Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Europe : C’est l’année des femmes !

Europe : C’est l’année des femmes !

Levons-nous contre la violence ! Petition aux ministres de la Justice au Conseil de l’Union européenne

jeudi 9 mars 2017, par siawi3

Source : https://act.wemove.eu/campaigns/levons-nous-contre-la-violence?utm_source=civimail-5664&utm_medium=email&utm_campaign=fr_20170307#

WeMove.EU

mercredi 8 mars 2017 02:50

C’est l’année des femmes

Aujourd’hui, c’est le 8 mars, et nous profitons de cette occasion pour lutter pour les droits des femmes. Nous demandons aux dirigeants de l’UE d’agir MAINTENANT pour mettre fin aux violences faites aux femmes. Ils ont les moyens de le faire, mais ont juste besoin d’une piqûre de rappel.

Aujourd’hui, nous rejoignons la lutte pour les droits des femmes en Europe, et ensemble nous pouvons gagner une bataille cruciale. Comment ?

Pour cette journée internationale des droits des femmes, des millions de personnes partout sur la planète défileront et feront grève, dans une lutte commune pour l’égalité. [1] Nous allons utiliser ce grand moment pour renverser la vapeur sur l’une des pires violations des droits fondamentaux des femmes : la violence que les hommes font subir aux femmes parce qu’elles sont femmes.

Avec nos partenaires, unis au sein d’une coalition européenne rassemblant des organisations issues de la société civile, nous remettons les violences faites aux femmes et aux filles au cœur du débat européen en tapant du poing sur la table ! Ce 8 mars, nous lançons un appel à l’action, poussés par l’indignation et la solidarité de milliers d’entre nous dans chaque pays d’Europe. Nos demandes ? Que les dirigeants de l’UE adoptent une position forte sur nos droits fondamentaux : qu’ils ratifient et appliquent de toute urgence la convention internationale pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Une fois ratifiée par l’UE, la convention définira une protection qui sera la même pour toutes les femmes, dans tous les États membres [2], même ceux qui refusent de lutter contre les violences au niveau national. Le Conseil de l’UE est la dernière étape pour que la convention soit adoptée, et ses membres prennent leur temps : les droits des femmes ne sont pas assez importants à leurs yeux pour mériter d’intenses négociations. Grâce à la puissance de notre mouvement et à notre colère, nous leur ferons savoir qu’ils sont avec nous ou contre nous ; nos alliés ou nos ennemis. S’ils n’agissent pas, nous prendrons leur silence comme un soutien aux hommes qui battent leur compagne, aux violeurs, aux harceleurs, et nous les rappellerons à l’ordre publiquement. Ils n’oseront pas s’opposer à nous et risquer de perdre la face.

L’union fait la force, et nous avons besoin de votre voix : rejoignez-nous !

Signez ici pour exiger la fin des violences faites aux femmes

Contraignante juridiquement, cette convention est un outil puissant contre les violences faites aux jeunes filles et aux femmes. Appliquée partout au sein de l’UE, elle renforcera et élargira la protection des victimes de violences. Elle apportera un pouvoir juridique, une considération et des fonds en soutien aux efforts pour stopper et punir les viols, les coups, l’exploitation, le trafic, l’intimidation et le harcèlement : l’inacceptable réalité quotidienne vécue par des millions de femmes à travers l’Europe. Les « valeurs familiales traditionnelles » ne seront plus une excuse pour ne pas lutter contre la violence domestique. [3]

Pour une Europe plus sûre pour toutes les femmes et les petites filles, nous avons juste besoin que nos représentants au Conseil des ministres de la Justice prennent la décision de faire ratifier la convention. Les organisations issues de la société civile appellent depuis des années à une action urgente, mais le Conseil est resté immobile, sans pour autant justifier publiquement sa lenteur. La lutte contre les violences infligées aux femmes par les hommes n’a jamais été sa priorité. Aujourd’hui, nous recentrons le débat sur cette question essentielle. Vous signez aujourd’hui pour toutes les femmes qui consacrent leur journée à lutter pour leurs droits : signez maintenant.

Signez ici pour exiger la fin des violences faites aux femmes !

La communauté WeMove est là pour agir ensemble, par-delà les frontières. Pour lutter contre l’injustice et demander des comptes à nos politiciens. Ensemble, nous avons montré notre solidarité avec les femmes polonaises en lutte contre les mesures oppressives d’interdiction de l’avortement. Et c’est ensemble que nous avons célébré leur victoire. Nous avons exigé humanité et justice pour les réfugiés et les migrants vivant au sein de nos frontières. Aujourd’hui, nous pouvons faire un bond en avant et nous assurer que chaque petite fille en Europe grandisse à l’abri de la violence. Faisons entendre cet appel à l’action à nos représentants au Conseil de l’UE : il faut que nos voix soient trop fortes pour être ignorées. Rejoignez-nous !

Merci,

Mika (Bordeaux), Julia (Varsovie), Martin (Londres/Berlin), et toute l’équipe WeMove.EU

PS. : Les violences touchent les femmes de tous les pays européens et de toutes les couches de la société. Une femme sur trois a été victime de violences depuis ses 15 ans. Une femme sur 20 a été violée. Entre 60 et 100 % des personnes musulmanes victimes d’agressions en Europe sont des femmes [2]. Nous pouvons tous faire quelque chose pour chacune de ces femmes. Ajoutez votre voix à cet appel à l’action !

Signer ici

Références :

[1] Cf p. ex.. http://www.huffingtonpost.com/entry/the-day-without-a-woman-is-happening-heres-what-that-means_us_58b5e43ee4b0a8a9b786cf5b

[2] Pour plus d’informations, voir la fiche de la coalition européenne pour mettre fin aux violences contre les femmes : http://www.womenlobby.org/Factsheet-EU-ratification-of-the-Istanbul-Convention-A-vital-opportunity-to-end-7510

[3] Cf p. ex.. http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20161214IPR56095/istanbul-convention-polish-government-asked-to-reconsider-intention-to-withdraw