Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Resources > A mon âge, je me cache encore pour fumer

A mon âge, je me cache encore pour fumer

théatre

vendredi 29 avril 2016, par siawi3

Source : http://espaces-culturels.fr/wp-content/uploads/2011/09/A-MON-AGE-JE-ME-CACHE-ENCORE-POUR-FUMER.pdf

A mon âge, je me cache encore pour fumer
de Rayhana, 2008

Des rires, 9 paroles, le sifflement d’une balle et le silence de Dieu....
A mon âge, je me cache encore pour fumer est une tragi-comédie qui rassemble 9 femmes d’âges et de conditions diverses dans un hammam à Alger... Elles sont là pour se laver mais surtout parler, se parler ... Dans l’intimité de cet espace protégé
de l’extérieur, les regards et les points de vue se croisent, entre pudeur et hardiesse, dans le dévoilement violent, ironique, drôle et grave des silences refoulés de femmes qui se sont tues trop longtemps.
Peu à peu se révèlent leurs destins particuliers, à travers des histoires qui ont marqué et modelé leur chair, dévoilant progressivement la violence politique, sociale et sexuelle d’une Algérie en proie à la corruption, à la misère, aux attentats
et aux combats quotidiens que se livrent les factions gouvernementales et les islamistes en utilisant, la plupart du temps, le corps de la femme comme champ de bataille.
Loin de tout regard accusateur, elles peuvent échanger états d’âmes, confidences, rêves, colères, joies, coups-bas ou petites mesquinerie. Elles peuvent parler de morale, de religion, de sexe mais aussi de politique et bien sûr ... débattre
allégrement des hommes.
Un enfant s’apprête à venir au monde et par instinct et nécessité, toutes, d’une manière ou d’une autre se lèveront pour protéger et défendre cet être nouveau, leur espoir et projection dans la vie future à l’aube de la fin de l’intégrisme
meurtrier.
9 femmes, 9 destins entre rébellion, rêve ou soumission. Mères, amantes ou « saintes », sont réunies au cœur de la matrice, le Hammam, où le combat contre l’oppression, la violence et la guerre se panse entre fous rires et pleurs, secret
et exaltation.
Tout ça donne, dans un joyeux désordre :
Des rires en rafale, un dentier oublié, un rêve de mariage étoilé, 8 grossesses imposées, le prix de la paix avec son homme, une marieuse pour fille vierge, le son de l’eau, une femme d’intérieur, un fils d’épicier à marier, un tremblement
de terre, quatre limonades, une chanson d’amour, l’amour pour son homme, l’amour des hommes pour leur mère, une princesse mariée à 10 ans, un mari cocu, un certificat de virginité, les aboiements d’une belle mère, le mektoub de la
belle fille, des rondeurs à cacher, un fils à l’asile, un autre stérile, une masseuse pétrisseuse, le fils de l’émigrée promis à marier, un frère vengeur du déshonneur de sa sœur, une mécréante et une pieuse, des brûlures à l’acide, des livres
responsables / irresponsables, les fesses et le foulard de Dieu, un Imam assassin, le secours d’un hijab, le tajine et des cornes de gazelles, des langues qui se dénouent, un poulailler en furie, un plombier cagoulé, la peste et le choléra, le viol d’un homme et un vol de cigarettes, des rires, 9 paroles, le sifflement d’une balle et le silence de
Dieu....
L’une des grandes forces de ce texte, et également son originalité, est que Rayhana a réussi à traiter d’un sujet grave mais sans misérabilisme, sans complaisance, dans une écriture vivante, directe et très rythmée et souvent très drôle.
L’émotion et le rire cohabitent en permanence dans un portrait bouleversant de l’Algérie contemporaine
.
Rayhana
Née à Bab el Oued, le quartier le plus populaire d’Alger, Rayhana a quitté son Algérie natale et a adopté la France, où elle habite depuis plusieurs années. Après une formation à l’École des Beaux-arts puis à l’Institut national d’art
dramatique et chorégraphique d’Algérie, Rayhana se joint à la troupe nationale de Béjaïa comme comédienne et plus tard, comme metteur en scène. Elle joue dans divers films pour le cinéma et la télévision puis met en scène plusieurs de ses pièces. Elle reçoit de nombreux prix à l’occasion de divers festivals en Algérie dont celui de Batna (meilleure interprétation), de Béjaïa (meilleur spectacle), d’
Annaba (meilleure interprétation) et de Carthage en Tunisie (meilleure interprétation).

A mon âge, je me cache encore pour fumer est sa première pièce écrite en français.