Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > France : « Les préjugés tuent »

France : « Les préjugés tuent »

jeudi 15 septembre 2016, par siawi3

Source : http://www.ufal.org/divers/des-citoyens-ont-manifeste-a-paris-dimanche-4-septembre-jour-anniversaire-de-lavenement-de-la-republique-pour-dire-que-les-prejuges-tuent/?utm_source=mailup&utm_medium=courriel&utm_campaign=flash

Des Citoyens ont manifesté à Paris dimanche 4 septembre, jour anniversaire de l’avènement de la République pour dire que « Les préjugés tuent »

Par Marc Lefèvre

le 6 septembre 2016

Suite à l’assassinat de M. ZHANG Chaolin à Aubervilliers, ils étaient plusieurs milliers de citoyens français d’origine asiatique à s’être rassemblés Place de la République pour dire avec calme et conviction que la sécurité est une condition nécessaire à la réalisation effective de la devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Ils l’on fait à leur façon, ordonnée et disciplinée, toutes générations confondues, arborant toutes et tous le même T-shirt blanc demandant « La sécurité pour tous ».

Ils voulaient attirer l’attention de la société française sur les violences auxquelles leur communauté est exposée. Mais leurs revendications se gardaient bien de vouloir être spécifiques à leur communauté. Ils nous disaient que la France les a reçus, qu’ils veulent y vivre en adhérant aux valeurs républicaines de leur pays d’accueil, mais que ces valeurs et ces principes sont indissociables de la garantie d’une Sécurité pour toutes et tous.

Un logiciel inhabituel pour nos organisations antiracistes et humanitaires habituelles qui brillaient par leur absence, déroutées qu’elles auraient été également de voir une telle foule agiter des milliers de fanions tricolores plutôt que les petits livres rouges des photos du regretté Marc Riboud.

De façon générale, la société française non asiatique brillait par son absence. Quelques personnes isolées étaient courtoisement invitées à se revêtir du T-shirt blanc emblème de la manifestation.

Encadrés par des organisateurs affirmant clairement leur refus de toute instrumentalisation par une sensibilité politique quelconque, des représentants de partis politiques traditionnels de droite et de gauche étaient venus néanmoins témoigner de leur solidarité. La Maire de Paris brillait paradoxalement par son absence, ayant peut être préféré une marche dominicale sur les quais rive droite reconquis.

Cette manifestation citoyenne était certes inhabituelle dans son organisation et sa discipline bon enfant. Il faudra faire un effort de compréhension pour intégrer correctement dans les luttes sociales et citoyennes une communauté qui affirme aussi clairement son adhésion aux valeurs de son pays d’accueil en même temps que ses attentes.

Un effort d’écoute et d’adaptation nécessaire qui peut élargir et enrichir les luttes pour qu’une France plus républicaine se donne les moyens de mettre en pratique ses valeurs pour tous ses citoyens.