Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : L’appel des Français musulmans et l’oubli des victimes (...)

France : L’appel des Français musulmans et l’oubli des victimes juives

mardi 30 août 2016, par siawi3

Source : http://www.cclj.be/node/9538

Vendredi 12 août 2016
par La Rédaction

Suite à la publication de la tribune « Nous, Français et musulmans, sommes prêts à assumer nos responsabilités », parue dans le Journal du Dimanche le 31 juillet 2016, Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo, a exprimé son malaise par rapport à cet appel qui avait omis les victimes juives (école Ozar HaTorah de Toulouse et l’Hyper Casher) du djihadisme. Un malaise entendu.

« Mes chers amis, en publiant un appel dans le JDD de la semaine dernière, vous avez courageusement répondu à une nécessité », a souligné Philippe Val en guise d’introduction de sa tribune publiée le 7 août dernier dans le Journal du Dimanche.

Et de saluer ensuite l’importance de leur appel : « Français et musulmans, vous êtes la première voix qui, à vos risques et périls, ose reconnaître que l’islam connaît en son sein une crise profonde. Vous acceptez de regarder la réalité en face pour constater ce que beaucoup font semblant d’ignorer, à savoir que la radicalisation islamique, qui est le cœur de cette crise, représente une menace mortelle pour la concorde démocratique et républicaine. Et vous en appelez à un travail intellectuel, culturel et législatif pour réformer l’islam de France et répondre à la question du collectif national, lequel comprend évidemment les Français musulmans : ’Mais où êtes-vous ? Que faites-vous ?’ ».

Toutefois, Philippe Val éprouve un malaise qu’il ne peut dissimuler. « Mais à la lecture on ressent un premier doute : vous ne citez pas Charlie, mais des caricaturistes… Et puis arrive la confirmation, proprement dramatique : vous avez vous-mêmes condamné et gâché votre geste, dès les premières lignes de votre appel. Dans votre étrange liste des victimes du terrorisme, – vous parlez du Bataclan, du meurtre des policiers, de Nice, du prêtre – vous avez omis les Juifs, parmi les premiers visés par le terrorisme et aux premiers rangs des victimes désignées. Vous avez oublié, pour s’en tenir à la France, les victimes de Mohamed Merah et celles de l’Hyper Casher ».

Il est d’ailleurs important d’indiquer qu’il ne fut pas le seul à être choqué par cet oubli. Philippe Val poursuit en se posant la question que tout le monde se pose : Pourquoi cette omission ? « Il n’y a que deux hypothèses, également catastrophiques », relève Philippe Val : « Soit vous l’avez fait exprès, pour rallier le plus de monde possible sans avoir à affronter l’antisémitisme qui cimente une part non négligeable de l’islam. Et cela revient à avouer que vous avez déjà perdu la bataille que vous prétendez mener ; soit c’est un oubli inconscient et cela veut dire que vous n’avez pas encore compris la nature de la maladie qui menace de mort l’État de droit, maladie dont vous n’avez pas encore réussi vous-mêmes à guérir ».

Philippe Val n’écarte pas non plus la possibilité que certains des signataires aient signé cet appel en confiance, sans le lire même s’il considère « qu’on ne peut croire que certaines personnes estimables aient commis cette faute ».

Philippe Val rappelle enfin en quoi cette omission juive est grave : « Mes amis, je tiens à vous le dire. Jamais nous n’accepterons de tels "compromis" langagiers qui ne sont rien d’autres que des muettes permissions données aux futurs criminels antisémites. Or – il faut en persuader haut et fort tous ceux qui en doutent, sans quoi votre ­démarche n’a aucun sens – la France, c’est aussi le pays des Français juifs. Nous sommes indissolublement liés à la composante juive de la France par notre histoire commune, notre culture et l’établissement des lois qui garantissent les libertés et la concorde ».

« Ceux qui pensent que l’on pourrait trouver une telle honteuse sortie à la période dramatique que nous traversons se trompent lourdement. Nous ne nous laisserons pas faire. De même que les Français se dresseront pour défendre les Français musulmans qui enrichissent leur pays en aimant et en respectant l’Etat de droit, de même ils se dresseront pour défendre leurs concitoyens juifs et la mémoire ineffaçable des victimes assassinées parce que juives ».

Philippe Val tire la conclusion qui s’impose : reformuler cet appel en y ajoutant les victimes juives. « Amis signataires, chacun est prêt à faire crédit de votre bonne volonté. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Republiez votre appel, avec la liste exhaustive des attentats par ordre chronologique. Et justement parce que vous savez que c’est le mot problématique pour une partie de la communauté musulmane, écrivez en toutes lettres le mot juif. Seul l’effort de regarder et de nommer la réalité nous permet de réfléchir à des solutions. Si nous réfléchissons à partir d’un mensonge par omission, nous sommes condamnés à la guerre par soumission ».

Le rectificatif attendu

La réaction juste et salutaire de Philippe Val n’a pas échappé aux signataires de l’appel « Nous, Français et musulmans, sommes prêts à assumer nos responsabilités ». Dans le même Journal du Dimanche, ils ont publié un rectificatif dans lequel ils déclarent n’avoir jamais voulu exclure les Juifs de la liste des victimes du djihadisme :

« Nous Français et musulmans tenons à dire avec la plus grande clarté que nous ne faisons aucune différence entre les victimes du terrorisme aveugle qui frappe notre nation depuis de nombreux mois.

Elèves juifs de Toulouse ou clients de l’Hyper Casher assassinés parce qu’ils étaient juifs, prêtre catholique martyrisé en son église, soldat ou policier musulman abattus en service…la liste des victimes est terriblement longue et si diverse, à l’image de notre nation dans toutes ses composantes, qu’il nous faut affronter l’adversité ensemble.

C’est bien tous ensemble – juifs, chrétiens, musulmans, agnostiques et non croyants –, que nous aurons à mener ce combat, il nous faudra toutes nos forces. Ne les abîmons pas dans des faux procès et restons des citoyens solidaires ».