Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Syrie : 22 civils tués à Alep, la trêve de plus en plus fragile

Syrie : 22 civils tués à Alep, la trêve de plus en plus fragile

dimanche 17 avril 2016, par siawi3

Source : http://www.lorientlejour.com/article/981447/syrie-22-civils-tues-a-alep-la-treve-de-plus-en-plus-fragile.html

AFP
17/04/2016

Vingt-deux civils ont été tués dans des bombardements à Alep, l’un des bilans les plus meurtriers depuis le début fin février de la trêve entre régime et rebelles en Syrie, rapporte une ONG dimanche.

La province septentrionale d’Alep, morcelée entre armée, insurgés, jihadistes et Kurdes, connaît depuis une semaine une escalade de violence avec des affrontements impliquant quasi tous les belligérants de la guerre ayant fait plus de 270.000 morts depuis 2011. Des milliers de civils ont fui les combats depuis.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), au moins six civils ont été tués et huit blessés dans le bombardement samedi soir par l’aviation syrienne d’un quartier rebelle de l’est d’Alep, l’ex-capitale économique de Syrie divisée en deux depuis 2012.

Les insurgés ont riposté à coup de roquettes contre des quartiers sous contrôle du régime dans l’ouest de la ville, faisant 16 morts, dont 10 enfants, d’après l’Observatoire.

Selon son directeur Rami Abdel Rahmane, "il y a une escalade évidente et il s’agit de l’épisode le plus violent à Alep et sa province" depuis l’accord de cessation des hostilités initié par Moscou et Washington. "Cette escalade menace directement le cessez-le-feu", selon lui.

"Alep est la clé de la guerre et de la paix en Syrie. Chaque partie impliquée dans la guerre a un intérêt dans Alep", rappelle M. Rahmane.

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont gagné du terrain samedi dans le nord de la province au détriment à la fois du régime et des rebelles, a indiqué l’OSDH.

Les groupes jihadistes comme l’EI ou le Front Al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) sont exclus de la trêve qui a permis depuis fin février un recul des combats entre les forces loyaliste et l’opposition armée non jihadiste.