Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Athéisme en Turquie : une interview avec Semih Core, porte-parole de (...)

Athéisme en Turquie : une interview avec Semih Core, porte-parole de l’Association Athéiste Turque .

mardi 27 septembre 2016, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source :

Sep 11, 2016

Athéisme en Turquie

Entretien réalisé en septembre 2016 avec Semih Core, porte-parole de l’Association Athée Turque , et traduit par les Éditions de l’Asymétrie.

- Pouvez-vous s’il-vous plaît nous expliquer l’histoire de votre groupe ?

S.C. Des groupes d’athées ont commencé à s’organiser sur les réseaux sociaux lorsque a débuté la censure d’Internet et que le célèbre pianiste Fazil Say a affronté un procès intenté d’après l’article 216 du Code pénal turc (TCK), accusé d’ " encourager un segment de la société à la haine et à l’hostilité contre un autre segment ayant différents groupes sociaux, de classe, de race, de religion ou de secte, de les humilier, et d’humilier les valeurs religieuses d’une partie de la société ".
Ces groupes d’athées ont essayé plusieurs fois de coordonner leurs modes d’organisation, mais ils ont échoué en raison de problèmes politiques ou personnels.
Et puis, l’Association Athéiste a officiellement ouvert ses portes en Avril 2014 car nous avions pu trouver un consensus en raison des attitudes apolitiques des membres.

- Quelles sont vos principales activités ?

En fait, notre combat premier est de lutter contre l’article 216 du Code pénal turc car ce code fonctionne seulement en faveur des musulmans, d’intensifier la lutte contre les leçons de religion forcées dans les écoles primaires et secondaires, et présenter le véritable Athéisme. Vous pourriez peut-être penser que c’est sacerdotal, mais ça ne l’est pas, parce que quand vous voulez apprendre de la chrétienté vous pouvez aller à l’église, ou à la mosquée pour l’islam, mais quand vous tapez athéisme dans Google, vous ne pouvez trouver que des commentaires islamistes haineux sur les sites Web turcs.
Nous essayons de modifier la perception de la société envers l’athéisme, envers les personnes athées, car à cause de cette mauvaise perception, les athées sont devenus plus solitaires que jamais, donc, nous organisons des meetings et des rencontres qui fonctionnent comme une médecine pour ces vies séparées et solitaires.
Nous organisons des événements académiques comme des séminaires et symposiums pour augmenter le niveau de conscience et d’emprise de la société sur la science, la religion, la philosophie, la pédagogie, la laïcité et les droits de l’homme. Nous l’avons fait sous le nom " Symposium sur l’Evolution et l’Athéisme en Turquie " après deux mois d’existence officielle.
Nous avons organisé 8 Séances Philosophiques à l’Université du Bosphore et au vu de l’intérêt croissant pour ces questions, nous préparons des événements philosophiques une fois par mois ..
Maintenant, nous prévoyons d’organiser des événements sur la pédagogie, les lois et la science.
Et nous avons un bon nombre d’invitations pour d’autres événements comme la « Bibliothèque vivante » où les gens posent des questions et où vous pouvez librement répondre pour briser les préjugés. Et même la Faculté de Théologie de l’Université d’Istanbul nous a récemment invités !...

- Votre groupe est-il uniquement basé à Istanbul, ou également dans d’autres villes ?

Oui, notre groupe habite principalement la région d’Istanbul, mais nous avons beaucoup de membres et sympathisants hors d’ Istanbul et hors de Turquie.

- Y a t-il des générations différentes dans votre groupe ?

Oui, nous avons des membres de 18 ans au moins, jusqu’à soixante-dix ans.

- Avez-vous avez écrit un manifeste pour présenter votre organisation ?

Oui, consultez notre site Web, voici le lien
http://ateizmdernegi.org.tr/dernek/tuzuk

- Êtes-vous liés aux organisations athées et humanistes internationales ?

Oui, nous sommes membres de l’Atheist Allience, du Center For Inquiry, du Secular Policy Institut, de Recovery From Religion, de l’IBKA, et de la Fondation Richard Dawkins.

- Quelles sont les principales leçons que vous avez tirées de votre expérience de l’organisation jusqu’à présent ?

Pour mon expérience personnelle, il y avait vraiment besoin de cette organisation. J’y ai trouvé tellement d’occasions de rencontrer des gens tant de fois qui ont vraiment besoin d’être compris pour ce qu’ils sont.
... Et pour mon expérience de l’organisation, je vais le répéter, il y avait vraiment besoin de ce fonctionnement parce que l’Association Athéiste regroupe certaines personnes qui ne connaissent pas de limites personnelles.

