Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Livres pro-islamistes, pro-nazis et pro-djihad au rassemblement de (...)

France : Livres pro-islamistes, pro-nazis et pro-djihad au rassemblement de l’UOIF 2016

samedi 18 juin 2016, par siawi3

Source : http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/10178

Carla Parisi

17.05.2016

La rédaction

Voir les illustrations ici

Le Rassemblement Annuel des Musulmans de France est organisé par l’UOIF. L’UOIF est une organisation étiquetée comme terroriste dans plusieurs pays car faisant partie des Frères musulmans. En France, elle bénéficie d’une forme de tolérance et cherche à être considérée, avec ses rassemblements comme une interlocutrice incontournable.

Le rassemblement attire un public multiple pas forcément adhérent des Frères musulmans mais qui vient écouter des conférences, se renseigner sur des produits, des placements, acheter livres et cassettes. Les librairies occupent une place conséquente dans le bâtiment commercial de la foire, le centre névralgique de la propagande frériste. Les cadres de Frères musulmans en France se complaisent à répéter que leur méthode déradicalise, remet en perspective, cadre ceux qui pourraient dériver. Il y a quelques années les Frères Kouachi sont venus à la foire de l’UOIF. Ce n’est évidemment pas la faute de l’UOIF, tout le monde est le bienvenu. En revanche ce qui est de la responsabilité de l’UOIF ce sont les livres diffusés. Est ce qu’ils apaisent ? Est ce qu’ils permettent un vivre ensemble, une coexistence revendiquée sur les plateaux de télévisions par les cadres Frères musulmans de l’UOIF ou est ce qu’ils radicalisent, il séparent de la société. C’est ce que nous avons voulu savoir en regardant le fonds des libraires présent au Rassemblement Annuel des Musulmans de France est organisé par l’UOIF.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.09.06

De la pensée des Frères musulmans à l’action armée

Les productions de Tariq Ramadan sont mises en avant. Le prédicateur controversé bénéficie d’une présence médiatique importante. Il y a encore quelques semaines, plusieurs portraits flatteurs lui ont été consacrés dans la presse. Pour être bien sûrs d’écouler le fond, les libraires ont parfois choisi de brader certains produits. Des DVD étaient même disponibles à 1 euro.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.00.26

Car si Tariq Ramadan fait encore illusion dans de petits cercles parisiens, il est depuis longtemps dépassé. Ses livres ressassent systématiquement les mêmes thèmes, les même conseils stratégiques et les jeunes militants qu’il a formés trépignent de le remplacer. Tariq Ramadan a toujours répété pour ceux qui veulent comprendre la pensée (qu’il dit musulmane mais qui est en fait islamiste), qu’il fallait se référer à la source Youssef Qaradawi, Saïd Ramadan (son père) et Hassan Al Banna (son grand père).

Ces trois auteurs figurent évidemment en bonne place sur les rayonnages.

Youssef El Qaradhawi, théologien de référence des Frères musulmans, a légitimé les attentats-suicides, plaide pour la peine de mort pour les homosexuels, et qui considère le génocide d’Hitler comme une punition divine pour les Juifs à cause de leur « corruption ». Aujourd’hui recherché par Interpol, pour corruption et incitation au meurtre, nous lui avions consacré un portrait.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.21.18

Hassan Al Banna, fondateur des Frères musulmans, présenté par son petit fils comme « réformateur », donc pour les oreilles occidentales exotisantes « progressistes » est l’homme qui écrivait ce genre de prose :

« interdire la danse et tout contact gestuel entre homme et femme
« réformer les lois pour qu’elles se conforment à la législation islamique et notamment les infractions et les sentences pénales »
« interdire les partis et orienter les forces de la nation vers la constitution d’un front unique »

Capture d’écran 2016-05-17 à 09.59.38

Saïd Ramadan père de Tariq Ramadan, figure aussi en bonne place avec son livre sur la Sharia, son « équité » et sa necessaire application.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.04.04

D’autres auteurs, encore plus radicaux sont disponibles.

