Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Daech revendique l’assassinat d’un prêtre dans une église de (...)

France : Daech revendique l’assassinat d’un prêtre dans une église de Normandie

mardi 26 juillet 2016, par siawi3

Source : http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/prise-d-otages-dans-une-eglise-le-pretre-a-ete-ia0b0n3651510

Prise d’otages dans une église : le prêtre a été égorgé par « deux terroristes se réclamant de Daech »

Publié le 26/07/2016 - Mis à jour le 26/07/2016 à 17:21

La Voix du Nord

Au moins une personne a été tuée mardi matin lors d’une prise d’otages dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. Il s’agit du prêtre de la paroisse, âgé de 84 ans. L’intervention des forces de l’ordre a permis de « neutraliser » les deux preneurs d’otages. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête. Le pape François s’est également associé à « la douleur et à l’horreur ». Le président de la République a déclaré que le prêtre a été égorgé par « deux terroristes se réclamant de Daech ». L’EI affirme que les auteurs étaient deux de ses « soldats ». En début d’après-midi, un homme a été placé en garde à vue.

Les pompiers arrivent sur place et annoncent plusieurs blessés lors de la prise d’otage à St-Etienne du Rouvray. PHOTO TWITTER FREDERIC VEILLE

Lire aussi :
Qui était Jacques Hamel, le prêtre assassiné
L’imam de Saint-Etienne-du-Rouvray « effaré »

Les faits

Deux hommes sont arrivés dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, à l’heure de la messe matinale, vers 9h30. Ils ont pris en otages cinq personnes qui se trouvaient à l’intérieur, ont tué un prêtre et grièvement blessé une autre personne, dont le pronostic vital n’était plus engagé mardi après-midi.

C’est une religieuse, qui a réussi à sortir de l’église, qui a donné l’alerte. « Ils sont entrés brusquement. Ils ont pris l’espace. Ils parlaient en arabe. J’ai vu un couteau. Je suis partie au moment où ils commençaient à agresser le père Jacques. Je ne sais même pas s’ils ont réalisé que je partais », a-t-elle ensuite raconté au Figaro, tout en souhaitant garder l’anonymat.

En sortant de l’église, les deux preneurs d’otages, « deux terroristes se réclamant de Daech » selon François Hollande, se sont retrouvés face à face avec des hommes de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Rouen qui les ont tués. En fin de matinée, le Raid menait des opérations pour s’assurer que rien n’a été piégé et qu’aucun dispositif explosif n’avait été placé à l’intérieur ou autour de l’édifice.

Les assaillants

Le groupe État islamique a affirmé que l’attaque avait été exécutée par deux de ses « soldats », selon l’agence Amaq, un organe de propagande du groupe jihadiste. Les auteurs de l’attaque « répondaient aux appels à prendre pour cible les pays de la coalition » internationale qui combat l’EI en Irak et en Syrie, d’après Amaq. Selon une source proche du dossier, ils auraient crié « Allah Akbar » à la sortie de l’édifice, avant d’être tués par les policiers.

L’un des deux auteurs de la prise d’otages « serait connu des services antiterroristes », ont indiqué des sources proches de l’enquête. L’homme, abattu avec son complice par les policiers, était fiché « S », ont précisé ces sources, confirmant partiellement une information d’iTELE. Il avait tenté de rallier la Syrie en 2015 et avait été, à son retour, mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire, avant d’être libéré sous bracelet électronique. L’identification des deux assaillants se poursuivait en début d’après-midi.

Selon 20 Minutes, l’un d’eux était originaire de Saint-Etienne-du-Rouvray, tandis que l’autre venait de la commune voisine d’Elbeuf.

L’enquête

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête, confiée à la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Les deux assaillants ont été abattus par la police, mais un troisième homme a été placé en garde à vue. Aucune précision sur le profil de cette personne n’a été donnée, mais selon M6, il s’agirait d’un mineur, proche d’un des assaillants.

Les deux auteurs de la prise d’otages avaient des armes blanches type couteau, « un vieux pistolet inopérant » et un « dispositif factice » faisant penser à la présence d’explosifs, a expliqué une source proche du dossier.