Tout d’abord, nous aimerions vous poser quelques questions sur le kémalisme et son héritage.

- Peu de personnes en Europe savent que le kémalisme a promu une laïcisation par le haut, très radicale (adoption du script latin, remplacement du vendredi islamique avec le week-end occidental, droit de vote pour les femmes et adoption d’un code civil moderne basé sur le modèle suisse), mais autoritaire et parfois très violente (pendant la révolte contre l’interdiction du fez et plus généralement au cours des années 20).
Que pensez-vous de cette première période kémaliste et de la modernisation qu’elle a apporté ?

Ataturk est une illumination du pays. Chaque révolution a commencé avec la révolte, nous pouvons donner une périodicité précise des combats et de l’émergence de la laïcité en France par exemple. Il y a toujours des gens opposés aux nouvelles règles dans toutes les sociétés, même si cela fonctionne mieux qu’avec les anciennes lois.. Oui, dans les années 20, les temps étaient clairement difficiles, mais si vous examinez la situation dans les années 60 ou 70 en Turquie, vous ne pouvez pas comparer avec les régressions d’aujourd’hui ..
Le sécularisme est sur le point de perdre partout de nos jours, et la société corrompue se soumet aux gouvernances religieuses depuis les années 80. Si la situations continue d’évoluer de cette façon, nous ne pourrons même plus parler des droits humains et internationaux dans 10 ou 15 ans .. L’administration viciée, l’éducation et les politiques économiques de ces gouvernances ont élevé des générations sans instruction, et peut-être la pire chose aujourd’hui, ils valorisent et flattent les masses sans instruction. Nous ne donnons pas de commentaires institutionnels sur des sujets politiques, mais à mon avis, en plus de toutes ces politiques mal intentionnées et agencées, nous sommes maintenant dirigés par un groupe d’ignorants ...

-  Kemal est connu pour avoir dit : « Voilà l’Islam, la théologie absurde d’un bédouin immoral, un cadavre en décomposition qui empoisonne nos vies. »

Nous ne savons pas si cela est bien vrai, mais de toute façon n’avait-il pas à être radical dans ce processus de laïcisation puisqu’il voulait se débarrasser du sultanat et du clergé musulman ? Donc, ne pourrions-nous pas dire que la sécularisation a toujours été aussi utilisée comme un prétexte fallacieux par les militaires pour justifier leur domination et les putschs tout au long du 20 ème siècle ? (voir aussi l’utilisation très fréquente par Erdogan de la soi-disant martyrologie du « pieux » à propos des anciennes élites laïques de la Turquie)

Certains disent « Ataturk était croyant » et d’autres disent « non ». Je ne le sais pas et je ne m’en soucie pas. Je suppose qu’il était déiste, mais à cause de son identité politique, il se comportait comme un croyant et parfois aussi comme un non-théiste. Je suis intéressé par tout ce qu’il a fait. Il a apporté la laïcité, l’occidentalisation, la révolution dans l’éducation et dans la place de la femme avec l’homme ..
Je ne vais jamais me ​​décrire comme un kémaliste, ni défendre ce qu’il a fait, mais s’il y a un pays du nom de Turquie, qui est constitutionnel et laïque, tout les hommes et femmes turcs le doivent à Ataturk et je le dis en tant que anti-nationaliste et antimilitariste. Les années 20 était une période difficile, peut-être qu’il a eu tort ou peut-être qu’il a fait ce qu’il avait à faire. Il a lutté contre les islamistes réactionnaires et aujourd’hui, je peux me décrire comme un athée et homosexuel grâce à lui, je ne peux pas imaginer comment serait la vie aujourd’hui s’il n’y avait pas eu Ataturk.

- En Avril, le fait que la Turquie soit le seul pays musulman à se proclamer laïque dans sa constitution a été attaqué par l’AKP. Pensez-vous qu’ils vont essayer à nouveau de supprimer cet héritage kémaliste ?

Comme je l’ai dit avant, nous ne commentons pas au le nom de l’association le thème des partis politiques, mais à mon avis, le gouvernement actuel est meilleur que jamais sur l’utilisation et l’instrumentalisation de la religion et du nationalisme, en en faisant des questions clés et un outil pour garder une certaine partie de la société sous contrôle. Parce que ces questions ont toujours été comme des lignes rouges dans la société turque. De nos jours, cette partie de la société agit comme sous hypnose et ne peut pas voir ce que fait l’AKP, même s’ils n’agissent pas en secret.

