Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Algérie-Europe : Je voile ma sœur et toi, je te viole

Algérie-Europe : Je voile ma sœur et toi, je te viole

mardi 27 septembre 2016, par siawi3

Source : http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2016/02/24/article.php?sid=192168&cid=8

Mercredi 24 février 2016
Chronique du jour : SOIT DIT EN PASSANT

Je voile ma sœur et toi, je te viole

Par Malika Boussouf

Il est des jours comme ça où je hais le lien trop vite fait entre les violeurs d’un soir et leur origine qui, hélas, se trouve être la mienne. Quand des promoteurs d’interdits, chez eux, se jettent sur la première femme venue ailleurs et qu’ils se font expulser pour ce délit, j’avoue ne ressentir aucune compassion pour eux. Et je ne me sens pas le moins du monde solidaire de tous les obsédés et autres agités que l’Allemagne aura décidé de virer de chez elle. Lorsque vous apprenez que 25 des violeurs du 31 décembre à Cologne sont des Algériens, ça vous met les nerfs juste là où vous n’avez pas envie qu’ils soient. Quand la chancelière allemande, Angela Merkel, demande à Sellal de la débarrasser des clandestins algériens qui lui polluent son espace, je me dis que je n’aurais pas aimé être à la place de ce dernier.

Je veux bien croire que l’absence de perspectives d’avenir justifie le fait qu’ils s’en aillent tenter leur chance ailleurs en se fondant dans la masse des migrants pour arriver à destination. C’est la meilleure ruse qu’ils aient trouvée pour contourner les problèmes de visas qui leur sont refusés au vu du profil qu’ils proposent qui n’est ni attrayant ni crédible pour la délivrance du sésame. Mais il faut croire qu’il n’y a pas que l’envie de travailler qui les fait se précipiter en Europe. Ils embarquent avec eux leur détermination à s’affranchir de leurs frustrations sexuelles une fois foulée cette terre d’Europe « trop tolérante et permissive » avec ses enfants. Sans doute armés de la conviction qu’en terre non musulmane ils pourront s’adonner sans scrupules aux plaisirs de la chair, les voilà partis pour ne rien s’interdire chez ces mécréants où toute agression devient licite. Je ne vais pas m’excuser de penser ainsi. Je ne milite pas en faveur de ce genre de droits humains. Il y a ceux qui n’ont aucun problème à se faire une place dans le monde civilisé et ceux qui s’y conduisent comme des sauvages et méritent d’être rendus à ce pays d’origine dont ils auront entre-temps bien terni l’image.