Subscribe to SIAWI content updates by Email
Home > fundamentalism / shrinking secular space > Nigeria : au moins un mort et 18 blessés après que deux fillettes se sont (...)

Nigeria : au moins un mort et 18 blessés après que deux fillettes se sont fait exploser dans un marché

Monday 12 December 2016, by siawi3

Source: http://www.24matins.fr/nigeria-mort-18-blesses-apres-deux-fillettes-se-exploser-marche-444450

Par Gael Brulin,

publié le 11 décembre 2016 à 15h00

Dimanche matin, deux fillettes se sont fait exploser au marché de Maiguduri, au Nigeria, faisant au moins un mort et dix-huit blessés. Un procédé rappelant celui utilisé par la secte terroriste Boko Haam.

Dimanche matin, deux petites filles, âgées de "7 ou 8 ans" selon un membre des milices civiles de la capitale du Borno, se sont fait exploser dans le marché très fréquenté de Maiduguri, au nord-est du Nigeria. Un bilan officiel mais vraisemblablement provisoire fait état d’un mort et de dix-huit blessés.

Cité par 20minutes.fr, le témoin cité plus haut Abdulkarim Jab raconte que "les fillettes sont descendues d’un pousse-pousse et [qu’]elles sont passées devant [lui] sans trahir une quelconque émotion". Et de poursuivre : "J’ai essayé de parler à l’une d’elles en haoussa et en anglais, mais elle n’a pas répondu. Je pensais qu’elles cherchaient leur mère. Elle s’est dirigée vers des vendeurs de volailles et a déclenché sa ceinture d’explosifs".

Deux fillettes se faisant exploser au Nigeria : 17 évacuations

La seconde fillette s’est quant à elle fait exploser alors que les vendeurs présents tentaient de venir en aide aux blessés. Bello Dambatta, de l’agence locale de gestion des urgences (Sema), aura communiqué sur l’évacuation de "dix-sept personnes, avec différents degrés de blessures", et d’avoir ajouté que "les corps mutilés des deux kamikazes ont aussi été évacués".

En novembre 2015, huit personnes avaient trouvé la mort à Maiduguri dans un attentat-suicide, une ville qui avait déjà subi deux séries de ce genre d’attaques quelques semaines auparavant. Lesquelles auront fait 34 morts en l’espace d’une journée.

Un procédé rappelant Boko Haram

S’il est aujourd’hui question d’un nouvel attentat kamikaze, il n’apparaît toutefois pas encore revendiqué à l’heure où sont rédigées ces lignes. Le procédé utilisé, soit celui de recourir à des femmes voire des enfants pour perpétrer des offensives meurtrières, rappelle toutefois celui de la secte terroriste Boko Haram.

Un groupe qui pourrait également être à l’origine d’un double attentat suicide survenu vendredi au marché de Madagali (nord-ouest). Le bilan de ces attaques serait, aux dernières nouvelles, de 45 morts et de 33 blessés.