Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Algérie : Terrorisme et idéologie islamiste

Algérie : Terrorisme et idéologie islamiste

mardi 29 mars 2016, par siawi3

Source : http://www.liberte-algerie.com/contrechamp/vaincre-le-terrorisme-sans-leradiquer-4269

par Mustapha Hammouche

le 23-03-2016 10:00

Vaincre le terrorisme sans l’éradiquer ?

Le terrorisme islamiste est à une époque bénie.
La Toile tisse discrètement un réseau planétaire de recrutements à travers lequel ses agents recruteurs œuvrent discrètement. Des États musulmans sans fondations politiques s’écroulent, l’un après l’autre, libérant d’immenses espaces que viennent occuper les bases d’organisations terroristes en plein essor. La généralisation des caméras de surveillance et des smartphones permet une médiatisation instantanée, systématique et gratuite de leurs forfaits.
Vision incontournable d’une épouvante exhibée, là, en direct, sous nos yeux. La guerre de la haine contre l’émotion. Émotion modulée selon l’intensité de l’horreur, son bilan et l’évocation que suscitent le pays, la ville, le site ciblés. Bruxelles, capitale d’un continent, la Grand-Place, la tristesse de son ciel gris, les murs ternes de ses quartiers, la chaleur de ses lieux de sociabilité… Capitale d’un pays où tout paraît de petite taille mais d’un grand enchantement. Capitale consensuelle d’un peuple plongé dans un déchirement pacifique, convivial.
À qui le tour ? La liste est longue de ces corps d’hommes, de femmes et d’enfants déchiquetés au hasard et de ces endroits traumatisés depuis maintenant un quart de siècle d’exhibition barbare. Et il est pourtant probable que le monde continuera longtemps à s’horrifier de cette escalade d’abjection avant de se résoudre à se donner les moyens d’y mettre fin.
Le monde occidental, en particulier, puisqu’il sert d’ennemi expiatoire en même temps que tous les oppresseurs et les hérétiques musulmans, continuera à “se défendre”, en se calfeutrant toujours plus et en se poliçant toujours plus. Mais il n’est pas certain que le terrorisme islamiste puisse, un jour, être ainsi vaincu par des stratégies de “containment” : il a le choix des armes, le choix du moment et le choix de ses ennemis, de ses objectifs. Il frappe là où il peut quand il ne peut pas frapper là où il veut.
Le terrorisme sera vaincu le jour où l’idéologie qui le fonde, le légitime et l’anime sera vaincue. Le jour où l’islamisme qui suggère et justifie le crime n’aura plus droit de cité.
On ne se protège pas du terrorisme ; s’il ne vous atteint pas, il atteindra votre prochain. Pour s’en protéger, il faudrait l’éradiquer. Le démanteler par la racine, l’islamisme. Quel précieux temps il a gagné quand il a su amener les “réconciliateurs” de tous poils à accabler les “éradicateurs” de cette désignation devenue infamante !
C’est la première bataille politique que le terrorisme et l’islamisme ont gagnée. Contre la République, en Algérie, d’abord. Depuis, le monde est intimidé par la consonance religieuse et identitaire de cette “pensée” du meurtre. Et puis, les gouvernements, même agressés, ont d’autres priorités plus commerciales, plus politiciennes, plus prosaïques qui les ligotent.