Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Turquie : la police disperse une manifestation pro-laïcité devant le (...)

Turquie : la police disperse une manifestation pro-laïcité devant le Parlement

mercredi 27 avril 2016, par siawi3

Source : http://www.rfi.fr/europe/20160426-turquie-police-disperse-une-manifestation-pro-laicite-devant-le-parlement

Par RFI

Publié le 26-04-2016 Modifié le 26-04-2016 à 23:40

Photo : La police turque a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants réunis devant le Parlement à Ankara.
REUTERS

La police a dispersé par la force ce mardi une manifestation de partisans de la laïcité devant le Parlement turc. C’est une sortie controversée de son président qui a mis le feu aux poudres. Ismail Kahraman s’est déclaré contre l’inclusion de la laïcité, principe fondateur de la Turquie, dans une nouvelle Constitution du pays. D’autres manifestations étaient prévues ce jour dans d’autres villes du pays pour protester contre la position prise par le président du Parlement.

La police a procédé à plusieurs interpellations parmi près de 200 manifestants qui scandaient « la Turquie est laïque et le restera » devant l’une des entrées de l’Assemblée nationale à Ankara.

Pour les disperser, la police antiémeute est intervenue à coups de gaz lacrymogène. Les manifestants réagissaient aux propos d’Ismail Kahraman, président du Parlement et membre du parti islamo-conservateur AKP au pouvoir.

« Nous sommes un pays musulman, a-t-il déclaré, et la laïcité ne doit pas figurer dans la nouvelle Constitution ». Cette sortie du président de l’Assemblée Ismail Kahraman n’étonne pas, venant d’un homme qui a déjà plaidé pour une islamisation du droit turc.

Mais ces propos vont plus loin. En évoquant la suppression de la laïcité, le leader du Parlement s’attaque au plus grand symbole du kémalisme.

L’AKP prend ses distances

La déclaration d’Ismail Kahraman a donc provoqué une levée de boucliers des milieux laïcs, mais aussi de l’ensemble de l’opposition parlementaire, rapporte notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette. Le quotidien libéral Cumhuriyet parle de « scandale », et le chef du parti d’opposition CHP, Kemal Kiliçdaroglu, s’est lancé dans un réquisitoire contre le président de l’Assemblée nationale : « La laïcité, c’est défendre la liberté de religion et de croyance ! L’Etat doit rester neutre sur deux chapitres : l’origine ethnique et les croyances religieuses. Peu importe l’appartenance religieuse, l’Etat doit se comporter de façon équitable envers tous ses citoyens. Monsieur le président de l’Assemblée, soit vous acceptez cet Etat, soit vous devez quitter ce fauteuil ! »

Preuve de l’importance de ce symbole, le parti au pouvoir s’est lui-même distancé des propos du président du Parlement. Un dirigeant de l’AKP s’est senti obligé de préciser par la suite que le parti n’avait pas de problème avec la laïcité. Kahraman « n’a pas parlé au nom de l’AKP », a indiqué Mustafa Sentop.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2002, l’AKP est accusé par ses détracteurs de vouloir islamiser la société turque.