Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Announcements > France : Siné, le dessinateur flingueur, est mort

France : Siné, le dessinateur flingueur, est mort

jeudi 5 mai 2016, par siawi3

Source : http://www.telerama.fr/medias/le-dessinateur-sine-ancien-pilier-de-chalie-hebdo-est-mort,141995.php

Disparition
Siné, le dessinateur flingueur, est mort

Publié le 05/05/2016. Mis à jour le 05/05/2016 à 15h02.

Photo : Le dessinateur Siné en 2009.

Le dessinateur, fondateur de “Siné Mensuel”, qui avait longtemps collaboré à “Charlie Hebdo” avant d’en être renvoyé, est mort à l’âge de 87 ans.

C’est par un message sur la page Facebook de Siné Mensuel, le journal qu’il avait fondé et qui portait son nom, que la nouvelle est tombée : le dessinateur Siné est mort, ce jeudi 5 mai, des suites d’une opération du poumon. Il avait 87 ans.

Né Maurice Sinet le 31 décembre 1928 à Paris, Siné avait commencé à publier ses dessins très politiques, antimilitaristes et anticolonialistes, au début des années cinquante, dans France Dimanche, puis L’Express. En 1981, il rejoint l’équipe (Choron, Cavanna...) de Charlie Hebdo, alors tout près de la faillite, et intervient dans le Droit de réponse de Michel Polac. Il reviendra dans le Charlie Hebdo relancé par Philippe Val en 1992.

Le 2 juillet 2008, alors qu’il est déjà en conflit ouvert avec Val, Siné publie une chronique dans il écrit que « Jean Sarkozy vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! ». Philippe Val saute alors sur l’occasion pour engager une procédure de licenciement à son encontre, justifiée par le fait que selon lui, le texte de Siné peut être interprêté « comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale et [que] ce [n’est] ni acceptable ni défendable devant un tribunal. »

L’affaire fait alors grand bruit, une pétition en soutien à Siné rassemble Edgar Morin, Gisèle Halimi, Guy Bedos, Willem, Geluck ou encore Pétillon, et vaudra à Charlie de perdre de nombreux lecteurs – le journal sera d’ailleurs condamné pour rupture abusive de contrat en 2010, puis en en appel en 2012. En attendant, Siné fonde Siné Hebdo, qui après une pause de quelques mois, deviendra mensuel.

"L’affaire Siné", une chronologie

En 2009, Siné fêtait ses soixante ans de dessins avec un album publié aux éditions Hoëbeke, chroniqué ainsi dans Télérama : « Le fil rouge (sang) de ses milliers de dessins publiés en soixante ans, c’est un refus obstiné de se plier aux convenances. La révolte mal embouchée comme discipline de vie : Siné a flingué à tout-va, et avec une rage exultante, tous ceux qui, de près ou de loin, représentaient l’ordre établi. Jamais en retard d’un combat, il a été en première ligne contre la guerre d’Algérie, a lancé son pavé à lui en 68, avec un journal créé à chaud, L’Enragé. Et à 80 ans, il a encore inventé Siné Hebdo, comme un bras d’honneur à ceux qui le disaient bon pour la retraite. A parcourir cet album-somme, on mesure la cohérence radicalement iconoclaste d’une œuvre qui frappe tout autant par sa verve graphique que par son inaltérable force de percussion. »

La même année, un documentaire de Stéphane Mercurio, intitulé Mourir ? Plutôt crever ! avait été consacré à cet anar, grand amateur de Billie Holiday, de chats et de morgon.

Dans son dernier texte publié hier 4 mai sur le site de Siné mensuel, Siné écrivait :

« Depuis quelque temps, vous avez dû remarquer que je ne nageais pas dans une joie de vivre dionysiaque ni dans un optimisme à tous crins, ce qui est pourtant mon penchant habituel.
Je ne pense, depuis quelque temps, qu’à ma disparition prochaine, sinon imminente, et sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier.
Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau !
C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux ! »

Siné sera enterré au cimetière Montmartre, où il avait déjà fait faire sa tombe : en bronze, elle est surmontée d’une sculpture de cactus, qui évoque une main en train de faire un doigt d’honneur. Siné, rebelle pour l’éternité.