Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Attentat de Nice : plus d’un tiers des victimes étaient des ’musulmans’

Attentat de Nice : plus d’un tiers des victimes étaient des ’musulmans’

mercredi 20 juillet 2016, par siawi3

Source : http://www.la-croix.com/Religion/Islam/A-Nice-plus-d-un-tiers-des-victimes-de-confession-musulmane-2016-07-18-1200776578

A Nice, plus d’un tiers des victimes de confession musulmane

Jean-Baptiste François,

le 18/07/2016 à 17h35

30 des 84 morts de l’attentat de Nice du 14 juillet étaient musulmans, d’après le recteur de la Grande Mosquée de la ville, Otmane Aïssaoui.

Parmi la foule anonyme venue admirer le feu d’artifice sur la Promenade des Anglais, le 14 juillet dernier, les musulmans étaient nombreux et ils ont payé un lourd tribut au drame de ce soir-là. Trente d’entre eux ont été fauchés par le camion de 19 tonnes conduit par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.

Dans cette trajectoire de l’horreur, le premier choc fatal fut pour Fatima Charrihi, 62 ans, originaire du Maroc. « Elle était une fidèle de ma mosquée. Je connais ses sept enfants, tous adultes aujourd’hui », raconte Otmane Aïssaoui, président de l’Union des musulmans des Alpes-Maritimes (Umam) et imam de la ville. Cette femme est arrivée à Nice à l’âge de 20 ans pour rejoindre son époux, maçon. Très pieuse et portant le voile, elle comptait parmi ses amis des personnes de toutes les confessions et avait transmis aux siens les valeurs de respect et de tolérance.
De jeunes enfants parmi les victimes

Parmi ceux qui sont tombés, il y avait aussi Mehdi, jeune Niçois de 12 ans, fils d’un arbitre de football dont la sœur jumelle était encore dans le coma, et Mohamed Toukabri, un mécanicien d’une cinquantaine d’années originaire de Tunisie. Le petit Kylian, 4 ans, et sa maman Olfa, étaient venus de Lyon pour assister au spectacle.

> Lire aussi : Qui sont les victimes de l’attentat de Nice ?

Parmi les morts, on compte une vingtaine de Tunisiens. « Nous sommes en contact avec les consulats pour organiser le rapatriement des corps », explique Otmane Aïssaoui. Cela sera possible après la toilette mortuaire rituelle et la cérémonie prévue jeudi à la Grande Mosquée Ar-Rahma (« de la Miséricorde »), dans le nord-est de la ville, qui se déroulera en présence des élus locaux.
« Les gens sont morts ensemble, quelle que soit leur religion »

En attendant, Otmane Aïssaoui et l’imam Boubekeur Bekri accompagnent les familles endeuillées dans la chapelle ardente improvisée à l’Acropolis, le palais des congrès situé à deux pas de la promenade des Anglais. Dans le seul quartier de la Madeleine, dans le nord de la ville, les habitants pleurent une dizaine de morts. Certains ont perdu parents et enfants. « Tout le monde souffre, c’est très dur de trouver les mots », avoue Kawthar Ben Salem, directrice des activités au sein de l’Umam.

> Lire aussi : « Nice est un vrai terreau pour la radicalisation »

En réaction au drame, les imams de la région voudraient aussi lancer en septembre des « assises de réflexion et d’action » pour « déconstruire la haine » dans les quartiers sensibles ou en milieu scolaire. « Pour défendre le vivre- ensemble, contre les replis identitaires et les tentatives de récupération politique, il faudra rappeler que les gens sont morts ensemble, quelle que soit leur religion », explique Otmane Aïssaoui.
Jean-Baptiste François