Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Charlie Hebdo à nouveau menacé : la justice ouvre une (...)

France : Charlie Hebdo à nouveau menacé : la justice ouvre une enquête

vendredi 12 août 2016, par siawi3

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/12/97001-20160812FILWWW00074-charlie-hebdo-a-nouveau-menace.php

Par Lefigaro.fr avec AFP

Mis à jour le 12/08/2016 à 13:07 Publié le 12/08/2016 à 08:20

La justice française a ouvert une nouvelle enquête après de récentes menaces de mort visant le magazine satirique Charlie Hebdo, cible d’un attentat djihadiste en janvier 2015, a-t-on appris aujourd’hui de source judiciaire.

Charlie Hebdo a déposé plainte contre X hier, selon Le Parisien. Le journal a reçu des menaces après publication du dernier numéro, paru mercredi. Les caricaturistes y campent un couple sur la plage. L’homme, longue barbe d’où pointe son sexe, à côté d’une femme qui porte le voile, elle aussi nue. Le slogan qui accompagne le dessin : « Musulmans. Dé-coin-cez-vous ! »

Dans la foulée, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "menaces de morts matérialisées par écrit", a-t-on précisé de source judiciaire. Les investigations concernent plusieurs dizaines de messages, sur la période juillet-août, a-t-on ajouté de même source.

L’un des messages reçus sur la page Facebook du journal menace d’un attentat prochain. Une enquête, confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, a été ouverte dans la foulée.

Charlie Hebdo avait déjà reçu des menaces pendant l’Euro de Football. Elles ont été postées après la une du 14 juillet, elle montrait le footballeur Antoine Griezmann caricaturé en vibromasseur, accompagné de cet encouragement : « Faites-nous vibrer ! » "Les menaces ont commencé à la mi-juillet, mais il y en a surtout eu mardi", a précisé Eric Portheault, coactionnaire du journal avec Riss, rappelant que ce n’est pas la première fois qu’il dépose plainte pour des menaces.

Les membres de la rédaction font toujours l’objet de mesures de sécurité renforcées depuis l’attentat du 7 janvier 2015 au cours duquel 12 personnes, parmi lesquelles huit membres de la rédaction, ont été assassinées par deux frères djihadistes au siège de l’hebdomadaire.

Lefigaro.fr avec AFP