Ensuite, à propos de M. Erdogan et son système- Il est souvent dit ici que l’AKP exprime les intérêts de la « bourgeoisie verte », qui est économiquement émergente, en prenant sa revanche contre l’ancienne élite laïque. Quel est votre point de vue sur cette analyse ? Sinon, comment pourriez-vous décrire la base sociale de l’AKP ?

Je peux vous le confirmer, votre point de vue est peut-être en partie vrai. En Turquie, la plupart des personnes musulmanes sont sans instruction, et dans le passé, étant inculte et un peu honteux dans la société, au moins, on montrait du respect à la partie intellectuelle et laïque de la société ; après 80 de cette situation sera bouleversée, et chacun d’entre nous se souvient encore du Massacre de Madimak. En ce moment, la plus grande intention du gouvernement de l’AKP est de généraliser cette vie sans instruction. Des personnes forcées de sortir de là où elles se cachent, d’autres forcées à mener des vies humbles quand la société, fière de sa pseudo-science, impose aux autres sa culture. De nos jours, vous pouvez les voir au travail, dans les centres urbains, sur les bords de mer ou dans les transports en commun, dans toutes les parties de la vie. Mais le problème c’est qu’ils ne respectent pas tout le monde, à commencer par eux-mêmes. On est forcé de vivre avec la culture turque islamique, mais ils ne savent pas ce qui est vrai ou ce qui est faux. Je suppose qu’ils décident des choses par instinct, et non pas avec logique.

- Il est souvent difficile de comprendre pourquoi l’AKP est « en guerre » contre son ancien allié du clan Gülen et quel rôle ces clans jouent effectivement en Turquie. Pourriez-vous nous l’expliquer (dans la mesure du possible bien sûr !) ?

La partie laïque de la société turque a toujours mis en garde les croyants au sujet de cette confrérie Gulen pointée comme dangereuse, mais personne n’a réellement écouté les mises en garde. Pourtant, ils ont insulté tous ceux qui l’ont dénoncé comme dangereuse. Je suppose qu’ils ont longtemps coopéré, mais maintenant, ils se détestent. En fait, tout le monde attend de comprendre. Il y a tant de théories évoquées que je ne sais pas laquelle est vraie ; certaines d’entre elles semblent absurdes, d’autres plus logiques, mais nous verrons ce qui se passe avec le reste du monde ..

- L’islamisation, mais aussi l’ « ottomanisation » ou « ottamania » promue par Erdogan gagne-t-elle vraiment du terrain dans le pays ? Un auteur, Volkan Erit, dans " The Age of Anxious Conservatives : Turkey, That Moves Away From Religion " semble dire le contraire, que pensez-vous de cela ? Quels sont déjà les conséquences pour les femmes et les personnes LGBT ?

À mon avis, Volkan Erit a tort, je ne sais pas dans quelle République de Turquie il vit. Y a t-il une Turquie avec encore des perspectives prometteuses pour un avenir brillant que nous ne pourrions toujours pas réclamer ? Je ne le pense pas.Il y a un parti politique nouvellement-né qui se fait appelé « Le Parti ottoman » et dont le slogan est " Plus rien ne sera comme avant ". Qu’appellent-ils réellement les « vieux jours » ? L’ancien temps de la République, évidemment. Un membre du parlement a déclaré : " La page en cours depuis 90 ans va se tourner " à quelques reprises. ( 93 ans se sont écoulés après la déclaration de la République de Turquie) et dès les premiers jours de l’AKP au pouvoir M. Erdogan a déclaré : " Si la démocratie est un train, nous savons alors quand nous allons descendre de ce train "...
Seriez-vous toujours optimiste après ce genre de discours ? De toute évidence, nous ne le sommes pas.Je pense que pour la partie laïque de la société turque le problème principal est de savoir s’organiser efficacement. Tellement d’opinions s’affichent qu’ils ne savent pas quoi faire. Oui, beaucoup d’idée sont bonnes, mais tout le monde dictant propres idées on n’échappe pas à débattre de certaines qui sont totalement fausses. S’ils peuvent voir des points communs au lieu des différences, peut-être qu’ils peuvent s’organiser et agir bientot.

et enfin- Comment voyez-vous l’avenir de vos activités dans la période très difficile que votre pays traverse ? Craignez-vous plus de répression ?

Nos futures activités vont être plus agressives que jamais. Nous avons de très nombreux contacts internationaux, qui peuvent nous aider dans la lutte contre les cerveaux féroces et sombres. Oui nous sentons monter la répression, mais ça ne nous fait pas peur. Nous nous sentons responsables et redevables de perpétuels éclaircissements envers les gens qui nous entourent.

une interview avec Semih Core, représentant de l’Association Athéiste Turque. Septembre 2016.