Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Turquie : Sanglant réveillon de Nouvel An à Istanbul : « au moins 35 morts » (...)

Turquie : Sanglant réveillon de Nouvel An à Istanbul : « au moins 35 morts » dans une attaque contre une discothèque

dimanche 1er janvier 2017, par siawi3

Source : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170101_00938789/sanglant-reveillon-de-nouvel-an-a-istanbul-au-moins-35-morts-dans-une-attaque-contre-une-discotheque

Sanglant réveillon de Nouvel An à Istanbul : « au moins 35 morts » dans une attaque contre une discothèque

Accueil Monde - Aujourd’hui 03h15 - - - AFP

2017 débute par une nuit d’horreur à Istanbul. Un attentat a été perpétré dans une boîte de nuit. Le bilan est très lourd. Voici le point sur la situation en milieu de nuit.

Au moins 35 personnes ont été tuées et 40 blessées dans une attaque qualifiée de « terroriste » contre une célèbre discothèque d’Istanbul où plusieurs centaines de personnes fêtaient le réveillon du Nouvel an.
AFP

Au moins 35 personnes ont été tuées et 40 blessées dans une attaque qualifiée de « terroriste » contre une célèbre discothèque d’Istanbul où plusieurs centaines de personnes fêtaient le réveillon du Nouvel an.
Sanglant réveillon de Nouvel An à Istanbul : « au moins 35 morts » dans une attaque contre une discothèque
-
Le passage en 2017 célébré par de somptueux feux d’artifice

L’attaque

A 01h15 dimanche (23h15 chez nous), une personne équipée d’un fusil d’assaut surgit devant la boîte de nuit Reina, au coeur d’Istanbul, et ouvre le feu sur les personnes qui se trouvent devant l’entrée, selon le gouverneur d’Istanbul Vasip Sahin.

Après être entré dans la discothèque, l’assaillant tire au hasard sur la foule, tuant au moins 35 personnes et faisant plus de 40 blessés, selon un bilan communiqué vers 2h30 heure belge.

« D’une façon sauvage et impitoyable, il a mitraillé des personnes qui étaient simplement venues célébrer le Nouvel An », a déclaré le gouverneur.

Le nombre total d’assaillants n’est pas encore connu : certains médias turcs évoquent au moins un assaillant déguisé en père Noël, d’autres parlent de deux ou trois tireurs.

Selon la chaîne d’information NTV, plusieurs personnes ont plongé dans le Bosphore pour échapper aux coups de feu.

Des témoins ont rapporté avoir entendu le ou les assaillants s’exprimer en arabe.

Vers 2h30, les forces spéciales étaient toujours en train de ratisser les lieux.

Le lieu

Le Reina est une emblématique discothèque d’Istanbul, située à Ortaköy, un quartier du district de Besiktas, sur la rive européenne de la ville.

Selon l’agence de presse turque Dogan, elle accueillait au moins 700 personnes venues célébrer le passage à la nouvelle année.

Le Reina, discothèque huppée notoirement difficile d’accès, est située à quelques centaines de mètres de l’endroit où avaient eu lieu les célébrations officielles du Nouvel An, au bord du Bosphore.

Le contexte

En milieu de nuit, l’attaque n’avait pas encore été revendiquée, mais la Turquie a été la cible de nombreuses attaques attribuées à l’EI ou liées à la rébellion séparatiste du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui ont notamment frappé Istanbul et Ankara.

Pourtant, après une année 2016 sanglante, les autorités turques étaient sur leurs gardes en ce jour de Réveillon et 17.000 policiers avaient été déployés en ville.

Membre de la coalition internationale qui combat l’EI en Syrie et en Irak, la Turquie a déclenché en août une offensive dans le nord de la Syrie pour repousser les jihadistes vers le sud, mais aussi les milices kurdes syriennes. Des rebelles syriens soutenus par l’armée turque assiègent depuis plusieurs semaines la ville d’Al-Bab, un fief de l’EI dans le nord de la Syrie.

En réaction à ces opérations militaires, l’EI a à plusieurs reprises menacé d’attentats la Turquie, devenue une des principales cibles des jihadistes.

Réaction

La Maison Blanche a rapidement condamné « l’horrible » attaque contre la discothèque d’Istanbul. « Les Etats-Unis condamnent dans les termes les plus vifs l’horrible attaque terroriste contre une discothèque d’Istanbul », a déclaré Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. « De telles atrocités perpétrées sur des innocents venus pour la plupart célébrer le Nouvel An souligne la sauvagerie des assaillants ».

Les attentats en Turquie depuis un an

- 19 décembre : l’ambassadeur de Russie en Turquie, Andreï Karlov, est assassiné à Ankara par un policier turc affirmant agir pour venger le drame de la ville d’Alep.

- 17 décembre : au moins 14 soldats turcs sont tués et des dizaines de personnes blessées dans un attentat-suicide attribué au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a visé un bus transportant des militaires à Kayseri, dans le centre de la Turquie.

- 10 décembre : un double attentat dans le centre d’Istanbul fait 44 morts et une centaine de blessés. Une voiture piégée a explosé près du stade de football de Besiktas au passage d’un car de policiers et un kamikaze s’est fait exploser moins d’une minute plus tard, au milieu d’un groupe de policiers dans un parc voisin. L’attentat a été revendiqué par les Faucons de la Liberté du Kurdistan (TAK), un groupe radical kurde proche du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

- 24 novembre : un attentat à la voiture piégée fait deux morts et 33 blessés sur le parking du gouvernorat d’Adana (sud).

- 4 novembre : l’explosion d’une voiture piégée fait neuf morts, dont deux policiers, devant un poste de police de Diyarbakir, « capitale » du sud-est à majorité kurde. Attribué au PKK, il est revendiqué par l’EI puis par les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK).

- 9 octobre : 18 morts dans l’explosion d’une camionnette piégée devant un poste de police de Semdinli (sud-est), attribuée au PKK.

- 26 août : 11 policiers tués dans un attentat suicide à la voiture piégée à Cizre (sud-est) à la frontière syrienne, revendiqué par le PKK.

- 20 août : une cinquantaine de personnes sont tuées par un kamikaze lors d’un mariage à Gaziantep (du sud-est). Le président Recep Tayyip Erdogan accuse l’EI.

- 28 juin : 47 personnes, dont des étrangers, sont tuées dans un triple attentat-suicide à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul. L’attaque, non revendiquée, est attribuée à l’EI.

- 7 juin : 11 morts, dont six policiers, dans un attentat à la voiture piégée visant un car de policiers anti-émeutes à Beyazit, quartier historique d’Istanbul. Il est revendiqué par les TAK.

- 19 mars : quatre touristes (trois Israéliens et un Iranien) sont tués à Istanbul, et 36 personnes sont blessées par un kamikaze. Les autorités accusent l’EI.

- 13 mars : 35 morts et plus de 120 blessés dans un attentat à la voiture piégée à Ankara, revendiqué par les TAK.

- 17 février : une voiture piégée conduite par un kamikaze fait 28 morts et 80 blessés à Ankara. L’attaque, visant des militaires, est revendiquée par les TAK.

- 12 janvier : 12 touristes allemands sont tués lors d’un attentat-suicide dans le coeur historique d’Istanbul, haut lieu touristique. L’attaque est attribuée à l’EI.