Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Turquie : Istanbul : 11 morts dans un attentat contre un bus de la (...)

Turquie : Istanbul : 11 morts dans un attentat contre un bus de la police

mardi 7 juin 2016, par siawi3

Source :

Par AFP, AP, Reuters Agences

Mis à jour le 07/06/2016 à 17:44 Publié le 07/06/2016 à 09:46

En état d’alerte maximale, la Turquie a été le théâtre de plusieurs attaques terroristes cette année.

VIDÉO - Une voiture a explosé au passage d’un bus de la police turque, mardi matin, tuant sept policiers et quatre civils. L’attentat n’a pas encore été revendiqué.

Un bus de la police turque a été pris pour cible mardi matin. Selon les premiers éléments rapportés par la chaîne de télévision CNN Turk, une bombe aurait explosé dans le centre d’Istanbul, près de l’université de la ville et de sites touristiques. Le dernier bilan fait état de 11 morts et 36 blessés dont trois se trouvent dans un état grave.

« Sept policiers et quatre citoyens ont perdu la vie dans une attaque qui a visé la police anti-émeutes », a déclaré le gouverneur Vasip Sahin aux journalistes sur les lieux de l’attentat, à Beyazit. L’attaque a eu lieu à l’heure de pointe dans le quartier commerçant de Vezneciler voisin des attractions touristiques de la ville comme le Grand Bazar, précisent les médias locaux, ajoutant que des ambulances ont été dépêchées sur place. L’explosion a soufflé les devantures des magasins avoisinants, et plusieurs voitures ont été endommagées, selon des images.
Le modus operandi du PKK

C’est une voiture en stationnement qui a explosé au passage du bus de la police, explique la chaîne locale, ajoutant que les assaillants ont utilisé un système de déclenchement à distance. La bombe a explosé à une heure de pointe aux alentours de 5h40 (GMT), au passage d’un bus transportant de membres de la police anti-émeute, selon le responsable. « C’était comme un séisme », a indiqué un témoin à la chaîne d’information CNN-Türk. Le modus operandi de cet attentat qui, de toute évidence, ne visait pas des touristes correspond à celui du PKK, les rebelles kurdes du Parti des travailleurs de Turquie, a indiqué Mete Yarar, un spécialiste des questions de sécurité sur la chaîne CNN-Türk.

« Il y a eu une puissante explosion et nous avons pensé qu’il s’agissait d’un coup de tonnerre et juste à cet instant la vitrine du magasin s’est effondrée », a raconté Cevher, un commerçant. L’explosion a renversé tous les produits présents sur les étagères de son magasin. Le premier bus, qui a été le plus sévèrement touché, a été retourné par l’explosion et gisait sur le toit sur le bord de la rue. Un second bus a également été endommagé et plusieurs véhicules ont été calcinés. Selon l’agence anatolienne de presse, des coups de feu ont été entendus après l’attentat.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui se trouvait à Istanbul, s’est rendu à l’hôpital Haseki où sont soignés des blessés. Il a désigné les rebelles kurdes du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) comme responsables de l’attentat. « Ce n’est pas nouveau que « l’organisation terroriste » (PKK) propage ses attaques dans les villes » a t-il déclaré aux journalistes au terme d’une visite des blessés soignés. « Notre lutte contre le terrorisme se poursuivra jusqu’à la fin, jusqu’à l’apocalypse », a assuré l’homme fort de Turquie qui a présidé ensuite à son palais d’Ankara une réunion sécuritaire avec les ministres concernés, selon les médias.

Dans l’après-midi, la police stambouliote a arrêté quatre suspects, a rapporté l’agence de presse progouvernementale Anatolie. Les quatre suspects ont été conduits au siège de la sureté de la mégapole turque pour y être interrogés.

Les chaînes de télévision ont diffusé des images montrant des forces de police déployées sur les lieux de l’attentat. Les examens ont été reportés dans l’Université d’Istanbul, la plus grande de la ville, proche du lieu de l’explosion. Une mosquée de la période ottomane et un foyer de jeunes filles ont aussi été endommagés.

L’attentat s’est produit au deuxième jour du mois de jeûne musulman du Ramadan. Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a assuré après l’attaque que « la Turquie continuera de lutter avec efficacité contre les terroristes (du PKK) et Daech (acronyme arabe du groupe de l’Etat islamique) ». « On voit comment ces terroristes n’ont aucune conscience et visent des gens innocents pendant le mois sacré du Ramadan », a t-il dit dénoncé sur la chaîne publique TRT.

Une vague d’attentats secoue la Turquie

L’attentat n’a pas encore été revendiqué. En état d’alerte maximale, la Turquie a été le théâtre de plusieurs attaques terroristes cette année revendiquées pour certaines par le groupe État islamique (EI) et pour d’autres par les séparatistes kurdes.

Deux attentats suicides ont notamment eu lieu dans des zones touristiques d’Istanbul, attribués à l’EI et deux attaques à la voiture piégée revendiquées par des militants kurdes qui ont frappé Ankara, faisant des dizaines de victimes. Le 12 mai, huit personnes avaient été blessées par l’explosion d’une voiture piégée près d’une caserne militaire sur la rive asiatique d’Istanbul. Le secteur touristique turc, qui a rapporté 31,5 milliards de dollars (27,9 milliards d’euros), a été frappé de plein fouet par cette récente vague d’attentats, victime selon les opérateurs d’une chute drastique des réservations pour l’été prochain.

Dans un communiqué officiel, le président François Hollande a condamné « de la manière la plus ferme l’odieux attentat terroriste perpétré ce matin à Istanbul » et adressé « ses condoléances aux familles et aux proches des victimes et exprime son entière solidarité à l’égard du peuple turc. Cet acte de violence intolérable doit plus que jamais conforter notre commune détermination à combattre toutes les formes de terrorisme ».

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que « rien ne peut justifier ces attentats » et que « dans le combat contre le terrorisme, l’Allemagne est au côté de la Turquie ». Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a pour sa part indiqué que « l’Otan est solidaire de la Turquie contre la menace globale du terrorisme ».