Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Femmes et Islam - les Femmes du Prophète

Femmes et Islam - les Femmes du Prophète

lundi 26 septembre 2016, par siawi3

Source : http://www.telerama.fr/idees/femmes-et-islam-houria-abdelouahed-leve-le-voile-sur-les-femmes-de-mahomet,142096.php

Festival Etonnants voyageurs
Femmes et islam : Houria Abdelouahed lève le voile sur les femmes de Mahomet

Vincent Remy

Publié le 11/05/2016. Mis à jour le 24/08/2016 à 17h15.

“Il n’y a que ceux qui ont le pied sur la braise qui en ressentent la brûlure”, dit un proverbe arabe. Cette brûlure, des millions de femmes la ressentent quotidiennement en terre d’Islam. A l’occasion du festival Etonnants voyageurs, second volet de notre série d’entretiens avec des intellectuelles arabes qui ont choisi de se dresser contre l’obscurantisme : la psychanalyste Houria Abdelouahed, auteure de “Les Femmes du prophète”.

Psychanalyste franco-marocaine, Houria Abdelouahed est maître de conférence à l’université Paris-Diderot. Après un livre d’entretiens en 2015 avec le poète syrien Adonis (Violence et Islam), elle publie aujourd’hui Les Femmes du prophète, récit poétique et critique fondé sur une étude des textes théologiques. Elle définit le lien abusif entre croyances religieuses, organisation sociale et condition féminine.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée aux femmes du prophète ?

Au début, ce qui m’intéressait, c’était la mystique, et notamment la pensée d’Ibn Arabi, philosophe, juriste, poète, né au XIIe siècle en Andalousie et mort en 1240 à Damas. Un homme qui a rendu hommage à ses deux professeurs, des femmes ! Et qui a dit : « Tout lieu qui n’accepte pas le féminin est stérile. » Ibn Arabi a notamment parlé de la subtilité de Balkis, reine de Saba, face au roi Salomon. A un moment donné, j’ai commencé à regarder comment le texte coranique parlait des femmes. J’ai désiré en savoir davantage et me suis mise à lire Tabari, historien et exégète du Coran. J’ai trouvé sa pensée très problématique du point du vue du féminin. Par ailleurs, à cette époque, mon travail clinique a changé, je travaillais avec des femmes arabes, et j’avais l’impression d’une plainte interminable. Ces patientes m’interrogeaient sur le refoulé de mon histoire individuelle et l’histoire collective. Je réalisais qu’ Aisha, la femme-enfant du Prophète, pouvait être n’importe quelle petite fille donnée trop tôt en mariage.

“Gabriel était pour l’asservissement des femmes. La soumission de la femme était exigée par le ciel.”

Vous voulez dire qu’il y a une continuité sociale dans la culture musulmane, fondée sur la théologie ?

Absolument. Aujourd’hui, lorsqu’une femme réclame l’héritage de son père, le juge ne se fonde pas sur le texte du mystique Ibn Arabi — « La féminité c’est ce qui circule dans le monde » —, mais sur le texte théologique : le garçon a deux fois la part de la fille. Beaucoup de femmes dans les pays musulmans travaillent désormais, nourrissent leur famille, des grandes sœurs élèvent leurs petits frères, et bien qu’ayant ce rôle symbolique et matériel de mère de famille, au moment de l’héritage, elles n’auront que la moitié de la part du frère qu’elles ont élevé, en fonction de lois d’il y a quinze siècles. Dans ces textes, on lit que lorsque Oum Salama, une épouse du prophète, voulut faire la guerre pour avoir les mêmes droits que l’homme, ce cher ange Gabriel vint lui dire, que non, Dieu en avait décidé autrement. Gabriel était toujours là pour dire aux femmes de se soumettre. Quand Mahomet voulait la femme de son fils adoptif, Gabriel rendait la chose licite. Quand il voulait une petite fille, Gabriel rendait la chose licite. Et ainsi de suite. Gabriel était pour l’asservissement des femmes. La soumission de la femme était exigée par le ciel.

Pourquoi n’y a t-il pas eu de relecture des textes ?

