Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Athéisme au Kenya. Dieu approuve-t-il l’esclavage ?

Athéisme au Kenya. Dieu approuve-t-il l’esclavage ?

mercredi 15 juin 2016, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : http://solidairesathees.blogspot.fr/

Dieu approuve-t-il l’esclavage ?

par Bill Flavel

L’esclavage est un sujet embarrassant pour les chrétiens. Après tout, il est difficile de proclamer que Dieu est le créateur de la morale absolue tout en sachant simultanément qu’il a approuvé l’esclavage. Certains essaient de contourner cette contradiction en prétendant que le genre d’esclavage pratiqué par les hébreux, et approuvé par Dieu, était différent de l’esclavage qui existait aux États-Unis avant la guerre civile.
Ils disent que l’esclavage il y a 3000 ans n’étaient que de la servitude par contrat ( indentured servitude) - un refuge pour les personnes sérieusement endettées afin qu’elles puissent rembourser ce qu’elles devaient. Je n’ai jamais vu de chrétiens produire la moindre preuve sur le sujet -tout ce que j’ai vu sont des assertions. Donc regardons ce que Dieu approuve selon la Bible .
La Bible dit clairement que les esclaves sont la propriété d’une personne. Ils peuvent être achetés et vendus et légués aux enfants du maître en cas de décès. Si un esclave a un bébé, cet enfant devient alors la propriété du maître. Si un couple d’esclave a un enfant et qu’ils sont libérés par la suite, l’enfant reste la propriété du maître.
Un maître avait le droit de battre ses esclaves. De fait, selon la Bible, il peut légalement les battre à mort, à condition qu’ils survivent quelques jours à la bastonnade. Et il peut les marquer afin qu’ils soient identifiables comme sa propriété.
Dans une illustration claire du statut des esclaves, si un esclave est blessé d’un coup de corne par un taureau, c’est le maître qui doit être dédommagé pas l’esclave.
En plus du commerce des esclaves , la Bible permet aussi au vainqueur de s’approprier les esclaves après la bataille.
Tout cela reflète fidèlement le type d’esclavage vu aux États-Unis. Mais de fait, l’esclavage biblique était pire. Les hébreux pouvaient réduire en esclavage des hébreux alors que les américains ne pouvaient pas réduire en esclavage des américains. Dieu autorisait même les hommes à vendre leurs filles comme concubines, ce qui n’était pas autorisé aux USA.
Honnêtement on pourrait encore en dire beaucoup, mais c’est bien assez. Si Dieu est le créateur de la morale absolue, nous avons eu absolument tort d’abolir l’esclavage. Mais si nous avons eu raison, Dieu a tort.
Comment POURRAIT-IL avoir tort ? Tout simplement par ce que la Bible a été écrite par un homme de l’age de fer et incarne leurs valeurs morales primitives. Si nous avons raison de considérer l’esclavage comme immoral, Dieu est une fiction antique, rien d’autre.

Ce texte est tiré de https://atheistsinkenya.com/

Note du traducteur

- Un exemple de cet embarras chrétien

- Rappelons aussi que le mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mohamed M’Kheitir reste emprisonné sous le coup d’une condamnation à vie (après que celle à mort ait été suspendue en seconde instance) pour apostasie pour avoir publié un texte sur internet dans lequel il critiquait le système de caste et la persistance de l’esclavage en Mauritanie et les justifications religieuses que certains leur donnent.
Comme le rappelle Boubacar Messaoud : « La religion, jusque-là monopolisée par les maîtres, est utilisée pour justifier l’asservissement, perpétuer la domination et endiguer tout désir de libération. En effet, il est inculqué à l’esclave que son salut dépend du maître et son accession au paradis est fonction de son obéissance à celui-ci. Ainsi, la soumission de l’esclave est-elle érigée en devoir religieux. Vaincre l’esclavage signifie donc aussi vaincre cette mentalité qui constitue aujourd’hui la plus importante des sourdes conditions qui amarrent les esclaves à leurs chaînes. »