Abel Ala Mawdudi, théologien pakistanais fondamentaliste, qui prône le le djihad pour la création d’un état islamique régi par la Charia. Il écrivait notamment :

"L’objectif du jihad islamique consiste à éliminer les systèmes non-islamiques et à les remplacer par un système islamique de gouvernement. L’islam n’entend pas limiter cette révolution à un seul état ou à quelques pays ; le but de l’islam c’est de provoquer une révolution universelle."

Faycal Mawlawi, qui venait souvent à l’UOIF et dans les centres de formation représente les Frères musulmans au Liban et dirige la Jamaa Islamiya, une organisation connue pour avoir orchestré plusieurs attentats et mené le djihad aux côté du Hezbollah.

Enfin Ibn Taymiyya, qui a légitimé le djihad armé et qui représente pour les jeunes djihadistes la caution intelectuelle. Notons qu’un des livres de Taymiyya les plus diffusé est celui sur le Levant (Sham) relu et annoté par Nassiruddine al Albani. Ce Cheikh d’origine albanaise a grandi en Syrie et fait figure de référence pour certains salafistes. Il a été dans les années 60 mis sous surveillance par le régime syrien et à trouvé refuge en Arabie Saoudite. Certaines de ses positions étaient jugées choquantes, notamment quand il a rappelé que le Niqab n’était pas une obligation. Ce qui lui vaudra une première expulsion du pays vers la Jordanie. Le personnage d’Albani est interessant, pour certains il représente un salafisme apolitique. Ce qui est un peu court. Certes, dans certains textes Albani refuse qu’on renverse un chef d’Etat. C’était le minimum pour continuer à vivre dans un pays. Mais il laisse la porte ouverte si les musulmans sont opprimés. Ce que les islamistes pensent qui leur arrive en Syrie. Nassiruddine al Albani expliquait notamment que Damas devait être la base du Djihad sur terre. « Après Médine, c’est la terre du Sham (Levant) qui a le plus de valeur ». Et rappelait Nassiruddine al Albani en se basant bien sur sur Taymiyya et un hadith : « Si vous refusez alors choissez le Yémen ».

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.03.03

Beaucoup de personnes pensent que les Frères musulmans sont opposés au régime iranien. En réalité, s’il existe de nombreux Frères musulmans anti-chiites une tendance prone le rapprochement. Rappelons que Khamenei traduisait les textes de Sayid Qotb en persan.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.53.12
On pouvait aussi trouver aussi des ouvrages en arabe. C’est le cas des textes de Tareq Al-Suwaidan. Tareq Al-Suwaidan est un prédicateur vedette de plusieurs chaînes satellites arabes. Leader des Frères musulmans au Koweit, Tareq Al-Suwaidan est un soutien actif de son mouvement palestinien, le Hamas. Au sujet des juifs il écrit :

"Notre lutte avec les fils de Sion nécessite plus que des pleurs et des dons. Notre lutte avec eux continuera jusqu’à ce que l’une des deux civilisations règne en maître. Ce sera soit la civilisation islamique, avec sa paix, sa compassion, son humanité et son respect de toutes les religions – une foi dépourvue d’insolence et de barbarie – soit la civilisation répugnante et sauvage, d’une barbarie dont le monde entier est témoin. Mais dans leur insolence, ils ne se soucient pas de ce que disent les autres. Notre lutte avec eux impose le djihad et non de simples efforts. "

Invité à une foire belge, il sera interdit de territoire et expliquera que c’est une décision prise sous la pressions du lobby sioniste.
Omar Abdelkaffy était l’invité d’honneur de la conférence. Suite aux révélation du site Ikhwan Info concernant ses déclarations sur les Illuminati qui dirigent le monde avec les sionistes, la direction de l’UOIF avait expliqué qu’il s’était fait porter pâle. Qu’importe, la profondeur de sa reflexion était elle, présente chez les libraires de la foire de l’UOIF.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.56.44

Le must de l’antisémitisme européen

Les librairies présentes au salon de l’UOIF, diffusaient aussi des extrémistes européens. On pouvait trouver Nuremberg ou la terre promise, et Nuremberg ou les faux monnayeurs de Maurice Bardèche. Véritable plaidoyer en faveur de l’Allemagne nazie, référence en matière de négationnisme, ces ouvrages ont été interdit à la vente, et Bardèche condamné. Il y écrit, entre autre :

