Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Tunisie : Condition nécessaire pour être candidat au Ministère de la (...)

Tunisie : Condition nécessaire pour être candidat au Ministère de la Femme,…

dimanche 14 août 2016, par siawi3

Source :

Tunisie – Condition nécessaire pour être candidat au Ministère de la Femme,…

10 août 2016

Par salah horchani

Blog : Qui tolère l’islamisme récolte le terrorisme ( l’islamisme = l’islam politisé )

Poème écrit à l’occasion de la triple fête de la femme tunisienne qui aura lieu ce Samedi 13 août 2016 - Fête nationale de la femme + 60ème anniversaire du Code du statut personnel + 60 ans d’existence de l’Union nationale de la femme tunisienne (l’UNFT) fondée en janvier 1956 - et en réponse aux nouvelles qui circulent dans les médias concernant la nomination possible d’une islamiste à la tête du Ministère de la femme, de la famille et de l’enfance : comme si l’on nommait Marine Le Pen à la tête du Ministère de l’immigration !

Toute candidate, tout candidat au portefeuille du Ministère de la femme
Doit, impérativement, s’engager à inclure dans son programme
L’égalité de toutes et de tous dans tous les domaines
Que l’on s’appelle Ali, Moshé, Fatou, Jean ou Imène
Et, en premier, l’égalité devant l’héritage
Géré aujourd’hui par une règle d’un autre âge
C’est la moindre condition que l’on puisse exiger pour une telle candidature
En plus, évidemment, d’être connu pour son équité et sa droiture
Car, après tout, la raison d’être de sa future fonction
C’est d’éradiquer toutes les injustices et discriminations
Dont souffre la femme depuis la genus hominum création
Ainsi, les nahdhaouis sont auto-éliminés à priori
puisque pour eux, la part de la femme doit être la demie
De celle de l’homme, comme la Sharia le prescrit
Usage que tous défendent bec et ongles, avec énergie
Femmes, hommes, adhérents de base,... dirigeants, tous réunis
Disposition qui, au XXIème siècle, est une aberration
D’ailleurs, catégoriquement contraire à notre Constitution
Elle est aussi contraire aux conventions internationales
Auxquelles notre pays a donné son entier aval
Cette règle qui était révolutionnaire au temps du Prophète
Se trouve être, aujourd’hui, absolument obsolète
Ces nahdhaouis feignent d’oublier que le sixième pilier
Qu’est l’Ijtihad* peut conduire avec sérénité
À l’égalité absolue entre héritiers
Et bannir cette injustice en toute légalité
Tout en étant, avec le Coran, en conformité
Comme Bourguiba l’a accompli voilà soixante ans
Pour les lois égalitaires dont nous jouissons maintenant
Telles que celles interdisant la répudiation
La polygamie et le mariage dit Orfi
Ce dernier étant la halal prostitution
Pratiquée, aujourd’hui, par l’Iran et l’EI

Mais, l’Ijtihad, ce vivificateur de l’Islam
Est l’otage d’oulémas, de cheikhs et d’imams
Qui ne souhaitent pas que notre religion se modernise
Afin qu’ils puissent continuer à légiférer à leur guise
Rendons à l’Ijtihad sa liberté
Celle qu’il avait en Al-Andalus, à Grenade
À l’époque de Maïmonide et Averroès
Dégageons-le des griffes de ces rétrogrades
Condition sine qua non pour instaurer l’égalité

Et, s’il se trouve qu’un candidat islamiste prenne ledit engagement
Y compris la première dame parmi eux**, favorable à la polygamie,
Ne le croyez-pas, car, le passé a montré que, politiquement
Ce sont des gens adeptes du double langage, du mensonge et de l’hypocrisie
Qu’il s’agisse de ceux qui se disent islamiste modérément
Ou bien de ceux d’Al Qaïda, de Daech,…ou des enfants de Khomeiny
Ce sont des marchands de religion dont le problème, au fond de l’âme,
Est et restera : Elle, la femme, toujours la femme, rien que la femme

Salah HORCHANI

* L’Ijtihad est l’effort de compréhension et d’interprétation du Coran pour l’adapter à chaque époque.

**https://www.youtube.com/watch?v=DZ63rfcgtss

Il s’agit de Madame Rached Ghannouchi qui – en exposant dans cette vidéo, dans la langue de Molière, son opinion « vis-à-vis du statut de la femme tunisienne aujourd’hui » - a déclaré :

« La femme n’a pas lutté pour avoir sa liberté. Mais, cette liberté lui a été accordée par ce Statut [le Code du Statut Personnel]. Alors, elle n’a pas su bien œuvrer et elle abuse de cette liberté (…) je ne suis pas contre [la polygamie] parce que, à mon avis, la monogamie a abouti à une mauvaise situation pour les hommes, parce qu’elle a abouti à l’adultère, la débauche ».