La culture arabo-musulmane n’est pas réductible à la théologie. Nous avons eu Averroes, Avicène, Ibn Arabi, Hallaj, Sohrawardi, Râzî. Nous avons un texte mystique, philosophique, poétique, mais c’est le texte théologique qui a triomphé et qui fait loi. Avec l’histoire de Zaïnab, beauté foudroyante que le prophète a voulue, bien qu’épouse de son fils adoptif, deux versets ont été révélés. Le premier demande aux femmes du Prophète de ne pas s’exposer dans l’espace public comme les autres femmes. Le second évoque le hijâb (le voile) pour les femmes du prophète. Aujourd’hui, le verset cité régulièrement demande aux croyantes de voiler leur jayb, leur fente. Mais cela peut être la fente sexuelle ou fessière ou l’espace entre les seins. Tabari et autres commentateurs du texte ont fait dans la surenchère, parlant des mains, des pieds, affirmant qu’il faut voiler le corps entier.

Donc, ça vient très tôt ?

Oui, très tôt, et ce qui m’a vraiment interrogée, et mis très mal pendant longtemps, c’est cette incompréhension : comment des interprètes, commentateurs, historiens du texte, aujourd’hui encore, n’avaient-ils fait que répéter, presque à la lettre, les commentaires d’antan ? Pour faire mon livre, j’avais énormément d’ouvrages étalés devant moi, j’allais d’une version à l’autre, et je vous assure qu’il n’y avait aucune différence entre le texte du IIe siècle de l’Hégire ( VIIIe-IXe siècle) et celui d’aujourd’hui. Je ne comprenais pas comment ces hagiographes avaient réussi à imposer le silence de la pensée.

“Toutes les religions monothéistes ont essayé de dompter le sexe féminin.”

Et vous comprenez aujourd’hui ?

J’aimerais comprendre. Du moment qu’il s’agit des femmes du prophète, le prophète étant lui-même le sacré et l’au-delà du sacré, elles sont devenues objet sacré. Aucun questionnement n’a été possible. Et ne reste possible. Sauf par des gens subversifs, transgressifs. Alors on peut penser que face à l’étrangeté du sexe féminin, l’homme s’est senti angoissé et réprimant la femme, il s’est accordé trop de privilèges. Et comme c’est sacré, il n’y a aucune remise en question possible, mais une volonté farouche de domination qui appelle les forces du ciel contre la femme.

L’islam est-il vraiment différent des autres monothéismes en ce qui concerne les femmes ?

Toutes les religions monothéistes ont essayé de dompter le sexe féminin. Si l’on prend le christianisme, cela ne s’est pas passé du vivant de Jésus qui lavait les pieds de Marie-Madeleine la pécheresse, et qui était l’exemple de la tolérance même, mais voyez ce que les Pères de l’Eglise ont ensuite fait de la femme ! On retombe toujours sur les mêmes clichés, les mêmes règles. Le monothéisme a été une catastrophe pour la femme. Il faudrait étudier les civilisations antérieures, sumérienne, babylonienne, égyptienne, sur cette question, ce qui a été très peu fait.

Comment l’islam considère-t-il ce qui l’a précédé ?

C’est la « jahiliya », le temps de l’ignorance. Et c’est catastrophique. L’islam s’est vu, s’est dit, s’est exprimé comme le début de la civilisation. On efface la Mésopotamie, Babylone, les Mèdes, les Grecs, les Byzantins, les Egyptiens, c’est la négation même de l’altérité. On sait pourtant que dans le Coran, énormément de termes ne sont pas arabes, et même cela, on ne peut pas le dire. Il y a eu négation non seulement des civilisations d’avant l’islam mais aussi des civilisations existantes en même temps que l’islam, car en Arabie, les juifs et les chrétiens étaient en nombre. Il y a donc un vrai problème avec l’altérité.

La condition des femmes a tout de même beaucoup fluctué selon les époques et les pays ?

Nous avons vraiment avancé avec la Nahda, la renaissance, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Quand vous regardez les films égyptiens, vous découvrez une vraie émancipation. L’Egypte était un phare, mais il y avait aussi l’Irak, la Syrie et le Liban. J’ai connu un Maroc beaucoup plus éclairé que celui d’aujourd’hui, je pouvais aller au cinéma avec des amis garçons. Cela est devenu difficile pour les filles aujourd’hui. L’Arabie Saoudite finance tous les mouvements d’islamisation. Je me souviens que, à Tanger, j’allais à des cours financés par les wahhabites, les filles étaient invitées à porter le voile, les imams dans les mosquées ne parlaient que des péchés des filles pas voilées. L’Arabie Saoudite a mis le paquet, une foule a suivi.


“Quand la religion n’est pas une question individuelle, mais folie de masse, elle représente un véritable danger.”

Pourquoi ?

