Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Québec : Défense de la laïcité

Québec : Défense de la laïcité

mercredi 20 juillet 2016, par siawi3

Source : http://www.journaldemontreal.com/2016/07/19/nice-la-pointe-de-liceberg

Nice : la pointe de l’iceberg

Fatima Houda-Pepin

Mardi, 19 juillet 2016 05:00 MISE à JOUR Mardi, 19 juillet 2016 05:00

L’attentat de Nice m’a rattrapée au Musée des beaux-arts, à Montréal, en cette soirée du 14 juillet où, avec quelques centaines de convives, on s’apprêtait à célébrer la Fête nationale de la France et les valeurs de liberté, de fraternité et d’égalité qu’elle sous-tend.

Le terroriste, un Tunisien vivant à Nice, a foncé avec un camion de 19 tonnes sur la Promenade des Anglais noire de monde. Bilan provisoire : 84 morts et 200 blessés.

L’État islamique qui a revendiqué l’attentat est en perte de vitesse en Irak et en Syrie, mais le djihad global, lui, s’internationalise, en sous-traitance. Ses kamikazes sont, aujourd’hui, des électrons libres et le khalifat de Daech a désormais le monde pour horizon.

Des dirigeants défaillants

Et que font les leaders politiques du monde occidental ? Ils réagissent, comme d’habitude, après coup, toujours avec la même cassette, vide de sens, laissant le champ libre à l’extrême­­ droite et aux islamistes radicaux­­ de creuser davantage les fractures sociales qui menacent nos démocraties­­.

Ils se lamentent en attendant la suite des événements qui leur échappe. Entre­­-temps, ils dépensent des sommes colossales dans une prétendue sécurité qui épuise davantage les forces de l’ordre­­ qu’elle ne protège les citoyens.

Je n’en peux plus de leur hypocrisie, de leur langue de bois, de leurs mensonges, de leur rhétorique de façade et de leur compassion de circonstance. La colère gronde chez les citoyens.

Voilà des dirigeants qui ont privilégié la carte de la duplicité avec des régimes corrompus qui financent la propagation du salafisme djihadiste. La même idéologie qui anime les djihadistes 2.0 sur internet, comme elle a nourri ceux du 11 septembre, de Charlie Hebdo, du Bataclan, d’Orlando et de Nice. « L’Arabie saoudite (est) un Daesh qui a réussi », dit Kamal Daoud. En effet, c’est la même rage de saper la démocratie, par en haut, par le terrorisme de Daech et par en bas, par l’endoctrinement de l’Arabie saoudite.

Voici des dirigeants enfermés dans une logique de déni qui refusent de combattre l’islamisme radical, sur son propre terrain, comme un phénomène en soi, qui a une histoire, des idéolo­gues, des organisations aux ramifications mondiales, des sources de financement et des moyens considérables de mener une guerre d’usure à n’importe quel État et à l’ensemble du système inter­national.

Le terrorisme : pointe de l’iceberg

Le combat contre l’islamisme radical est d’abord un combat idéologique et politique qui ne peut pas être gagné par une guerre classique et surtout pas par la vente d’armes à des régimes totalitaires­­.

Le terrorisme n’est que la pointe de l’iceberg de cette nébuleuse islamiste qui étend ses tentacules sur l’ensemble de la planète. Pour l’éradiquer, il faut assécher la mamelle qui le nourrit, le salafisme djihadiste.

Or, comble d’ironie, d’aucuns n’hésitent pas à s’inspirer de l’islamisme radical pour corrompre nos propres valeurs démocratiques. Pensez au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui a introduit le projet de loi 62 pour permettre aux employées de l’État du Québec et aux élues de l’Assemblée nationale de porter le tchador !