Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Une partie de la gauche a baissé la garde devant le (...)

France : Une partie de la gauche a baissé la garde devant le communautarisme

dimanche 3 avril 2016, par siawi3

Source : http://lemonde.fr/idees/article/2016/04/02/elisabeth-badinter-une-partie-de-la-gauche-a-baisse-la-garde-devant-le-communautarisme_4894360_3232.html?xtmc=badinter&xtcr=1

LE MONDE | 02.04.2016 à 07h03 • Mis à jour le 02.04.2016 à 14h48

Propos recueillis par Nicolas Truong

Elisabeth Badinter appelle au boycott des marques qui se lancent dans la mode islamique
INTERVIEW

La philosophe Elisabeth Badinter est une figure du féminisme universaliste. Militante de la laïcité, elle appelle au boycott des marques de vêtements qui se lancent dans la mode islamique. Elle est l’auteure, notamment, de Fausse route   : réflexions sur trente années de féminisme (Odile Jacob, 2003).

La gauche a-t-elle fait fausse route face au communautarisme  ?

La gauche est coupée en deux pour des raisons idéologiques respectables et des motivations politiques qui le sont moins. Ma génération a été élevée au lait du relativisme culturel de Claude Lévi-Strauss, qui nous apprit à nous défier du péché d’ethnocentrisme, à penser qu’aucune culture n’était supérieure aux autres.

Dans les années 1980, le différentialisme philosophique, largement porté par les féministes américaines, est venu renforcer cette vision du monde. Les universalistes, Simone de Beauvoir en tête, pensaient que les ressemblances entre les hommes et les femmes primaient sur leurs différences. Dans les années 1980, les différentialistes insistaient au contraire sur leurs dissemblances. La collusion du relativisme culturel et du différentialisme fut dramatique et contribua à la remise en cause de l’universalité des droits de l’homme.

Vivons-nous la fin de l’universalisme  ?

Nous avions pensé qu’il y avait des valeurs universelles, que les libertés individuelles et l’égalité des sexes s’appliquaient à tous les êtres humains. Or aujourd’hui une partie de la gauche est imprégnée de l’idée que toutes les cultures et traditions se valent et que nous n’avons rien à leur imposer. L’universalité des droits de l’homme est certes contestée, mais ce n’est certainement pas sa fin.

Avez-vous un souvenir précis de ce ­basculement idéologique  ?

Au début des années 1980, j’ai vivement critiqué la défense du droit à l’excision et à la polygamie sur le sol français par Danielle Mitterrand. Pour l’épouse du président, cette permission était le signe d’une tolérance supplémentaire, voire d’un progrès de la démocratie   : nous sommes capables de respecter croyances et traditions des autres cultures. Une partie de la gauche a baissé la garde devant les souffrances des victimes de ces pratiques. Mais à ce moment-là, la majorité des féministes trouvaient aberrant que l’on puisse accepter d’exciser des petites filles.

En 1989, l’affaire du foulard de Creil vous conduit à signer un manifeste contre le « Munich de l’école républicaine  ». Est-ce un nouveau tournant  ?

Malgré notre appel, c’est cette gauche «  tolérante   » au gouvernement qui emporte la partie. Certains le regrettent aujourd’hui. Car la «  tolérance  » s’est retournée contre celles que l’on croyait aider. 1989 est un tournant, incontestablement. Mais un autre basculement s’opère dès 1991, celui de la guerre civile algérienne, lors de laquelle le Front islamique du salut s’affronte au gouvernement algérien, qui contient les prémices de la dérive actuelle. Les féministes venues d’Algérie ou d’Iran n’ont pourtant pas cessé de nous avertir   : «  Vous ne voyez pas que ce qui se passe chez nous va arriver chez vous  ?   » En l’espace de dix ans, de nombreuses filles des quartiers se sont mises à porter le voile en France. Révélation divine  ? Non, montée de la pression islamique. Seule la loi peut protéger celles qui le portent sous cette pression. Or, lorsqu’on les soutient, on est considéré comme «  islamophobe  ».

C’est pour cette raison que, comme vous l’avez déclaré, «  il ne faut plus avoir peur d’être islamophobe  »  ?

Je considère que la plupart des Français partagent ce point de vue mais qu’ils sont tétanisés par l’accusation d’islamophobie. Etre traité d’islamophobe est un opprobre, une arme que les islamo-gauchistes ont offerte aux extrémistes. Taxer d’islamophobie ceux qui ont le courage de dire   : «   Nous voulons que les lois de la République s’appliquent à tous et d’abord à toutes  » est une infamie. Pour ma part, je persiste et je signe. Les islamo-gauchistes sont certes une minorité, mais influente et largement relayée par des grands médias et journalistes de gauche qui, par là même, se coupent du pays réel.

La République, c’est la liberté, mais aussi l’égalité. Ce repli communautaire ne prospère-t-il pas aussi sur les fractures sociales françaises ?

