Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Tunisie : Mon coup de gueule contre la tyrannie de l’Islam politique.

Tunisie : Mon coup de gueule contre la tyrannie de l’Islam politique.

mardi 7 février 2017, par siawi3

Source : https://www.facebook.com/semia.zouarigorgi/posts/726060937552808

Sémia Zouari Gorgi

5.02.2017, à 12:53 ·

Tous les jours, que ce soit dans l’échange de commentaires ou de messages privés, je me retrouve dans des polémiques enflammées avec des amis, des collègues, des
membres de ma famille qui sont soit sympathisants soit même militants de l’Islam politique.

Je voudrais m’adresser à eux tous, en même temps, pour leur faire part de tout mon rejet pour leur idéologie politique même si mon attachement à l’universalité des droits de l’homme m’a si souvent engagée à dénoncer la persécution dont certains d’entre eux ont pu être victimes et à défendre leur droit à la différence sachant que jamais la réciproque n’a été vraie, bien au contraire.

En effet, tous les jours les femmes non voilées sont sourdement persécutées par les islamistes qui voudraient les convertir à leur mode de vie sans respecter leur droit
à continuer de vivre comme leurs mères et grand-mères.

Partout, dans les quartiers défavorisés, dans les bus, dans les rues, des barbouzes agressent des femmes non voilées en leur intimant de se couvrir de la tête aux pieds. Elles s’en plaignent et affirment qu’elles ne sont pas pratiquantes et ne font pas leurs
prières mais subissent la tyrannie des pseudo-religieux car se voiler finit par devenir un signal d’appui à la mouvance politique islamiste.

Personnellement je me sens agressée par les regards haineux de certaines femmes islamistes (que j’ai bien connues non voilées) et qui s’adressent aux femmes
tunisiennes normales (qualifiées de "modernistes francophones laïques " ou de "bourgeoises de La Marsa") comme si elles avaient quelque chose à se reprocher, comme si elles devaient rentrer dans les rangs et suivre les préceptes des gourous. Comme si ces femmes devaient adopter le mode vestimentaire des malheureuses provinciales du Sud du pays, écrasées par des décennies de persécutions patriarcales rétrogrades et stériles, soumises à la tyrannie des misogynes les plus bornés au niveau bac moins dix. Quelle ignominie !

On voudrait nous faire croire que ce serait notre identité de nous voiler, que ce serait un retour à nos sources véritables. Mensonges que tout cela ! Les photos de nos mères, grand-mères et arrière grand-mères, citadines ou rurales, sont bien là pour dénoncer cette imposture d’un wahabisme étranger, colonisateur, impérialiste avec les résultats que l’on sait.

Lorsque je dénonce ces dérives dictatoriales de l’Islam politique je constate que beaucoup de mes amis et collègues adhérant à ma vision des choses, préfèrent ne pas commenter, de peur de s’attirer les foudres de nos islamistes au prosélytisme absolutiste et dominateur, de peur de voir leur carrière administrative compromise par la sourde persécution de cette nouvelle dictature, capable de promouvoir au rang de cadre des zélateurs sans aucun diplôme, d’accorder l’impunité à des criminels de droit commun et de salir un haut fonctionnaire ayant fait montre de refus de s’aligner sur cette idéologie dominatrice, revancharde, aveugle et vengeresse.

On nous matraque aussi que les islamistes sont arrivés au pouvoir "par la volonté du peuple", qu’ils représentent la majorité des votants, qu’il faut respecter ce choix démocratique, que les "modernistes" sont une minorité inaudible. Faux ! quand on sait
que l’électorat islamiste ne représente que moins de 1,5 million de tunisiens en dépit des financements étrangers faramineux qui l’ont soutenu hors de tout contrôle crédible pour lui et pour la plupart des partis politiques. Les listes électorales en Tunisie et à l’étranger n’ont-elles pas été manipulées comme "au bon vieux temps" maudit de la dictature ?
Les bureaux de votes n’ont-ils pas été noyautés par les islamistes ? Les électeurs illettrés n’ont-ils pas été spoliés de leur vote par des "encadreurs" acquis aux islamistes ?

