Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Analyser de plus près la “Marche pour la Justice et la (...)

France : Analyser de plus près la “Marche pour la Justice et la Dignité”

samedi 25 mars 2017, par siawi3

Source : http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/11080

Ikhwan Info est allé à la “Marche pour la Justice et la Dignité”

19.03.2017

La rédaction

Le 19 mars 2017 a lieu la Marche pour la "Justice et la Dignité" à Paris, entre Nation et République. L’appel pour la Marche est publié sur Médiapart, et relayé notamment sur le site internet, page Facebook et compte Twitter des Indigènes de la République, du NPA, de Tariq Ramadan, d’Ensemble ! du Front de Gauche ou encore de Rokhaya Diallo.

L’appel pour la Marche décrit la France comme (unique) responsable des attentats qu’elle subit :

« Les attentats terribles que nous avons connus en 2015 et en 2016 sont venus renforcer l’arsenal sécuritaire alors qu’ils sont la conséquence directe de la politique guerrière que la France et ses alliés mènent à l’étranger. L’État Français, qui pèse toujours de tout son poids sur les peuples qu’il domine comme en Afrique, prolonge cette politique au Proche-Orient tout comme il entérine l’occupation de la Palestine. Sa "lutte contre le terrorisme" ressemble surtout à une agression permanente contre des peuples innocents ».

Alors qu’il devrait être question de dénoncer, à raison, les violences policières qui existent, cet appel évoque le terrorisme sans nommer les commanditaires, ni Daesh, ni al-Qaïda, et sans un mot pour les victimes. Il est question d’accabler « la politique guerrière » de la France et l’ « agression permanente contre des peuples innocents » pour expliquer les attentats, sans plus de précision. Une fine analyse politique du djihadisme international !

Tariq Ramadan a mis en ligne une vidéo pour promouvoir cette marche. Il y dénonce une « politique d’Etat de la gauche et de la droite » comme étant « le vrai problème ». Il pointe du doigt l’ « ethnicisation » de la solution des pouvoirs publics :

« Comme on a pas réussi, ou on entretient d’ailleurs, parce que la politique de sécurité donne parfois l’impression d’être une politique entretenue d’insécurité, on va déplacer le problème sur un problème culturel et idéologique (…) on ethnicise, on islamise la question, puisqu’on a pas véritablement travaillé sur ce qui devait être une vraie politique sociale, et donc on va instrumentaliser jusqu’à la laïcité (…) et on va faire un clivage entre eux et nous ».

Dommage que Tariq Ramadan ne dénonce pas l’ethnicisation et le communautarisme à outrance d’un des principaux organisateurs, le Parti des Indigènes de la République !

Il dénonce ensuite une mystérieuse opération financière :

« L’entretien de toute cette politique, qui fait de l’argent (…) l’insécurité, ça produit de l’argent ! Sur la question de la police, des prisons et de la privatisation des prisons et des multinationales comme G4S qui interviennent en France et qui font de l’argent, malheureusement il faut se rendre compte qu’il y a un volet économique à cet entretien de l’insécurité ! ».

Il sous-entend que l’Etat organise l’insécurité, par exemple à propos des jeunes policiers peu formés :

« Quel est l’Etat qui les envoie dans cette situation là, et pourquoi est-ce que ceci est entretenu ? »

Tariq Ramadan assume encore une fois sa logique conspirationniste. Les politiques sociales et sécuritaires en banlieue sont certainement critiquables. Sauf qu’ici, un follower peu informé sur la situation aura retenu que les violences policières sont le fruit d’une volonté d’ « ethnicisation » de la banlieue par un mystérieux « on », ainsi qu’une manipulation à but financier de ces conflits, organisée par l’État français !

Le Parti des Indigènes de la République appelle les manifestants à rejoindre sa banderole « "L’antiracisme colonial est mort ! Vive l’antiracisme politique !" ». Tout autre organisation antiraciste est disqualifiée d’office par le PIR qui désigne comme coloniales. Le site Quartiers Libres donne un détail amusant :

« Vendredi 10 mars Houria Bouteldja du PIR a rencontré un cadre et élu « racisé » du PS ancien de la Marche de 1983 pour lui demander de financer « Paroles D’honneur » la nouvelle chaîne TV du PIR … Il n’y a donc plus de « Serment de Gaza » quand il faut s’assurer des passages dans les médias ? On est bien loin de l’autonomie politique et financière revendiquée, de l’Honneur dans la parole et de la sincérité politique. Discours publics, pratiques réelles ».

NB : Le « serment de Gaza » fait suite à l’intervention des fonctionnaires de police lors de la manifestation interdite en soutien à Gaza à Paris fin juillet 2014, alors que plusieurs précédentes manifestations pro-palestiniennes ont dégénéré avec des slogans antisémites (« mort aux juifs ») et que des incidents ont éclaté près de la synagogue de la Roquette. Le PIR a alors engagé une campagne anti-PS, le jugeant responsable de l’interdiction de la manifestation et de l’intervention policière.