L’injustice dont sont victimes les populations issues de l’immigration est insupportable, mais elle touche aussi ceux qui vivent dans les quartiers difficiles. La République n’a pas su fédérer et proposer un horizon d’émancipation. Et l’éducation nationale s’est affaissée, sous le coup des idéologues qui, là encore et toujours au nom de la différence culturelle et de la tolérance, ont enfermé ces jeunes dans leur ghetto. Le bac ne vaut plus rien. L’université est en crise. Et certains intellectuels voudraient en profiter pour supprimer les grandes écoles… Or je crois en l’élite républicaine, même si ce mot est devenu obscène. Sans élite, il n’y a pas de République qui vaille.

Rachida Dati, Najat Vallaud-Belkacem, ­Myriam El Khomri  : ces femmes issues de l’immigration maghrébine n’incarnent-elles pas cette élite républicaine  ?

Ces femmes prennent la place qu’elles méritent dans la société. Il y a aussi une montée en visibilité de tous les jeunes issus de l’immigration dans les hôpitaux, les écoles, la police ou l’entreprise. Et c’est heureux. Mais, dans une certaine frange des quartiers, ces femmes dont nous parlons ne sont peut-être plus des modèles pour toutes car, adoptant les valeurs de la République, elles ont tourné le dos aux traditions ancestrales.

Patrick Kanner, le ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, a-t-il raison de dire qu’il y a une centaine de Molenbeek en France  ?

Je n’en sais rien. Tous les habitants de Molenbeek ne sont pas des terroristes en puissance, pas plus que les habitants des cités françaises qui refusent, dans leur grande majorité, cette radicalisation. Mais pour 5  000 personnes signalées comme radicalisées, combien de sympathisants   ? Quel que soit le chiffre, la prise de pouvoir idéologique et politique de ces territoires perdus de la République est manifeste.

Interrogée sur ces marques qui, comme H&M et Dolce & Gabbana, lancent des articles de mode islamique, la ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, Laurence Rossignol a fait un parallèle entre les femmes voilées et les esclaves noirs américains. Une comparaison fautive  ?

La ministre a eu un mot malheureux en parlant de «   nègres   », mais elle a parfaitement raison sur le fond. Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes.

Faut-il, comme certains élus le souhaitent, interdire les conférences de Tariq Ramadan  ?

La liberté d’expression n’est pas négociable dès lors qu’elle n’appelle pas à la haine de l’autre. Mais les propos de ce prédicateur subtil exigent un décryptage comme le fit Caroline Fourest.

Le relativisme culturel est-il mort avec les agressions de Cologne  ?

Je ne le crois pas. Les prises de conscience sont – hélas – souvent éphémères. L’affaire de Cologne m’a impressionnée car elle nous plaçait ­devant l’alternative suivante   : faut-il défendre d’abord les femmes agressées ou bien protéger les réfugiés des amalgames   ? Pris en tenaille entre l’extrême droite qui voulait mettre tous les immigrés dans le même panier et le gauchisme qui voulait, une fois encore, relativiser, Cologne a conduit les féministes universalistes à condamner fermement les agressions sexuelles tout en prenant soin de ne pas associer tous les immigrés à ces pratiques honteuses. Et d’ailleurs, comment ne pas être touchée par tous ces réfugiés qui disaient ou écrivaient  : «   Pardon, nous n’y sommes pour rien  »  ?

Lorsque des agressions sexuelles sont commises par des immigrés à Cologne, on met en cause leur culture d’origine. Lorsque des scandales de pédophilie éclatent dans l’Eglise, on individualise les fautes. Deux poids, deux mesures  ?

Non. Parce que l’Eglise catholique ne prêche plus l’inégalité des sexes et qu’elle condamne fermement la pédophilie, même si elle a longtemps protégé les siens. Le cas des prédicateurs islamiques est différent. N’a-t-on pas entendu, hier encore, un imam prêcher la soumission sexuelle des femmes à leur mari, sans qu’aucune autorité s’en émeuve  ?

Comment définiriez-vous la «   troisième voie   » que vous appelez de vos vœux  ?

La troisième voie, ce n’est pas seulement une grande partie de la gauche et de la droite, c’est l’exigence républicaine. Et je pense que ce courant majoritaire en France ne se sent pas assez représenté et soutenu. Cette voie, héritée de la IIIe République, refuse d’acheter la paix sociale par le communautarisme et la reconnaissance du primat du religieux sur le politique. Mais cette troisième voie ne peut se réduire à des rappels à la loi et des interdictions. Elle doit s’accompagner d’un souci des plus démunis. Ramener dans le giron de la République cette frange de la population en sécession doit être la priorité absolue de la France.

Mais le djihadisme n’est pas toujours lié au communautarisme…

En effet. Au-delà des têtes pensantes manipulatrices, les petits soldats du djihad, y compris les jeunes convertis, ne sont qu’un cocktail explosif de fragilités psychologiques, sociales ou intellectuelles. N’oublions pas que ces terroristes du 13 novembres et du 22 mars sont de petits délinquants minables. La société tient bon. Les Français ont refusé l’amalgame, ce qui mérite vraiment d’être salué. Mais jusqu’à quand  ?