Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > L’Europe va-t-elle enteriner les mariages d’enfants sous prétexte qu’ils sont (...)

L’Europe va-t-elle enteriner les mariages d’enfants sous prétexte qu’ils sont légaux dans le pays d’origine ?

Un regretable précédent en Allemagne

jeudi 1er septembre 2016, par siawi3

Source : https://fr.express.live/2016/08/22/allemagne-enfants-maries-refugies/

Un millier d’enfants mariés enregistrés en Allemagne

Audrey Duperron 22 août 2016

Photo : A Moroccan woman looks at photographs of under-age brides during an exhibition by Stephanie Sinclair at the Mohammed V theatre in Rabat .
AFP PHOTO/FADEL SENNA

En Allemagne, on a enregistré au moins 1.000 enfants mariés parmi les 1,2 million d’immigrants – pour la plupart des musulmans – qui sont entrés dans le pays dans le cadre de la politique d’accueil de la chancelière Angela Merkel l’an dernier.

Le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé ; rien qu’en Bavière, on compterait 160 enfants mariés de moins de 16 ans, et 550 âgés d’entre 16 et 18 ans. En Allemagne, comme en Belgique, on n’est autorisé à se marier qu’à partir de 18 ans, mais il est possible de se marier à 16 ans par dérogation. Bon nombre de ces mariages d’enfants ont été conclus conformément à la charia.

En juin, un tribunal de Bavière a approuvé le mariage d’un Syrien de 21 ans avec sa cousine de 14 ans. Le tribunal a estimé qu’il était valide, parce qu’il avait été conclu en accord avec la loi syrienne. L’homme avait déposé une plainte contre les services sociaux allemands parce qu’ils avaient séparé le couple et placé la fille sous leur tutelle légale. Les autorités locales tentent maintenant de faire appel contre ce verdict.

Le conjoint de l’enfant est aussi son tuteur légal

La législation allemande en matière de protection de l’enfance prévoit que tous les moins de 16 ans doivent avoir un tuteur légal. Embarrassés par cette nécessité, certains tribunaux nomment le mari tuteur de son épouse mineure.

Les militants des droits de l’homme sont consternés et évoquent un conflit d’intérêts, jugeant qu’on ne peut désigner tuteur légal d’une jeune fille un homme plus âgé qui a des relations sexuelles avec elle.

Terre de Femmes

L’association Terre de Femmes, une organisation dédiée aux droits des femmes, vient de lancer une pétition pour interdire le mariage des moins de 18 ans. Cette pétition a déjà recueilli 100.000 signatures.

La fréquence des mariages impliquant des enfants a augmenté fortement dans les camps au Moyen-Orient au cours des derniers mois, indique l’Organisation des Nations Unies. Ses chiffres montrent que 51% des épouses dans ces camps ont moins de 16 ans, contre 13% précédemment.

L’Allemagne ne sait pas comment régler cette question. Heiko Maas, le ministre allemand de la Justice, a dit qu’il voulait créer un groupe de travail chargé d’examiner comment la loi peut être modifiée pour éventuellement interdire les mariages pour les personnes âgées de moins de 18 ans. “Si les personnes mineures, de façon justifiée, n’ont pas le droit de s’acheter de la bière, pourquoi les législateurs permettraient-ils aux enfants de prendre des décisions aussi graves que le mariage ?”, se demande Eva Kühne-Hörmann, ministre de la Justice de la Hesse.

D’autres pensent que les pratiques religieuses et culturelles des nouveaux arrivants devraient être respectés dans le cadre de leur asile. “Si ces manières de vivre sont communes ailleurs et que ces gens ont émigré ici légalement, cela signifie que nous les privons de leurs droits et que nous leur refusons notre protection”, pense le professeur de droit Hans Michael Heinig, dans le Sunday Times.

D’autres pays d’Europe pourront accepter les mariages d’enfants

La décision de la cour de Bavière inquiète d’autres pays européens, qui craignent qu’elle crée un précédent. Aux Pays-Bas, depuis l’an dernier, on reconnaît les mariages d’enfants lorsqu’ils ont été conclus dans le pays d’origine.

“C’est une décision lamentable”, estime Jasvinder Sanghera de Karma Nirvana, un organisme de bienfaisance qui aide les enfants, filles et femmes victimes de mariages forcés et d’abus :

“Je crains que cela crée un précédent qui serait ensuite reproduit dans d’autres pays. Reconnaître les différences culturelles ne signifie pas que l’on doit accepter l’inacceptable. Ce sont des enfants, et c’est de la pédophilie”.