Pour illustrer ce discours fallacieux de l’arrivée au pouvoir via un scrutin démocratique, Hitler aussi est bien arrivé au pouvoir via des élections "démocratiques" et on sait comment il a perverti le vote des électeurs en instaurant la plus abjecte des
dictatures. Aujourd’hui l’Islam politique tunisien et ses satellites (qui appartiennent tous à la même famille idéologique) veulent instaurer un modèle social wahabite dans notre Tunisie. Plus personne ne croit en leur idéologie de l’échec fondée uniquement sur le mode vestimentaire wahabite détestable. Aucun progrès économique et social sauf pour les profiteurs qui ont ruiné le pays. Comme si Mandela avait réclamé des dédommagements alors qu’il a apporté l’indépendance de son pays ? Que nous ont apporté les islamistes ?

Réveillez-vous !

Tout observateur intelligent voit bien que le discours islamiste a propagé la haine sociale et l’extrémisme en favorisant l’opportunisme et l’accaparement de privilèges exorbitants au nom d’un pseudo militantisme marqué par le terrorisme et les actes de violences contre des touristes et des civils désarmés sans compter la collusion avérée avec Al Qaida matérialisée notamment par l’implication de Walid Benani et Tarek Maaroufi dans l’assassinat de Chah Massaoud en Septembre 2001 en Afghanistan.

Aujourd’hui ce sont les milices de Fajr Libya constituées pour leur majorité d’islamistes tunisiens qui nous menacent et nous terrorisent en prenant le Sud en otage, en le livrant aux trafiquants du crime organisé. Tous ceux qui défendent aveuglément l’Islam politique ne l’encourage pas à s’engager dans une démarche vertueuse de rejet de la violence et de positionnement dans un parti politique séculier, non violent, à l’image des démocrates chrétiens dans plusieurs pays occidentaux.

Tout parti politique doit être avant tout intègre et doit respecter la légalité. Représenter les extrémistes, les contrebandiers, les recruteurs de mercenaires, les prédicateurs obscurantistes et stupides qui persécutent les femmes, défendre les terroristes,c’est ça le programme des islamistes ?
Jamais les tunisiennes ne l’accepteraient car ce sont elles qui ont tout à y perdre. Les femmes de l’Islam politique, Meherzia et compagnie, ne nous représentent pas, elles ont toutes une base de repli avec leur double nationalité qui leur permet d’aller vivre dans des pays évolués et respectueux des droits de l’homme. Pas nous ! C’est notre pays et on ne va pas se laisser envahir par cette idéologie de l’échec financée par l’étranger et compromise dans une politique d’allégeance qui n’a pas hésité à brader
le pays au profit des généreux donateurs étrangers soutenant l’Islam politique.
Les militants de l’Islam politique sont aveuglés par leur appartenance politico-religieuse et en arrivent à défendre l’indéfendable, car jamais la politique et la religion n’ont fait bon ménage et n’ont assuré la paix sociale et la prospérité économique des peuples. Si "l’Islam était la solution" pourquoi les pays musulmans croulent -ils sous la misère économique, sociale et culturelle ? Pourquoi les pays non musulmans sont-ils les plus développés, les plus démocratiques et les plus heureux ?
Plus que jamais aujourd’hui, chaque tunisien doit se positionner avec ses convictions pour l’avenir de notre pays et doit rejeter toute compromission opportuniste dans l’attente d’une quelconque récompense politicienne à sa soumission à une nouvelle tyrannie.
Tyrannie qui en est arrivée à se proclamer auteure et protectrice d’une révolution citoyenne moderniste menée par une jeunesse idéaliste et confisquée par tous les escrocs... L’histoire bégaie encore après que les tunisiens aient dégagé deux dictatures successives dont la propagande auto-congratulatrice déversée ad nauseam par "le combattant suprême" et "le créateur du changement" les avait dégoûtés de la
politique.

Samia Zouari Gorgi a été ambassadrice de Tunisie, ministre plénipotentiaire auprès du ministère des affaires étrangères