Vers 16h, soit environ cinq heures après la fin de la prise d’otages, la police nationale a annoncé que l’opération de déminage et de sécurisation de la zone était terminée. Aucun explosif n’a été découvert.

« La police technique et scientifique est maintenant au travail », a précisé à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet.

Les victimes

Le prêtre tué ce mardi matin, Jacques Hamel, était âgé de 84 ans, a indiqué dans un communiqué l’archevêque de Rouen, Dominique Lebrun. « De Cracovie, j’apprends la tuerie advenue ce matin à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Elle fait trois victimes : le prêtre, le père Jacques Hamel, 84 ans, et les auteurs de l’assassinat », a écrit l’archevêque depuis la Pologne, où il participait aux Journées mondiales de la jeunesse.

L’enquête a été confiée à la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). PHOTO AFP PHOTO AFP

« Je crie vers Dieu, avec tous les hommes de bonne volonté. J’ose inviter les non-croyants à s’unir à ce cri », ajoute le prélat, qui précise qu’il sera « dès ce soir dans mon diocèse auprès des familles et de la communauté paroissiale très choquée ». « L’Église catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes », conclut-il.

L’archevêque de Rouen a évoqué « trois autres personnes blessées dont une très grièvement » et une communauté paroissiale « très choquée ». La mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray a ouvert une cellule psychologique.

« Nous ferons bloc »

« Nous ferons bloc » face à cette « attaque barbare d’une église » a annoncé le Premier ministre, Manuel Valls. Aux alentours de 12h30, le cortège officiel composé de François Hollande et de Manuel Valls est arrivé sur les lieux du drame.

François Hollande a ensuite réuni mardi après-midi à l’Élysée le Premier ministre Manuel Valls, les ministres Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Jean-Jacques Urvoas (Justice) pour un « point sur la situation ».

Le pape François s’associe « à la douleur et à l’horreur » et « condamne de la manière la plus radicale » l’attaque dans une église en France, selon un communiqué du Vatican qui évoque « un meurtre barbare ». « Nous sommes particulièrement frappés parce que cette violence horrible est intervenue dans une église, un lieu sacré où s’annonce l’amour de Dieu, avec le meurtre barbare d’un prêtre et des fidèles touchés », a expliqué le Vatican. Le grand rabbin de France et le consistoire, qui organise le culte juif en France, ont quant à eux présenté leurs « plus sincères condoléances aux autorités catholiques de France ».

De son côté, François Hollande parle d’un « ignoble attentat terroriste » et recevra mardi soir à l’Élysée l’archevêque de Rouen et réunira mercredi matin la Conférence des représentants des cultes. Il a assuré que la France mènerait la « guerre » contre le groupe État islamique « par tous les moyens » après l’assassinat d’un prêtre par « deux terroristes se réclamant de Daech ».

« Nous sommes face à un groupe, Daech, qui nous a déclaré la guerre. Nous devons mener cette guerre, par tous les moyens, dans le respect du droit, ce qui fait que nous sommes une démocratie », a-t-il déclaré à Saint-Etienne-du-Rouvray, à quelques mètres de l’église où le prêtre a été égorgé.

Menaces

La menace d’une attaque contre un lieu de culte chrétien planait ces derniers mois en France, notamment depuis l’échec d’un projet d’attentat en avril 2015 contre une église catholique de Villejuif dans le Val-de-Marne. Un étudiant algérien de 24 ans, Sid Ahmed Ghlam, est soupçonné d’avoir voulu prendre pour cible cette église, et peut-être d’autres lieux de culte catholiques en région parisienne, et d’avoir tué à Villejeuif une professeure de fitness originaire de Caudry, Aurélie Châtelain . L’homme avait été arrêté avant qu’il puisse mettre son projet à exécution.

En moins de deux semaines, une vague sans précédent d’attentats revendiqués ou attribués au groupe Etat islamique (EI) a frappé l’Europe, deux attaques visant la France, à Nice le 14 juillet et ce mardi, et deux l’Allemagne.