Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Témoignage d’un homosexuel saoudien

Témoignage d’un homosexuel saoudien

jeudi 16 juin 2016, par siawi3

Source : https://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/2016/06/homosexuel.saoudien.html

Salut à tous,

Mon nom est A. Je suis originaire d’une petite ville non loin de la capitale de l’Arabie saoudite, Riyadh. Lorsque j’étais adolescent, je pensai que l’attirance pour les garçons n’était qu’une étape naturelle et que je serai finalement attiré par des personnes de l’autre sexe, mais ce ne fût pas le cas !

J’étais désorienté, attristé et déprimé. Je me sentais rejeté, et différent, et ne pouvais en parler à personne, surtout dès qu’il s’agissait du sujet sexuel !

Aux alentours de 20 ans, je réalisais que j’étais définitivement gay et qu’être hétéro n’était pas une option. J’ai dû accepter ce fait en moi-même et le cachai pour être en sécurité. Je pense toujours qu’il doit exister une “cure” pour homosexualité. Tout le monde sait maintenant en quoi cela consiste, grâce à la télévision, aux médias et internet.

L’islam condamne l’homosexualité. Mais l’Arabie saoudite semble être le seul pays à strictement appliquer la Shari’ah (loi). La sodomie y est punie de mort. Même si les condamnations sont variables, en février 2007, un homme a été condamné à mort et exécuté car reconnu coupable de relation avec un garçon (en plus d’autres crimes).

Si l’on demande à des habitants du pays ce qu’ils pensent de l’homosexualité, ils montrent leur dégoût. La majorité dira : “je désapprouve, un homme n’est pas fait pour aller avec un homme.” Ou même pire :”Les hommes ayant du sexe avec d’autres hommes doivent être décapités !”

En dépit de ces condamnations publiques et légales, il y a un espace assez considérable pour les comportements homosexuels. Aussi longtemps qu’en public, les gays et lesbiennes observent une stricte obéissance aux normes islamiques, en privé, ils peuvent faire ce qu’ils veulent. De brillantes communautés gaies existent dans de grandes villes comme Riyadh et Jeddah. Elles se réunissent dans les écoles, les cafés, dans la rue et sur internet. Tu peux être “dragué” dans la rue à tout moment, mais il faut faire attention au risque de se faire arrêter par les membres de l’autorité religieuse appelée Muatwwa’in”.

Ce qui doit être également surprenant vu d’Occident, c’est que de nombreux hommes ayant des relations homosexuelles ne se considèrent pas pour autant comme homos. Pour de nombreux Saoudis, le fait d’avoir une relation momentanée n’est pas considéré comme “gaytitude”. L’acte en lui-même ne suffit pas à considérer complètement l’individu comme ayant une identité homo.

Etre gay en Arabie saoudite, c’est vivre une contradiction – avoir un permis sans pouvoir conduire, et se réjouir d’une mentalité générale très étroite sans espérer la moindre tolérance. Le placard n’est pas un choix mais une question de survie.

J’ai géré l’exploit inhabituel de conjurer le mariage, en divorçant, et sans me révéler comme étant gay. Le mariage m’aurait dévasté et l’exposition de mon homosexualité aurait détruit ma famille. Donc j’ai employé une série complexe de stratagèmes : une fausse petite amie, un engagement faux avec une cousine compatissante, l’interruption de l’engagement. J’ai construit le schéma et je l’ai réalisé... Mais de tels subterfuges ne sont pas avec des intentions malhonnêtes... Ils m’ont été nécessaires, comme bien d’autres comme moi si nombreux à vivre sous une fausse identité hétérosexuelle... Mais avec le temps j’ai appris à vivre sous cette fausse identité, je sais que je suis né comme ça et je dois vivre avec !

Que la paix soit avec vous.

A.