Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > France : Le PIR-e ( Parti des Indigènes de la République) au pilori

France : Le PIR-e ( Parti des Indigènes de la République) au pilori

samedi 19 mars 2016, par siawi3

Source : http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/thomas-guenole-partie-antiracisme-est-devenue-raciste-parle-madame-bouteldja-2631790.html#EhjO6Ozfo1ZlyWKY.99

Publié le 19 Mars 2016

Thomas Guénolé à Houria Bouteldja : "Vous êtes... par ce-soir-ou-jamais

VIDEO ici

Thomas Guénolé et Houria Bouteldja étaient vendredi soir les invités de l’émission "Ce soir (ou jamais !)" sur France 2 pour échanger sur le thème "Comment réconcilier les antiracistes ?".

Le politologue Thomas Guénolé, classé à gauche, en a profité pour dire tout le mal qu’il pensait de la porte-parole du Parti des Indigènes de la République, Houria Bouteldja.

"Je pense que ce qui a changé, c’est qu’il y a une partie de l’antiracisme, et cela me fait beaucoup de peine de dire cela, qui est devenue raciste. Je parle de vous Madame Bouteldja…", a-t-il débuté.

Il a ensuite sorti une photo où la militante pose avec le slogan "Sionistes au goulag". Pour le politologue, "cela signifie, au sens strict, ’les juifs favorables à l’existence d’Israël doivent être envoyés dans des camps de concentration’."

Il a également cité des extraits de son dernier livre, où elle écrit que "la blanchité est une forteresse. Tout blanc est bâtisseur de cette forteresse". Une "généralisation fondée sur la couleur de la peau, surtout pour un propos négatif, c’est du racisme, madame", a-t-il rappelé.

Autre extrait du livre lu par Thomas Guénolé, un passage où elle explique que "si une femme noire se fait violer par un homme noire, il est légitime qu’elle ne porte pas plainte pour protéger la communauté noire".

Par ailleurs, la militante a déclaré être contre les couples mixtes. "D’un point de vue technique, pour suivre votre idée, il faudrait faire des lois raciales", lui-a-t-il lancé.

Il a terminé son propos en citant un passage homophobe de son ouvrage, où elle écrit : "comme chacun sait, la tarlouze n’est pas tout à fait un homme. l’arabe qui perd sa puissance virile n’est plus un homme".

La militante lui a répondu : ""c’est vrai que je suis réputée raciste anti-blanc, antisémite et homophobe. Je dis sur ce plateau que je me fous complètement de ce qu’on dit de moi."

Pour elle, "si je suis accusée de tous ces maux, c’est parce qu’on me reproche de ne pas rester à ma place, la place de l’indigène", a-t-elle poursuivi. Car au-delà des tares citées par Thomas Guénolé, Houria Bouteldja ne connait pas non plus le sens du mot "indigène", qui désigne, en France, les personnes d’origine française.