Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Inde : Encore les « vaches sacrées » !

Inde : Encore les « vaches sacrées » !

vendredi 26 août 2016, par siawi3

Source : http://solidairesathees.blogspot.fr/

21 aout 2016

Les milices de défense des vaches ( « cow vigilantes ») qui prolifèrent depuis l’élection de Narendra Modi semblent bien être hors de contrôle. En plus du quasi-lynchage de jeunes dalits à Una dans le Gujarat à la mi-juillet, ces miliciens ont attaqués des dizaines de personnes cette année avec notamment plusieurs lynchages de musulmans accusés de vendre et/ou de manger de la viande de boeuf.

Tout récemment, c’est justement un cacique du BJP, le parti au pouvoir qui a été lui même victime des forces sectaires que son parti a déchainé. Transportant un boeuf dans son camion, il a été intercepté par un groupe d’extrémistes qui l’a battu à mort pensant qu’il amenait la bête à l’abattoir.

Tout cela a amené Modi à officiellement désavouer ces milices, ce dont il s’était bien gardé par le passé, en déclarant début août que la plus grande partie de ces organisations n’étaient pas de légitimes “gau rakshaks,” ( protecteurs de vaches) mais des « groupes antisociaux“ s’abritant derrière cette dénomination . Il a ajouté que plutôt d’attaquer de supposés infidèles, les « protecteurs » feraient mieux de s’assurer que les vaches cessent de se nourrir dans les poubelles et ingèrent du plastique, ce qui cause la mort prématurée d’un grand nombre d’entre elles.

Comme le rappelle The Economist (Cowboy and Indians 20/08/2016), il y a une économie florissante « mêlant business, politique et religion » de la protection des vaches. Ainsi à Bombay on compterait pas moins de 4000 propriétaires de vaches qui sollicitent des dons des passants dans les rues. Les emplacements se transmettent de père en fils et peuvent générer de confortables bénéfices. Plus généralement, avec la multiplication des lois interdisant l’abattage des vaches, de nouvelles opportunités s’offrent aux « gau rakshaks ». Ainsi dans le punjab, les producteurs de lait ont été obligés de payer une taxe aux milices de protection des vaches pour être sûrs de ne pas subir d’attaques lors du transport de leurs bêtes.
A propos de lait, un des dirigeants du groupe de nervis nationalistes Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS)-qui fait notamment l’apologie des multiples vertus hygiéniques de la pisse et de la crotte de vaches sacrés- a indiqué que boire du lait de vaches non indiennes pouvait mener les enfants dans la voie du crime car le lait de vaches anglaises recèle des "particules empoisonnées et diaboliques.
Plus anecdotiquement, on assiste aussi à un boom des maisons de retraite pour vaches.

Rappelons que l’historien Dwijendra Narayan Jha avait, à son corps défendant, fait scandale ( et avait même été condamné à mort par certains) au début des années 2000 avec son livre Le mythe de la vache sacrée, dans lequel ll prouvait que l’interdiction de manger du boeuf était une invention récente et que le boeuf avait une place importante dans la cuisine de l’Inde ancienne.