Le PIR, qui désigne à tour de bras le PS comme un ennemi politique, qui a promis en 2014 que le « PS paiera » pour son « présent colonial » demanderait à ce même parti des financements...

Avec la même hypocrisie, Houria Bouteldja se félicite de la participation du Parti Communiste et du Parti de Gauche à la Marche et évoque « une victoire éclatante » pour l’agenda du PIR, alors que plusieurs voix critiquent cette association avec des partis politiques tant critiqués d’habitude :

« Quand le PG ou le PC sont devant et qu’ils nous imposent leur agenda, ils récupèrent. Ok. Quand ils sont derrière, ce qui sera la cas le 19. Ils récupèrent encore comment ? je sais pas ».

Autre participant et signataire de l’appel : l’Islamic Human Rights Commission (IHRC). Cette ONG basée à Londres est une puissante association de lobbying pro-khomeiniste en Europe et à l’ONU. En 2015, elle remet le prix de l’ « islamophobe de l’année » à Charb et Charlie Hebdo, quelques semaines après l’attentat.

L’IHRC est également célèbre pour ses campagnes pour demander la libération du Cheikh Omar Abdel Rahman, leader spirituel de l’organisation terroriste Al-Jama’a al-Islamiyya, et emprisonné pour sa participation à l’attentat du World Trade Center de 1993 et pour d’autres projets d’attentats notamment au siège des Nations Unies. Elle désigne le Cheikh comme un « prisonnier pour sa foi ».

Lors de sa mort en février 2017, l’IHRC publie un communiqué de presse où elle se désole de sa disparition : « le monde a perdu un homme de principe et de foi inébranlable ». L’IHRC lui rend un hommage personnel et politique :

"Sa mort fait de lui un martyr, et plus qu’une inspiration pour les personnes qui continuent de résister à l’autocratie étrangère et à l’impérialisme dans le monde arabe".

Le déroulé de la Marche

Les familles de personnes tuées par la police tiennent la banderole de tête, suivies du Parti des Indigènes de la République (avec notamment Houria Bouteldja), de Sihame Assbague, du Front Uni des Immigrations et Quartiers Populaires de Saïd Bouamama, de la Brigade Anti Négrophobie, et de collectifs pro-palestiniens qui appellent au "boycott d’Israël, état assassin" et à la "séparation du CRIF et de l’état" sur leurs pancartes... Les slogans collectifs mêlent hommage aux victimes de violences policières, "Israël casse toi !", "libérez George Abdallah !"ou encore "je suis bamboula" par Saïd Bouamama, ce qui a pour effet de provoquer une dispute avec les collectifs afro-féministes. Ces dernières ont entre autres pour slogan "blanchité = gros clapet".

La très grande partie du cortège se compose de divers syndicats (Solidaires, CGT,..) et de partis politiques (Ensemble !, NPA, Alternative libertaire, PC...). Act-Up et l’Inter-LBGT qui avaient appelé à manifester, malgré les protestations de militants LGBT qui refusent de marcher derrière le PIR, ne forment par contre qu’un petit cortège d’une quinzaine de personnes.

Le Black Bloc, qui ferme la marche, est en nombre le plus grand collectif présent. Des heurts éclatent à la fin de la marche, avec des fumigènes à proximité du Bataclan, des jets de cocktail Molotov contre la police, et des vitrines cassées place de la République.

Assa Traoré, la soeur d’Adama Traoré, avait annoncé qu’elle ne signerait pas l’appel et qu’elle ne participerait pas à la Marche. Dans Le Monde, elle dit ne pas se reconnaître dans cette Marche qui ne s’est pas adressée directement à la banlieue et qui préfère faire venir des manifestants de toute la France pour grossir ses rangs. D’autres militants n’ont pas fait le déplacement, reprochant la mainmise du PIR sur cette manifestation, comme le rapporte Le Monde : "certaines organisations, comme le PIR, instumentalisent cette marche afin de devenir porte-parole des quartiers populaires. Alors qu’ils n’y mettent jamais les pieds !". C’est un euphémisme de dire que la lutte contre les violences policières mérite en effet moins de relents racialistes à la sauce indigène, moins d’obsessions anti-CRIF, anti-israéliennes, moins de signataires islamistes, moins de récupérations politiques, et plus de sincérité !

Des organisations signataires de l’appel de la Marche :

Action-antifasciste Paris-Banlieue (AFA) - Association OUTrans - Association de lutte contre l’islamophobie et les racismes (ALCIR 20eme) - BDS France - Brigade Anti Négrophobie (BAN) - CAPJPO-EuroPalestine - CGT-Culture - Collectif enseignant pour l’abrogation de la loi de 2004 (CEAL) - Collectif Ni Guerres ni état de guerre - Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) - Femmes en lutte 93 - Fondation Frantz Fanon - FUIQP - Les Indivisibles - Islamic Human Right Commission (IHRC) - Marche des Femmes pour la Dignité (MAFED) - Mwasi - Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Nuit debout Rennes - Osons causer - Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) - Parti pirate - Parti des Indigènes de la République (PIR) - Podemos (Espagne) - Pride de nuit - Le Seum collectif - Solidaires étudiants (université Paris 3) - Le Strass - SUD (Collectivités Territoriales 93) - Syndicat de la Magistrature - Unef - Union des Démocrates Musulmans de France (UDMF) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - Urgence Notre Police Assassine (UNPA).

