Subscribe to SIAWI content updates by Email

Terrorisme au Québec

mardi 7 février 2017, par siawi3

Source : http://www.marcbonhomme.com/files/lendemain-de-vigile.pdf

Lendemain de vigile
Une dynamique morbide à renverser par un projet de société

Photo : Une femme porte une pancarte sur laquelle est écrit : "le Québec est notre religion, notre orientation sexuelle, notre couleur de peau. Nous sommes les émigrés et nous sommes le Québec".

31/01/2017 /07:32 /

Marc Bonhomme

Je reviens de la veille à la gare Jean-Talon de Montréal où la communauté identifiée à la religion musulmane a exprimé la douleur de ses morts, ses craintes d’autres dérapages et l’espoir d’une unité à trouver.
Comme Québécois "pure laine" avec quelque ascendance irlandaise et autochtone, j’ai mal de ce jeune homme solitaire et introverti, mais cultivé, mué en terroriste. Fragilisé, il s’est laissé gagné par la haine induite par les radios-poubelles propres à la région de Québec et par ce nationalisme identitaire pervertie par cette honnie "charte des valeurs" dont le PQ porte toute la responsabilité et qui n’est rien d’autre que la suite formalisée de la réglementation de type Hérouxville inspirée par l’ex-ADQ qui survie dans la CAQ.
Ce jeune homme viré terroriste de l’extrême-droite appartient à cette jeunesse qui fait face à un avenir bouché, sans projet de société porteur autre qu’un néolibéralisme déshumanisant d’hyper- compétitivité créant la polarisation sociale du 1% contre le 99%. Une telle dynamique inégalitaire et appauvrissante pour la grande majorité est grosse de rivalités allant s’intensifiant jusqu’à tuer. Les communautés vulnérabilisées par le racisme, le sexisme et l’homophobie en sont les premières cibles.
Cela les politiciens démagogues, prêts à aller jusqu’au bout du nationalisme, l’ont compris. Mais s’en accommodent très bien les libéraux du laisser-faire, avec un ‘L’ majuscule ou minuscule, qui voient l’avantage de ces divisions permettant d’imposer leurs coupures, leurs privatisations et leurs hydrocarbures, le tout baignant dans un jus nauséabond de corruption.
Plus que jamais il y a nécessité d’un projet de libération nationale et d’émancipation sociale du peuple québécois pour unir cette jeunesse désemparée et ces communautés culturelles discriminées avec le prolétariat québécois et le soutien de celui canadien. À Québec solidaire de jouer sa carte d’un projet de société de plein emploi écologique ce qui requiert la passage obligé de faire l’indépendance pour exproprier les banques et sauver la langue.

°°°

Source : http://www.marcbonhomme.com/files/le-malaise-nationaliste-de-gauche-empe0302che-de-passer-a0300-l0027acte.pdf

Terrorisme au Québec
Le malaise nationaliste de gauche empêche de passer à l’acte

Marc Bonhomme

4 février 2017

L’Aut’Journal, le média nationaliste de gauche pro-PQ, y va bien sûr de sa condamnation de l’attentat de Québec, son éditeur restant cependant silencieux contrairement à son habitude. Il met à la une de son envoi hebdomadaire trois articles de collaborateurs ou alliés. Un d’entre eux rappelle, fort à propos, la toile de fond des interventions guerrières de l’impérialisme étasunien et consorts en Yougoslavie et au Moyen-Orient, dont le Canada1, justifiées par le faux paradigme de la « guerre des civilisations », en réalité par la contrôle du centre pétrolier et géostratégique du monde.

Il rappelle aussi, encore fort à propos, que c’est l’ample mobilisation du peuple québécois qui en 2003 qui a incité le gouvernement Chrétien à refuser de faire partie de la grande coalition contre l’Irak... tout en contribuant en sous-main à l’occupation de l’Afghanistan, ce qu’il ne dit pas. Il rappelle encore l’importante mobilisation contre l’envahissement du Liban par Israël en 2006. S’il est vrai, comme Francine Pelletier le suggère2, que le peuple québécois puisse se donner un rôle de persécuté innocent comme le peuple juif d’Israël, il se différencie de son arrogance de sous- impérialisme vainqueur en s’identifiant plutôt au perpétuel perdant peuple palestinien luttant lui aussi pour sa libération nationale dans des conditions toutefois autrement plus horribles.

