Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Décret Trump : le cinéaste iranien Asghar Farhadi n’ira pas aux (...)

Décret Trump : le cinéaste iranien Asghar Farhadi n’ira pas aux Oscars

lundi 30 janvier 2017, par siawi3

Source : http://www.liberation.fr/planete/2017/01/30/au-moins-six-morts-dans-un-attentat-a-la-mosquee-de-quebec_1544953

Par Elena Scappaticci , AFP agence
Mis à jour le 30/01/2017 à 13:51 Publié le 29/01/2017 à 11:33

Photo : Le réalisateur iranien Ashgar Farhadi lors du festival de Cannes 2016.

Le réalisateur a annoncé dimanche qu’il ne se rendrait pas à la cérémonie de remise des prix, dénonçant ainsi les restrictions d’entrée aux États-Unis imposées par Donald Trump. Il concourt dans la catégorie « Meilleur film en langue étrangère » pour son dernier long-métrage, Le Client.

C’est un nouvel absent de marque à la 88e cérémonie des Oscar, qui aura lieu le 28 février à Los Angeles. Le cinéaste iranien Asghar Farhadi, dont le long-métrage Le Client est nommé dans la catégorie du meilleur film étranger, a annoncé dimanche 29 janvier qu’il ne se rendrait pas la remise des prix. Le réalisateur risquait de se voir refuser l’accès à bord des avions en partance pour les États-Unis, suite aux nouvelles mesures prises par le président américain.

Vendredi 27 janvier, Donald Trump signait un décret prévoyant des contrôles renforcés aux frontières et empêchant l’entrée sur le territoire américain des citoyens irakiens, iraniens, libyens, somaliens, soudanais, syriens ou yéménites, même s’ils habitent légalement aux États-Unis. Les réfugiés syriens sont également interdits d’entrée dans le pays. Conséquence de cet ordre exécutif, dès samedi, au lendemain de sa signature, les situations iniques se multipliaient déjà dans tous les aéroports de la première puissance mondiale, de nombreux passagers étant refoulés hors du territoire américain, tandis que d’autres, à l’étranger, se voyaient interdire l’accès aux vols en partance pour les États-Unis.

Une rumeur confirmée par l’AFP, qui nous apprenait samedi que plusieurs agences de voyages basées à Téhéran avaient déjà reçu des consignes des compagnies Emirates, Turkish Airlines et Etihad Airways, afin de ne plus vendre de billets aux ressortissants du pays.

Selon l’agence persane Isna, le cinéaste n’aurait pour l’instant reçu « aucune restriction légale pour se rendre aux États-Unis », et comptait se rendre à la cérémonie avant la publication de décrets.

Asghar Farhadi opte ainsi pour le même choix que son actrice, la comédienne Taraneh Alidousti. En colère contre Trump, l’actrice iranienne à l’affiche du Client annonçait le 26 janvier dernier qu’elle boycotterait la grand-messe du cinéma américain pour protester contre la politique du nouveau président des États-Unis à l’égard des pays musulmans.

« L’idiotie du gouvernement américain »

Le gouvernement iranien montre de son côté des signes d’impatience face à la situation imposée par Donald Trump à ses ressortissants. Ce dimanche, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a réagi dans un tweet, déclarant que le décret du président américain « serait perçu dans l’histoire comme un grand cadeau aux extérmistes et à leurs protecteurs ».

De son côté, le président du Parlement, Ali Larijani, a déclaré dimanche devant les députés que la décision de M. Trump illustrait « l’idiotie de la vision et du comportement » du gouvernement américain. « Cela montre qu’ils ont peur de leur propre ombre mais aussi leur caractère raciste et violent qui se cache derrière l’apparence trompeuse de défenseurs de la démocratie et des droits de l’Homme », a-t-il dit.

Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères a demandé « aux Iraniens de s’assurer qu’ils n’auront pas de problème pour entrer aux Etats-Unis ou dans les pays de transit pour s’y rendre » avant de prendre un vol, a rapporté l’agence officielle Irna. Environ un million d’Iraniens vivent aux États-Unis et des dizaines de milliers d’Iraniens s’y rendent chaque année, notamment pour voir leurs familles.