Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Pour un boycott des marques se lançant dans la mode (...)

France : Pour un boycott des marques se lançant dans la mode musulmane

dimanche 3 avril 2016, par siawi3

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/02/elisabeth-badinter-boycott-mode-musulmane_n_9600004.html?utm_hp_ref=france

Elisabeth Badinter plaide pour un boycott des marques se lançant dans la mode musulmane
Le HuffPost avec AFP
Publication : 02/04/2016 14h31 CEST Mis à jour : il y a 5 heures

POLÉMIQUE - Il n’y a pas que Laurence Rossignol qui exprime son opposition aux marques qui se lancent dans la "mode islamique" ou "musulmane". Dans une interview au Monde, la philosophe Elisabeth Badinter a elle aussi fustigé ces enseignes, estimant "que la ministre du Droit des femmes a parfaitement raison sur le fond".

"Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes", a ajouté cette figure historique du féminisme hexagonal. Dans un entretien à l’AFP, Elisabeth Badinter persiste et signe, jurant que "pour ce qui regarde (ces) marques vestimentaires qui veulent vendre la tenue islamique, il n’y a qu’une seule réponse : le boycott". Elle considère en outre qu’on ne peut pas se dire féministe et défendre le port du voile. Les "dites ’féministes islamiques’, elles oublient qu’en guise d’égalité elles doivent rester à la maison, que l’héritage est divisé par deux dans les pays musulmans et la polygamie admise dans le Coran dont elles se réclament", estime la philosophe.

Depuis la sorite de Laurence Rossignol qui a qualifié mercredi d’"irresponsables" les marques qui donnent dans la mode musulmane (Marks and Spencer, Uniqlo, Dolce&Gabbana ou encore Mango pour ne citer qu’elles), la polémique portant sur le choix de ces enseignes ne désenfle pas.

Un collectif d’associations féministes ainsi que la présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Danielle Bousquet, ont apporté jeudi 31 mars leur soutien à la ministre. La Clef (Coordination française pour le lobby européen des femmes), qui regroupe une cinquantaine d’associations féministes, s’est réjouie dans une lettre ouverte que la ministre des Droits des femmes ait "réagi avec force et indignation face à la banalisation du port du voile islamique".

"Renoncez au fric, ayez des convictions !"

Le sujet n’a d’ailleurs pas laissé les stars du luxe indifférents. "Je suis scandalisé. Moi qui ai été près de 40 ans au côté de Yves Saint Laurent, j’ai toujours cru qu’un créateur de mode était là pour embellir les femmes, pour leur donner la liberté, pas pour être le complice de cette dictature qui impose cette chose abominable qui fait qu’on cache les femmes, qu’on leur fait vivre une vie dissimulée", s’est emporté Pierre Bergé sur Europe 1. "Renoncez au fric, ayez des convictions !", a lancé l’homme d’affaires aux enseignes tentées par l’"islamic fashion".

"On ne doit pas banaliser un vêtement qui, quoi qu’on en pense, n’est pas anodin pour l’image de la femme", a confié la créatrice Agnès b. au Parisien. "La mode est laïque et universelle, porteuse de liberté et d’espoir. (...) Parler de mode et de religion me paraît discriminant", a réagi auprès de l’AFP Jean-Charles de Castelbajac, qui a dessiné des vêtements liturgiques catholiques.

Du côté des défenseurs de la mode islamique, on met en avant la réelle demande qui existe sur ce créneau ainsi que la dimension "multiculturelle" véhiculée par ces vêtements, qui pourraient (à long terme) faciliter le dialogue inter-religieux.