Mais est-ce une raison pour tenter de disculper la charte des valeurs du PQ parce que les radios- poubelles s’en prenaient aussi à des têtes d’affiche nationalistes québécoises, ce qui est aussi une façon subtile de diluer la responsabilité de ces radios ? L’auteur tente même d’atténuer la responsabilité du tueur d’extrême-droite, dont on sait qu’il a flirté avec le PQ lors de la campagne électorale du PQ en 20143, celle justement de la charte des valeurs, en mentionnant qu’il likait aussi Jack Layton et le pape Jean-Paul II, et qu’il « ressembl[ait] à pas mal à d’autres jeunes ». Somme toute, dit-il, le tueur est « un produit de ce Nouvel ordre mondial qui nous a été imposé » car « [q]uel est le rapport de ce Nouvel ordre mondial avec la tuerie terrible à la Grande mosquée de Québec ? La réponse courte : tout. »

Ce blanchiment du peuple québécois est d’autant plus attirant que voilà le Washington Post qui n’a pas résisté à la tentation de faire écho au Quebec bashing anglo-canadien auquel certains membres du parti Conservateur, dont des oncles Tom québécois, se sont joints pour y ajouter une touche d’humiliation4. (Aura-t-on aussi droit à ce propos au silence complice de la gauche et des progressistes du Canada anglais ?) Selon l’auteur, cependant, [l]’imposition de ce Nouvel ordre mondial se faisait sans véritable opposition sur la scène internationale jusqu’à ce que la Russie déclare : « Whoa minute, pas si vite ! ». Notre auteur qui lave plus blanc que blanc se trouve finalement en bonne compagnie des campistes5 dont le prolixe vice-président des Artistes pour la Paix. Celui-ci dans le même envoi de l’Aut’Journal, après avoir cité le président français soulignant « l’esprit de paix et d’ouverture des Québécois » affirme tout de go : « Appeler cela terroriste fait le jeu de l’OTAN et des armées occidentales... »6

