Subscribe to SIAWI content updates by Email
Home > fundamentalism / shrinking secular space > Attentat à Berlin : comment un demandeur d’asile est devenu le terroriste (...)

Attentat à Berlin : comment un demandeur d’asile est devenu le terroriste présumé (avant d’être innocenté)

Wednesday 21 December 2016, by siawi3

Source: http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/attaque-au-camion-a-berlin/berlin-comment-le-demandeur-d-asile-pakistanais-est-devenu-pendant-24-heures-le-terroriste-presume-de-l-attaque-au-camion_1979455.html

Attentat à Berlin : comment un demandeur d’asile est devenu le terroriste présumé (avant d’être innocenté)
Un jeune Pakistanais a été considéré pendant 24 heures comme le conducteur du poids lourd qui a fait 12 morts dans la capitale allemande. Il a été relâché et le véritable terroriste est toujours activement recherché par la police.
.
Photo: Arrêté et présenté un temps comme l’auteur présumé de l’attaque au camion-bélier à Berlin, le demandeur d’asile pakistanais a été relâché mardi 20 décembre 2016 par la police allemande. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Mis à jour le 21/12/2016 | 13:01
publié le 21/12/2016 | 11:10

Il a été relâché, mardi 20 décembre, en fin d’après-midi. Pendant près de vingt-quatre heures, un demandeur d’asile pakistanais âgé de 23 ans, arrêté lundi soir et présenté comme l’auteur présumé des faits, a été au centre de l’attention médiatique après l’attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts sur un marché de Noël à Berlin. Au point, pour certains, de remettre en cause la politique d’accueil des réfugiés de la chancelière allemande Angela Merkel. Franceinfo revient sur les éléments de cette fausse piste et son emballement médiatique.

>> Réactions, enquête... Suivez notre direct après l’attaque à Berlin

Un témoin suit le prétendu conducteur du camion après l’attentat

Il est un peu plus de 20 heures à Berlin quand un poids lourd transperce la foule berlinoise rassemblée au marché de Noël. Très vite, les témoignages horrifiés se multiplient au centre d’appels d’urgence de la capitale allemande. Parmi eux, un témoin du massacre assure à la police qu’il est en train de traquer le conducteur, raconte le quotidien Die Welt (en allemand).

En liaison téléphonique avec les forces de l’ordre, il l’aurait pisté sur près de 2 km en prenant soin de se tenir à distance. Ses indications permettent à la police d’interpeller un homme dans les environs de Tiergarten, le grand parc du centre de Berlin. Il est ensuite "transféré dans la nuit au parquet fédéral de Karlsruhe, compétent pour les affaires de terrorisme", précise le correspondant en Allemagne de RFI.

L’extrême droite en profite pour accuser la politique migratoire d’Angela Merkel

Rapidement, les médias allemands activent leurs sources policières. On apprend ainsi que l’homme interpellé est un demandeur d’asile pakistanais de 23 ans, connu des services de police pour des faits de petite délinquance. Il serait arrivé en Allemagne par la route des Balkans entre décembre 2015 et février 2016. Sur la base de cette arrestation, la police mène plusieurs perquisitions mardi matin dans l’un des plus grands centres de réfugiés de Berlin, dans l’ancien aéroport de Templehof. Au même moment, le journal Bild révèle le prénom et l’initiale du nom de la personne interpellée. Une information largement reprise dans les médias français.

Sur la base de ces informations, le parti d’extrême droite allemand Alternative für Deutschland, très virulent sur la politique migratoire allemande, accuse rapidement la chancelière allemande Angela Merkel d’être responsable de l’attaque. Une réaction similaire en France avec plusieurs personnalités du Front national. "Le terroriste islamiste est un migrant. Merkel responsable, écrit par exemple sur Twitter la députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen. En France et en Europe, stoppons ces dirigeants inconscients !"

Le police scientifique innocente finalement le demandeur d’asile pakistanais

A la mi-journée, les autorités laissent pourtant entrevoir leurs premiers doutes sur l’auteur présumé des faits. Dans une conférence de presse, le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière indique que le demandeur d’asile pakistanais nie les faits et que "l’enquête se poursuit". Quelques minutes plus tard, le procureur fédéral allemand Peter Franck joue aussi la prudence : "Le suspect arrêté hier soir peut éventuellement ne pas être l’auteur ou un complice de cet attentat."

Même version chez le patron de la police berlinoise, Klaus Kandt. Dans l’après-midi, ce dernier déclare n’être "pas certain" que le Pakistanais arrêté soit le chauffeur du camion. Il indique par ailleurs que le véritable auteur de l’attentat pourrait être toujours en fuite. Un peu plus tôt, Die Welt relayait le témoignage d’un policier proche de l’enquête, catégorique : "Nous avons le mauvais homme."

En fin de journée, le demandeur d’asile est remis en liberté. Un ratage de taille pour les autorités allemandes. Selon l’hebdomadaire Spiegel (en allemand), l’arrestation du jeune pakistanais aurait été faite "sur la base d’une description vague". Par ailleurs, les enquêteurs n’ont pas retrouvé de traces de poudre sur le corps du jeune homme. Le véritable conducteur du poids lourd, un chauffeur polonais, a été retrouvé mort par balle dans la cabine passager. D’après Libération, les analyses de la police scientifique ont montré que l’ADN du jeune Pakistanais ne correspondait pas aux traces retrouvées à l’intérieur de la cabine.

Et maintenant, où en est l’enquête ?

Si la disculpation du demandeur d’asile rebat les cartes de l’enquête, la piste terroriste, elle, ne fait aucun doute après la revendication, mardi soir, de l’attentat par l’agence de propagande Amaq de l’Etat islamique. Toujours "dans la nature" et possiblement armé, selon le patron de la police berlinoise, ce "soldat de l’Etat islamique" n’a pas encore pu être identifié.

Les police allemande commencent en revanche à y voir plus clair sur son itinéraire, rapporte Libération. Les policiers savent désormais qu’il a démarré son engin meurtrier lundi vers 15h45... Sans pour autant prendre la route. Sur la balise GPS du poids lourd, le camion effectue plusieurs mouvements d’avant en arrière. "Comme si quelqu’un apprenait à conduire", explique Ariel Zurawski, l’employeur – et cousin – du camionneur polonais assassiné.

Mercredi 21 décembre, plusieurs médias allemands annoncent que les enquêteurs sont désormais à la recherche d’un Tunisien, dont un document d’identité a été retrouvé dans le camion-bélier. L’homme serait âgé de 21 ou 23 ans et connu sous trois identités différentes. Le papier d’identité retrouvé dans le poids lourd serait un document remis à un migrant dont la demande d’asile a été rejetée, sans pour autant acter son expulsion. Selon le site du magazine Spiegel (en allemand), l’individu serait originaire de Tataouine.