
davantage d’égalité, se battent a priori contre l’obscurantisme et se réclament en
général du féminisme – ne disent pas un mot sur l’intégrisme musulman. Pourquoi un
tel silence sur l’expansion spectaculaire d’un islam fondamentaliste et réactionnaire sur le sol français et européen ? Quel message d’amitié et d’espoir ces associations
adressent-elles aux homosexuel-le-s français-e-s issu-e-s de l’immigration maghrébine et africaine, à tous les homosexuels de culture ou confession musulmane vivant sur notre sol ? Se sont-elles senties contraintes de faire silence au nom de la vertueuse lutte contre « l’islamophobie » ?

Aucun parallèle ne peut être fait entre deux concepts et deux dynamiques fondamentalement opposées. Le mouvement homosexuel n’a cessé de militer pour
l’émancipation des minorités sexuelles. De sa critique virulente de la cellule familiale
dans les années 1970 au mariage pour tous, le mouvement gay n’a cessé de s’inscrire dans une perspective progressiste. Celles et ceux qui dénoncent en permanence « l’islamophobie » s’inscrivent dans la perspective inverse. Défenseurs du voile sous toutes ses formes, ils n’ont jamais défendu l’égalité des sexes, et encore moins celle des minorités sexuelles.

Depuis plusieurs années, « l’islamophobie » a été invoquée pour réfuter l’interdiction des signes ostensibles religieux dans les établissements scolaires, pour limiter au maximum la liberté d’expression, empêcher tout débat critique sur l’islam et stigmatiser le droit au blasphème. N’oublions pas que Charlie Hebdo n’a cessé d’être
accusé d’islamophobie ces dernières années pour avoir caricaturé le prophète des
musulmans. Malheureusement, certains appréhendent cette rhétorique contre
« l’islamophobie » non pour ce qu’elle est – une entreprise réactionnaire – mais comme une manière parmi d’autres de contrer les discriminations.

Cette confusion intellectuelle a pris un certain relief au lendemain des attentats de
janvier, lorsqu’une partie de la gauche, pour s’opposer au climat de « guerre sécuritaire », s’afficha main dans la main avec l’Union des organisations islamiques de
France (UOIF), caisse de résonance des Frères musulmans en France, qui a toujours été étrangère à la culture de gauche, aux combats féministes et à l’émancipation des
minorités sexuelles.

Faut-il rappeler à ceux qui défendaient hier les ABCD de l’égalité à l’école, pour lutter contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, que le théologien de référence de
l’UOIF, Youssef Al-Qaradawi, définit l’homosexualité comme « une dépravation de la
virilité et un crime contre les droits de la féminité », « le signe du chaos et de la
dégradation des mœurs » ? Et l’islamologue de s’interroger : « Est-ce que l’on tue
l’actif ou le passif ? Par quel moyen les tuer ? Est-ce avec un sabre ou le feu, ou en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs qui ne conduisent qu’à la perte de l’humanité ». Ces nouvelles alliances auxquelles nous avons assisté, impuissants, ne sont pas seulement contre-nature. Elles sont moralement, intellectuellement et politiquement criminelles. Le silence des associations LGBT n’en est que plus préoccupant.

Quatre décennies après la révolution sexuelle qui a irrigué l’Occident, et au nom du « pas d’amalgame », nombre de progressistes et de féministes semblent prêts à tout
pour défendre leurs adversaires historiques, les ennemis affichés et revendiqués de
toutes nos libertés conquises de haute lutte, et en particulier de nos libertés sexuelles.
Les associations, leurs représentants et leurs militants ne peuvent pas se contenter de vilipender l’intégrisme catholique, et afficher un tel silence face à la montée en puissance à l’échelle du globe d’un islam totalitaire. La réalité planétaire de l’islam
aujourd’hui – dans les pays du Moyen et du Proche-Orient, du Maghreb, d’Afrique,
d’Asie, du Golfe persique ou d’Europe – exige autre chose des minorités sexuelles
vivant dans des pays démocratiques et laïques qu’un silence embarrassé.

Alban Ketelbuters est doctorant en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et doctorant en Histoire & civilisations à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)