« Si la délégation française trouve des factures de gaz nocifs, elle se trompe dans la traduction et elle cite une phrase où l’on peut lire que ce gaz était destiné à “l’extermination”, alors que le texte allemand dit en réalité qu’il était destiné à “l’assainissement”, c’est-à-dire à la destruction des poux dont tous les internés se plaignaient en effet […]. Il résulte clairement des pièces du procès que la solution du problème juif, qui avait eu l’approbation des dirigeants nationaux-socialistes, consistait uniquement en un rassemblement de Juifs dans une zone territoriale qu’on appelait la réserve juive […] Et nous n’avons pas le droit d’en conclure davantage que le national-socialisme aboutissait nécessairement à l’extermination des Juifs : il proposait seulement de ne plus les laisser se mêler à la vie politique et économique du pays, et ce résultat pouvait être obtenu par des méthodes raisonnables et modérées. […] ».

Bardèche parle également de « mythe de la Gestapo », et accuse les Juifs d’être responsables de la Seconde Guerre Mondiale. Il se réclame explicitement du fascisme, et sa mémoire sera saluée par des figures de l’extrême-droite antisémite française comme Henry Coston ou Pierre Sidos.

Capture d’écran 2016-05-17 à 11.13.40

Alain Soral est également présent, avec son livre Comprendre l’Empire, ou avec la présence de très nombreux ouvrages de Kontre Culture, société d’édition dirigée par Alain Soral. Ces ouvrages défendent des théories conspirationnistes, autour d’un complot américano-judéo-maçonnique en Occident. Alain Soral a été plusieurs fois condamné pour injure raciste et incitation à la haine raciste envers les Juifs.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.22.30

On y retrouve aussi Jean-Marie, Marine et les Juifs, de Paul-Eric Blanrue, compagnon de route et soutien des négationnistes Robert Faurisson et Vincent Reynouard, et de Dieudonné.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.22.38

Le Livre de Roger Garaudy, avec Le terrorisme occidental, fait aussi partie du RAMF. Cet écrivain soutient la thèse négationniste d’un « complot sioniste » qui aurait « inventé la Shoah » pour permettre l’immigration en Israël. Garaudy nie l’existence de chambres à gaz et le génocide commis par les nazis envers les Juifs, et a été condamné en 198 pour contestation de crimes contre l’humanité et diffamation raciale.

Capture d’écran 2016-05-17 à 10.22.19

Werner Sombart, sociologue et économiste antisémite, avec Les Juifs et la Vie Economique est également présent sur les stands.

Les ouvrages de Harun Yahya, créationniste et négationniste turc très présent en Europe étaient diffusés.

Anne Kling, militante identitaire, avec le CRIF, un lobby au cœur de la République, qui a ironiquement des propos très virulents à l’encontre des musulmans : « « Si les musulmans sont aujourd’hui installés chez nous en nombre sans cesse grandissant, c’est bien parce que des politiques irresponsables et veules, sous la pression d’associations dites antiracistes, mais en réalité antinationales et anti-identitaires, leur ont ouvert toutes grandes les portes sans même leur demander en contrepartie de faire l’effort de s’adapter à notre société ». Un discours qui ne semble pas choquer les libraires.

On notera la présence d’autres complotistes :

Webster Tarpley avec La Terreur Fabriquée Made in USA, à propos du 11 septembre 2001

Daniel Vanhove, avec Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes, contributeur régulier de sites complotistes comme : Mondialisation.ca, LeGrandSoir.info, Réseau International,...

Christophe Oberlin, avec Chroniques de Gaza, ancienne tête de liste Europalestine avec Dieudonné, qui a le même éditeur que Webster Tarpley et le théoricien du complot professionnel Thierry Meyssan.

Israël Shamir, avec Le Pin et l’Olivier, considère les juifs comme des « virus », il s’est illustré par des propos négationnistes et qu’il est dénoncé comme antisémite même par les plus ardents défenseurs du mouvement national palestinien.

Des lectures toutes droit sortie des librairies antisémites de l’extrême-droite européenne. On se demande vraiment de quelle manière le corpus idéologique du rassemblement de l’UOIF va déradicaliser les participants. A moins de considérer que pour "bien vivre" et préparer le "futur" en France, il faut être d’extrême-droite.