Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > La société civile turque victime d’une répression massive

La société civile turque victime d’une répression massive

mardi 2 août 2016, par siawi3

La section Française

de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté

appelle à soutenir

La société civile turque victime d’une répression massive

La ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté dénonce la tentative de mise au pas de la société turque par le Président Erdogan et affirme sa solidarité avec les forces démocratiques et les syndicats turcs qui œuvrent pour une société respectueuse de tous les Droits humains.

Nous alertons l’opinion publique sur la purge sans précédent menée par le pouvoir turc dans la fonction publique. Cette purge vise à modifier profondément l’appareil d’état en éradiquant les fonctionnaires formés à laïcité et à la démocratie et à les remplacer par des fonctionnaires aux ordres du parti islamique. Ce coup de force est réalisé au nom de l’état d’urgence néanmoins, il a été précédé au premier trimestre 2016 par une répression violente à l’encontre des 1228 universitaires signataires de l’Appel pour la paix en Turquie. Il apparaît donc que les graves atteintes actuelles à la liberté d’expression ont précédé l’action putschiste de quelques militaires et n’en sont pas la conséquence.

La répression massive va désormais bien au-delà de l’armée. Elle frappe les médias, la justice et tous les fonctionnaires. 35 000 agents de l’État ont été suspendus, dont plus de 15 000 dans l’enseignement. 1900 doyen.ne.s des établissements publics et privés ont été suspendu.e.s de leur fonction. C’est donc au droit de penser que s’attaque le Président Erdogan aussi bien dans la presse que dans l’éducation et partout où les citoyens peuvent exercer leur esprit critique.

Les femmes qui militent pour la paix et la liberté savent que le droit de penser est une barrière contre le militarisme, l’intégrisme et la violence. Quand il est attaqué cela annonce des persécutions. En solidarité avec les féministes turques et la Marche Mondiale des femmes nous rappelons que les stratégies guerrières ne font qu’apporter plus d´affliction pour les femmes et les communautés dans le monde entier et nourrissent les intégrismes et les conflits. Les femmes turques ont tout à craindre de cette dérive autoritaire. La LIFPL soutient leur combat.

Le président Erdogan en pratiquant des arrestations massives et arbitraires de supposé.e.s opposant.e.s prépare un virage politique de la Turquie vers un régime qui ne respecte plus l’état de droit. Etant donné l’importance géopolitique de ce pays, un tel virage assombrirait encore l’avenir de l’Europe et du Moyen Orient.

C’est pourquoi, nous demandons à l’ONU d’exercer les pressions institutionnelles prévues dans le cas d’atteintes graves aux droits humains afin de stopper la dérive autocratique en Turquie.

Nous demandons à l’Union Européenne et à tous les chefs d’Etats européens qui ont conclu un accord avec la Turquie pour se déresponsabiliser à l’égard des réfugiés, de ne pas continuer dans cette voie dangereuse de la collusion stratégique avec le Président Erdogan.

Au-delà de la dénonciation des menées liberticides et guerrières en Turquie et ailleurs, La ligue Internationale des Femmes pour la paix et la liberté appelle tous les mouvements féministes et les citoyens du Monde à réfléchir à la montée généralisée de la violence et à agir pour la Paix.

la section française de la WILPF