Au lieu d’inviter le peuple québécois à remettre en question ses rapports avec ses minorités dite visibles, l’Aut’Journal l’invite à se mettre sur la défensive et à blâmer les autres tout en atténuant la responsabilité de ses extrémistes de droite. En fait, il l’invite à défendre plus que jamais la laïcité7. Si la laïcité n’était pas devenu un mot code à sens inversé, toutes et tous les progressistes lèveraient son étendard. L’article invite plutôt à la croisade contre les « intégrismes religieux » pour sauver « les bases démocratiques et laïques de la société ». Jamais ne distingue-t-il en ces temps troublés la religion musulmane de l’intégrisme ni ne mentionne qu’il existe au Québec un courant intégriste chrétien qui soutient les prières lors de plusieurs réunions de conseils municipaux et le maintien du crucifix à l’Assemblée nationale.
Certes, Québec solidaire qui reconnaît « un réveil brutal pour la société québécoise » à propos de son « [r]acisme systémique et plus encore » ne tombe pas dans ce piège8. Mais le parti n’arrive pas à se sortir de la chausse-trape du consensus avec les trois autres partis de l’Assemblée nationale ce qui ne permet que de revendiquer un vague dialogue, « une Commission sur le racisme, comme les groupes le réclament depuis trop longtemps [et] un Conseil du statut des minorités racisées et des personnes immigrantes ». On est très loin des solutions concrètes et immédiates réclamées par plusieurs personnalités en vue de la communauté identifiée comme musulmane et même contenues dans la plate-forme électorale de 2014 du parti... qu’on ne retrouve plus sur le site web du parti9.
Fonctionner au consensus des quatre c’est ne pas comprendre que la société québécoise est loin d’être monolithique sur cette question, que s’y affrontent des opinions et des comportements en parti corrélés à la place de chacune et chacun dans les rapports sociaux. Les pourtant ambigus et controversés commissaires de la Commission Bouchard-Taylor de souligner :
Il y a aussi le standing de vie de beaucoup de gens qui a régressé depuis 40 ans. Encore plus depuis la crise de 2008 dans plusieurs pays occidentaux. Cette situation a entraîné un amalgame entre le sentiment d’être négligé et le ressentiment identitaire. C’est généralisé. C’est la formule de Marine Le Pen [en France], du Brexit, d’Alternativ für Deutschland [en Allemagne] et de Donald Trump.
Profitant dans un tel contexte social détérioré de
« la crainte ressentie par une population quand arrivent des gens d’une autre culture, d’une autre religion [...] [la charte], je crois que c’était une instrumentalisation. Les meneurs de ce jeu, il me semble, voyaient la possibilité d’attirer une clientèle électorale. [...] Dans les grands médias, [...] des esprits respectés éclairés et érudits [...] tiennent un discours [qui] contribue à créer un climat défavorable à l’endroit des immigrants et des musulmans.10
En conséquence,
Charles Taylor souligne que deux secteurs concrets font particulièrement défaut, celui de la reconnaissance des compétences et des diplômes et celui de l’intégration comme telle. [...] Le souhait était d’intensifier « la reconnaissance des compétences et des diplômes acquis à l’étranger ». Yann Hairaud, directeur général de la Clef pour l’intégration au travail des immigrants de Montréal (CITIM), juge qu’« il n’y a pas eu de suite à cette recommandation » [...] Les commissaires ont conclu que l’État devrait porter une attention particulière à la lutte contre les crimes haineux et a exigé plus de ressources et de moyens pour les organismes de lutte contre la discrimination, notamment à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Or, si le budget annuel est resté stable (environ 15 millions de dollars), 33 postes ont été abolis, passant de 161 à 128 (équivalents à temps complet) au cours des dix dernières années.11
Ajoutons-y la fin du boycott implicite de la provision de lieux de culte que plusieurs municipalités refusent et de cimetières hors la région de Montréal. On souhaiterait que Québec solidaire s’élève au moins à ce niveau élémentaire.

Notes :

1 Robin Philpot, Le nouvel ordre mondial frappe Québec, L’Aut’Journal, 2/02/17
2 Francine Pelletier, Sortir de l’angélisme, Le Devoir, 1/02/17
3 Stéphane Baillargeon, Marco Bélair-Cirino, Marie-Michèle Sioui, Qui est Alexandre Bissonnette, terroriste présumé ?, Le
Devoir, 31/01/17
4 Hélène Buzzetti, Un chroniqueur cible les lois linguistiques, Le Devoir, 4/02/17. Le sous-titre est plus clair : Quelques
députés conservateurs empêchent l’adoption d’une motion dénonçant un article calomnieux dans le « Washington Post »
5 Voir mon site : Choisir son camp, celui du peuple combattant toujours debout, 23/01/17
6 Pierre Jasmin, Des Québécois qu’on a tués..., L’Aut’Journal, 3/02/17
7 Rassemblement pour la laïcité, Condamner les violences haineuses, ouvrir la voie à la laïcité, L’Aut’Journal, 2/02/17
8 Manon Massé, Est-ce qu’on pourrait montrer l’exemple ?, Le Devoir, 4/02/17
9 Marc Bonhomme, Tuerie de Québec - Un réveil brutal à mettre à profit, Presse-toi-à-gauche, 3/02/17
10 Propos recueillis par Stéphane Baillargeon et Lisa-Marie Gervais, Les rendez-vous ratés du vivre-ensemble, Le Devoir,
4/02/17. « ...des chroniqueurs, dans Le Journal de Montréal par exemple, continuent à battre tambour »
11 Stéphane Baillargeon avec Robert Dutrisac et Lisa-Marie Gervais, Dix ans après Bouchard-Taylor, tant reste à faire, Le Devoir, 4/02/17