Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Assassinat de Nahed Hattar : Des intellectuels mettent en cause la (...)

Assassinat de Nahed Hattar : Des intellectuels mettent en cause la responsabilité du gouvernement jordanien

Pétition

vendredi 30 septembre 2016, par siawi3

Source : http://www.huffpostmaghreb.com/2016/09/29/nahed-hattar_n_12245350.html?1475153391]

Rédaction du HuffPost Algérie

Publication : 29/09/2016 14h45 CEST Mis à jour : 30/09/2016 09h49 CEST

Le journaliste et écrivain jordanien Nahed Hattar a été assassiné à Amman, dimanche 25 septembre 2016, devant le palais de justice où il se rendait pour son procès. Il avait été arrêté en août dernier pour blasphème, et libéré en septembre. Son crime : avoir repris, dans sa page Facebook, une caricature qui moque le « dieu des daechistes », les terroristes et leur conception du paradis.

Menacé à l’intérieur même de la prison, il a publié sur sa page Facebook une mise au point distinguant les croyants honnêtes, qui auraient pu être choqués par la caricature et auxquels il devait respect et considération, et les terroristes de Daech, qui en ont profité pour régler des comptes politiques, sans rapport avec ce qu’ils prétendent.

Encore une fois, l’islamisme radical et fanatisé assassine un intellectuel pour interdire toute liberté de pensée et de création, sur la base de contre-vérités, afin d’assoir son pouvoir par l’ignorance et la terreur.
Les signataires dénoncent l’attitude du gouvernement jordanien qui a engagé des poursuites contre Nahed Hattar pour « insulte à l’égard de l’islam », et refusé d’assurer sa protection à la demande de sa famille, en sachant qu’il était menacé.

Premiers signataires
Maha Abdelhamid (doctorante en géographie sociale),
Fouad Abdelmoumni (militant associatif),
Tewfik Aclimandos (chargé de cours à Sciences-po, Université du Caire),
Sanhadja Akrouf (militante associative),
Hala Alabdalla (cinéaste),
Mourad Allal (directeur d’organisme de formation),
Tewfik Allal (responsable associatif),
Bahman Amini (éditeur),
Linda Amiri (historienne),
Samia Ammour (militante féministe),
Abderrahmane Arkoub (commerçant),
Maryam Ashräfi (photographe),
Malika Bakhti-Dahmani (enseignante),
Mehrdad Baran (professeur de musique),
Sami Bargaoui (Université de La Manouba),
Sidi-Mohammed Barkat (philosophe),
Tahar Bekri (écrivain),
Yahia Belaskri (écrivain),
Souâd Belhaddad (journaliste auteur, responsable associative),
Akram Belkaïd (écrivain),
Farouk Belkeddar (militant associatif),
Ali Ben Ameur (enseignant universitaire),
Ahmed Benani (islamologue),
Ghaleb Bencheikh (écrivain),
Tarek Ben Hiba (militant associatif),
Mounia Ben Jémia (professeure des universités),
Dounia Benqassem (historienne de l’art),
Ali Bensaad (professeur des universités),
Mohamed Ben Saïd (médecin, militant associatif)
Fethi Benslama (professeur des universités),
Rachid Benzine (islamologue),
Mohammed Bhar (artiste musicien),
Àlima Boumediene-Thiery (avocate, militante associative),
Nadia Chaabane (militante féministe, ancienne députée de l’ANC),
Chahla Chafiq (écrivain),
Hédi Chenchabi (militant associatif et des droits humains),
Mouhieddine Cherbib (militant des droits humains),
Alice Cherki (psychanalyste),
Ahmed Dahmani (universitaire),
Kamel Daoud (écrivain),
Jocelyne Dakhlia (historienne),
Nacer Djabi (sociologue),
Badreddine Djadouri (conseiller en insertion),
Habiba Djahnine (cinéaste),
Javad Djavahery (écrivain),
Mohsen Dridi (militant associatif),
Jalel El Gharbi (universitaire),
Mohamed-Lakhdar Ellala (économiste, responsable associatif ),
Chedly Elloumi (militant associatif),
Sepideh Farsi (cinéaste),
Chérif Ferjani (professeur émérite Lyon-II),
Claudette Ferjani (militante associative),
Abdelouhab Fersaoui (militant associatif),
Ali Guenoun (historien),
Hubert Haddad (écrivain),
Tewfik Hakem (producteur radio),
Mohammed Hamrouni (responsable associatif),
Mohammed Harbi (historien),
Ahmed Henni (économiste, professeur des universités),
Abdelhamid Hihi (médecin, militant associatif),
Mahmoud Hussein (écrivain),
Ahmet Insel (professeur à l’Université Galatasaray),
Kamel Jendoubi (militant des droits humains, ancien ministre),
Aïssa Kadri (sociologue),
Mohamed Khenissi (responsable associatif),
Aziz Krichen (écrivain),
Kamal Lahbib (militant associatif),
Karim Lahidji (juriste, ancien président de la Fédération internationale des droits de l’homme-FIDH),
Larbi Maaninou (militant des droits humains),
Abdou Menebhi (militant associatif),
Karim Messaoudi (militant associatif),
Umit Metin (responsable associatif),
Ali Mezghani (professeur des universités),
Fatéma Meziane (professeure agrégée d’arabe),
Khaled Osman (traducteur),
Cécile Oumhani (écrivain),
Nasser Pakdaman (professeur émérite des universités),
Malika Rahal (historienne),
Rahim Rezigat (responsable associatif),
Nourredine Saadi (juriste, écrivain),
Lana Sadeq (militante associative),
Saïd Salhi (responsable associatif),
Bernard Schmid (juriste, militant associatif),
Odile Schwertz-Favrat (militante féministe et antiraciste),
Brahim Senouci (écrivain),
Noureddine Senoussi (responsable associatif),
Mohammed Smida (militant politique et associatif),
Taoufiq Tahani (enseignant chercheur),
Khaoula Taleb-Ibrahimi (professeur des universités),
Souha Tarraf (chercheure en sciences sociales),
Tarek Toukabri (responsable associatif),
Limam Wajdi (responsable associatif),
Abdallah Zniber (militant associatif).