Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France - USA : Indignation face à l’affiche officielle de la Marche des (...)

France - USA : Indignation face à l’affiche officielle de la Marche des Femmes représentant une femme voilée

dimanche 22 janvier 2017, par siawi3

Source : https://www.facebook.com/AlHusseini.Waleed/posts/1529614867066414:0
posté par Waleed Al Husseini

22.01.2017

Fatiha Boudjahlat

Les américains sont friands de ces images fortes et stylisées. Obama a laissé sa place à une femme sur l’affiche à la mode ( Mais Pas à la Maison Blanche.) Cette image iconique suscite notre indignation. Avec raison.

C’est l’illustration du plus fort tour de passe-passe des islamistes et des gauchistes : créer un féminisme propre à l’islam, pour l’opposer au féminisme occidental. Et on enterre l’universalité du féminisme. Chacune pourra donc aller au bout des droits... que sa condition religieuse autorise. C’est une défaite de l’esprit. Pas de barbu à kamis. Le visage reste visible étrangement. La femme est belle et maquillée. C’est tout à fait conforme à la réalité des faits, n’est ce pas ? Ce voile si seyant ( c’est ainsi que Jack Lang l’avait décrit En 1989), n’est il pas la vision occidentale de la femme
Musulmane ? Quelle vision colonialiste !

La fixation dans l’image et l’esprit de la pratique la plus rigoriste de l’islam. La femme qui vit sa liberté est en fait celle qui vit sa religion de manière ultra orthodoxe. Une femme bien est une musulmane, une bonne musulmane porte le voile.

Le drapeau Américain... ou Français. Parlons d’allégeance. La religion et la religiosité prennent une part fondamentale dans l’identité. Et cette identité n’est pas individuelle, elle existe par l’allégeance aux codes communautaires. Cette image est une vaste arnaque.

Quelle liberté en effet quand il s’agit en fait de choisir la conformité à ce qui est attendu de notre sexe ! Je n’appelle cela ni le féminisme , ni la liberté. C’est l’obséquiosité de la dominée vis à vis de son maître : cette fausse fierté de se persuader que nous faisons le choix libre d’obéir.