Je crois que le fond religieux, malgré le début de renaissance, était resté intact. Quand la religion n’est pas une question individuelle, mais folie de masse, elle représente un véritable danger, qui interroge toutes les disciplines, de l’anthropologie à la psychanalyse. Comment se fait-il qu’un discours insensé triomphe ? Et comment peut-on en venir à parler de féminisme islamique ? Féministe et musulmane, je veux bien : qu’une femme n’ait pas envie d’ébranler toutes les assises identitaires, je peux comprendre. Mais féministe et islamique, je n’y crois pas. Certains versets se prêtent à interprétations, pas d’autres. Lorsqu’un verset dit : « Battez-les si elles continuent à être insoumises », qu’on le veuille ou non, le verbe battre, ne se prête pas à de multiples interprétations. Et lorsque Tabari interprète le verset « Battez-les », il écrit que l’homme peut posséder la femme sans lui adresser la parole. Donc, il peut la violer.

Encore faut-il le connaître. Quand on grandit dans un pays arabe, connaît-on ces textes et l’histoire de toutes les femmes du prophète ?

Non, on connaît seulement Khadija, parce qu’elle est la première, l’épouse-mère, femme aimante et aimée, Hafsa parce qu’elle est la gardienne du Coran, et Aisha parce qu’elle est appelée la mémoire des musulmans. Mais les musulmans ne connaissent pas tous ces hadith (1) qui concernent la sexualité, comme ils méconnaissent les paroles d’Aisha sur les choses du sexe. Il faut être théologien pour les connaître, ou très curieux. Le problème dans les pays musulmans, c’est que vous avez de grands intellectuels qui, après avoir lu Kant, Hegel, Freud, Lacan ou Lévi-Strauss, ne vont pas se pencher sur ces textes qui ne témoignent d’aucun travail de pensée, du coup ils ne connaissent pas l’islam. Ou bien vous avez des imams qui lisent ces textes, mais ignorent Kant, Hegel, etc, et restent comme s’ils vivaient dans les anciennes époques. Il faut ajouter que la plupart des musulmans cultivés ne connaissent pas ces textes, ne savent pas que le prophète pouvait ordonner la décapitation d’un homme et prendre sa fille en épouse le jour même. Ils peuvent me dire que ce que je raconte dans ce livre n’a pas existé. C’est pour cela que je cite mes sources. Il suffit de lire ces textes.

“Tant que nous ne serons pas laïcs, nous continuerons à souffrir.”

Que se passerait-il si ces histoires étaient davantage connues ?

Ce serait un choc, certainement. Dans la transmission de l’histoire de Safiya — elle est devenue femme du prophète le jour même où son père, chef d’une tribu juive, et son mari, ont été décapités —, ce qui est bouleversant, c’est que le texte dit : « Elle ne parlait pas », sans jamais interroger ce mutisme, sa dimension mélancolique. Même si on n’est pas psychanalyste, si l’on s’en tient aux informations factuelles des historiens, on constate que Safiya n’a pas transmis de hadiths. Cela veut dire que même convertie, même mariée au prophète et donc mère des croyantes, sa parole n’était pas fiable, parce que juive. Les paroles d’Aisha, de Hasna, sont transmises, pas celles de Safiya. C’est une conception fermée et narcissique. Il n’y a pas d’ouverture possible.

Comment en sortir ?

Il faut contribuer à faire connaître cette partie sombre de l’Histoire qui n’est pas très connue et qui nécessite une pensée. Il manque cruellement un travail d’historien, car nos références restent Tabari et Ibn Kathir, des auteurs des premiers siècles de l’hégire qui confondent Histoire et légende. Les Chroniques de Tabari nous apprennent que la religion musulmane s’est imposée par la force et la violence, mais nous n’en faisons rien. Car il n’y a pas de pensée sans liberté d’expression. Pour détisser le linceul, donner des subjectivités, il faut le droit à la parole singulière, il faut la démocratie et la laïcité. L’Occident a énormément gagné avec la laïcité ; tant que nous ne serons pas laïcs, nous continuerons à souffrir. Cela ne signifie pas l’abolition de la religion. Mais que chacun puisse être avec sa croyance sans l’imposer à l’autre.

(1) Recueil des actes et paroles de Mahomet et de ses compagnons, dont l’ensemble constitue la sunna.

A voir

Etonnants voyageurs, du 14 au 16 mai 2016 à Saint-Malo

A lire

Les Femmes du prophète, de Houria Abdelouahed. Ed du Seuil. 288 pages 19 €.