Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > France : Incendies, pétition, insultes : le centre pour SDF du 16e, contre (...)

France : Incendies, pétition, insultes : le centre pour SDF du 16e, contre l’adversité

dimanche 6 novembre 2016, par siawi3

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/social/20161106.OBS0798/incendies-petition-insultes-le-centre-pour-sdf-du-16e-contre-l-adversite.html

Incendies, pétition, insultes : le centre pour SDF du 16e, contre l’adversité

Renaud Février

Photo : Le centre d’hébergement pour SDF du 16e arrondissement est installé en bordure du bois de Boulogne. (MARIN DRIGUEZ/SIPA)

Un homme a de nouveau tenté de mettre le feu au centre cette nuit, alors que plusieurs familles y vivent depuis quelques jours.

Publié le 06 novembre 2016 à 20h24

Un homme a tenté de mettre le feu dans la nuit de samedi 5 à dimanche 6 novembre au centre d’hébergement pour SDF du cossu 16e arrondissement de Paris, inauguré la veille et contesté par une partie des riverains. Il ne s’agit malheureusement pas de la première attaque contre ce projet.

Série d’incendies

Le centre, qui accueille pour l’instant une cinquantaine de personnes, dont de nombreux enfants, avait déjà été la cible d’un début d’incendie, sans doute volontaire, le 17 octobre, trois semaines avant son ouverture.
"Je suis extrêmement en colère", a réagi la ministre du Logement Emmanuelle Cosse ce dimanche.
"Ce centre est ouvert, il accueille plusieurs familles, dont des bébés et il y a des personnes qui ont pensé possible d’attenter à leur vie", s’est-elle insurgée.

La ministre a précisé que la surveillance des lieux était renforcée. "Vers 22 heures samedi soir, un homme a tenté de jeter un engin incendiaire mais il ne l’a pas jeté assez fort, ne faisant pas de dégâts, ni de blessés. Cet individu a pris la fuite", a raconté la source proche du dossier, confirmant une information de BFMTV. L’enquête a été confiée au commissariat du 16e arrondissement.

"Ça a été maîtrisé rapidement, la police fait son travail", a déclaré à l’AFP Eric Pliez, directeur général de l’association Aurore qui gère le centre.

"Nous souhaitons juste pouvoir travailler tranquillement et nous occuper de la cinquantaine de personnes déjà présentes dans le centre."

Lors de la première tentative d’incendie, l’ampleur des dommages avait été très limitée (une partie de la façade et un volet avaient été noircis). Les secours avaient retrouvé du liquide inflammable sur place. Anne Hidalgo, qui a porté le projet de centre, avait condamné avec la "plus grande fermeté" cette "tentative d’incendie volontaire" et annoncé que la mairie se constituerait partie civile. Le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "dégradation volontaire par incendie" et l’association Aurore avait renforcé la surveillance des lieux.

40.000 signatures pour une pétition

Composé d’une série de modules en bois, le centre, de 196 mètres de long et 8 mètres de large, est installé dans l’Allée des Fortifications, à proximité immédiate du bois de Boulogne et à une centaine de mètres d’immeubles en pierre de taille du quartier.

Le projet de centre, qui accueille déjà 27 adultes et 24 enfants, et doit abriter à terme 200 personnes, avait provoqué une levée de boucliers dans le très chic arrondissement de l’Ouest parisien.

En mars, plus de 40.000 riverains avaient signé une pétition, craignant un "nouveau Sangatte", en référence à l’ancien centre pour migrants de Calais. Une réunion d’information avait viré à la foire d’empoigne.

"Il y a 118.000 places d’hébergement d’urgence ouvertes tous les soirs en France, dont 92.000 en Ile-de-France. On a heureusement très rarement des actes criminels", a précisé la ministre du Logement, ajoutant :
"Il est hors de question de céder à ce genre de tentative."

"Salope ! Brosse à caca"

"Ça va être la zone, devenir dégoûtant partout, des gens vont se faire cambrioler", "trop dangereux", "ça va dévaluer les habitations autour", "c’est un coup politique d’Anne Hidalgo"... Interrogés depuis des mois sur ce projet de centre d’hébergement pour SDF, de nombreux riverains du très chic 16e arrondissement ne mâchent pas leurs mots.

En témoigne ce reportage, réalisé par "l’Obs", en mars 2016 : VIDEO

En mars dernier, la présentation à l’université Paris Dauphine du projet avait carrément tourné au pugilat, savamment entretenu par le maire du 16e arrondissement :
"Nous mettre devant le fait accompli est un diktat !"

L’architecte du centre d’hébergement, Guillaume Hannoun s’était alors fait traiter de "menteur", et Sophie Brocas, secrétaire générale de la préfecture d’Ile-de-France, qualifier de "salope" et de "brosse à caca", comme le montre ce reportage du Petit journal. VIDEO

"Ici, c’est comme un paradis"

Malgré l’incroyable opposition d’une partie des riverains, les 16 familles à la rue qui ont pu s’installer cette semaine dans le centre d’hébergement le vivent comme un nouveau départ :

"Avant, c’était horrible... Ici, c’est comme un paradis", expliquait ainsi Ferima Coulibaly, 24 ans, samedi, alors que ses filles dessinaient avec application dans une salle de jeu du local. Sur un bout de papier, un toit arc-en-ciel finit d’être colorié. Juste en dessous, on peut lire "mésons".

Ferima Coulibaly est arrivée avec son mari et leurs enfants mercredi, parmi les premiers occupants.

Ils se sont installés dans une chambre de 19 m2 : un lit parental et un lit superposé pour les filles, séparés par une salle de bain. "Je suis soulagée", confiait la jeune femme.
"Ici, on mange à notre faim et tout le monde est gentil. C’est beau et c’est calme."

C’était avant qu’un homme tente de mettre le feu au centre d’accueil dans la nuit...