Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Pakistan : Asia Bibi, Appel reporté

Pakistan : Asia Bibi, Appel reporté

mardi 25 octobre 2016, par siawi3

Source : MesOpinions, 24.10.2016

Suite à la pétition "Non à la condamnation à mort d’Asia Bibi au Pakistan pour un verre d’eau !".

Le 24/10/2016

Asia Bibi, Appel reporté

Pourvoi ajourné au Pakistan le jeudi 13 octobre 2016 dans le procès d’ASIA BIBI par le juge lors du dernier appel de la mère de famille chrétienne condamnée à mort en vertu des lois sur le blasphème, en effet le juge a enregistré pour plus tard l’appel final tant attendu.

Le juge MUHAMMAD IQBAL HAPPI-UR-REHMAN, un des trois magistrats qui se sont rencontrés à ISLAMABAD pour entendre l’appel, a déclaré qu’il ne pouvait pas se prononcer sur la condamnation d’Asia Bibi pour avoir insulté le prophète Mahomet et si celle-ci pouvait être maintenue en raison de son implication dans une affaire connexe.

Le juge de la Cour suprême a déclaré qu’il avait supervisé l’audition de l’appel de MUMTAZ QADRI qui a été reconnu coupable du meurtre de SALMAAN TASEER, un politicien libéral qui avait fait campagne en faveur d’ASIA BIBI.

L’avocat d’ASIA BIBI, Maitre SAIF-UL-MULOOK, dit qu’il faudra sans doute plusieurs semaines ou mois avant qu’un nouveau juge soit nommé, l’appel est donc reporté.

ASIA BIBI a été accusée de blasphème par deux femmes musulmanes de son village du Pendjab en 2009.

Les preuves présentées contre elle étaient faibles, notamment parce que le témoignage des deux femmes a été contredit par d’autres témoins et que celui-ci ne respecte pas le haut niveau de preuve exigé par la loi islamique, a déclaré l’avocat de cette dernière.

Les Lois sur le blasphème au Pakistan sont très critiquées par les groupes des droits de l’homme qui affirment qu’elles sont souvent utilisées avec malveillance afin de persécuter les minorités religieuses dans ce pays à majorité musulmane.

L’homme qui a déposé la plainte initialement, QARI MUHAMMAD SALIM, un mollah du village, était présent lors de l’audience, ainsi qu’un contingent d’avocats Islamistes qui offrent leurs services gratuitement dans de tels cas de blasphème.

Au Pakistan le meurtre et l’emprisonnement de personnes sur des accusations d’insulte envers l’Islam est courant.

La Cour suprême du Pakistan ne devrait pas épargner la vie de Asia Bibi comme le dit GHULAM MUSTAFA CHAUDHRY, l’avocat de la partie civil, qui est aussi à la têtes d’un groupe appelé le mouvement pour la finalité de la prophétie, « Car lorsqu’ils l’exécuteront cela empêchera autres personnes de blasphémer ».

Des groupes religieux extrémistes ont exigé du gouvernement d’appliquer la peine de mort, ce qui n’est jamais arrivé dans une affaire de blasphème auparavant.

En mars, des milliers de manifestants se sont massé devant le Parlement où ils ont exigé l’exécution d’Asia BIBI.

Cette semaine, la Fondation de SHUHUADA, un groupe lié à la Mosquée rouge d’ISLAMABAD où des islamistes se sont battus contre les forces de sécurité en 2007, a averti que ses partisans descendront dans la rue et deviendront « le centre d’un mouvement contre le gouvernement » si Bibi était libérée.