Les personnalités signataires de l’appel de la Marche :

Hamé, du groupe La Rumeur (artiste) - Kery James (artiste) - Youssoupha (artiste) - N.O.S (PNL) - Opal Tometi (co-fondatrice de Black Lives Matter et Executive Director of Black Alliance for Just Immigration-BAJI) - Eli Domota (LKP) - Medine (artiste) - Boubacar Boris Diop (écrivain) - Oumar Diaw (comédien) - Juliette Fievet (chroniqueuse et animatrice de télé/radio) - Melha Bedia (comédienne et humoriste) - Grand corps malade (chanteur et réalisateur) - Cut Killer (DJ international) - Samy Naceri (acteur) - Kiddam and the People (groupe de rap) -Youkoff (Artiste) - Tunisiano - Omar Barghouti (human rights defender, Palestine) - Sidi Watcho (artistes) - Mokobé (artiste) - Samia Orosemane (humoriste) - Lilian Thuram (personnalité sportive) - CaliSamy Amara (humoriste) - Yazid Amghar (boxeur professionnel, champion de France) - Sihame Assbague (militante antiraciste) - Djamel Atallah (marcheur de 83) - Boualam Azahoum (miliant, Lyon) - Ludivine Bantigny (historienne) - Elsa Bardeaux (maire adjointe de Villeneuve Saint Georges à la jeunesse et de la vie des quartiers) - Hakim Beddar (membre fondateur du MIB et organisateur de l’arrivée de la marche de 83) - Benaili Mounia (Conseillère Municipale PG Juvisy sur Orge) - Ben Amar Youssef (adjoint au maire Allones 72) - Mohamed Benkhelouf (maire adjoint à Aubervilliers) - Mohamed Ben Yakhlef, Insaf Chebaane, Omar Cheriguene (conseillers municipaux de Vileneuve Saint Georgges) - Judith Bernard (metteur en scène) - Olivier Besancenot (NPA) - Djamel Blanchard (co-président de PAS SANS NOUS) - Félix Boggio Éwanjé-Épée (revue Période) - Ahmed Boubeker (sociologue) - Rachid Bouchareb (réalisateur) - Alima Boumediene Thiery (avocate) - Youssef Boussoumah (membre fondateur de la CCIPPP, missions civiles en Palestine et PIR) - Houria Bouteldja (PIR) - Pierre Cours-Salies (Sociologue, professeur émérite Paris 8, Membre d’Ensemble !) - Gerty Dambury (écrivaine) - Christine Delphy (Féministe) - Rokhaya Diallo (auteure et réalisatrice) - Eva Doumbia (artiste) - Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Frantz Fanon et experte ONU) - Patrick Farbiaz (Sortir du colonialisme) - François Gèze (Editeur) - Alain Gresh (journaliste) - Nacira Guénif-Souilamas (sociologue) - Hadj Chikh Haouaria (conseillère départementale 13) - Sadri Khiari (dessinateur) - Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire) - Franco Lollia (BAN) - Frédéric Lordon (économiste) - Stella Magliani-Belkacem (La fabrique éditions) - Noël Mamère - Philippe Marlière (universitaire) - Madjid Messaouden (élu St Denis 93) - René Monzat (militant antiraciste) - Tariq Ramadan (professeur d’études islamiques et de philosophie et président de l’European Muslim Network) - Fabrice Riceputi (historien) - Océane Rosemarie (comédienne) - Philippe Poutou (Porte-parole du NPA) - Saadane Sadgui (Co-fondateur des JALB et du MIB) - Catherine Samary (Militante altermondialiste) - Maximilien Sanchez (conseiller municipal délégué à la jeunesse de Gentilly) - Anzoumane Sissoko (porte-parole de la CISPM) - Omar Slaouti (membre du collectif Ali Ziri), Hanifa Taguelmint (militante) - Odile Tobner (auteure de "Du racisme français) - Enzo Traverso (universitaire) - Miguel Urban (député Podemos au parlement européen) - Françoise Vergès (politologue) - Marie-Christine Vergiat (Députée européenne, Front de Gauche) - Michaël Wamen (CGT Goodyear Amiens, condamné à 12 mois de prison avec sursis pour avoir défendu son emploi) - Catherine Wihtol de Wenden (universitaire) - Louisa Yousfi (Paroles d’honneur)

D’autres soutiens de la Marche :

ATTAC - DAL - Ensemble ! - SNPES PJJ de la FSU -UNEF - Union Syndicale Solidaires - Syndicat National Unitaire des Assistants Sociaux (SNUASFP FSU) - Révolution Permanente - UD CGT de Paris - FERC-CGT - CGT TEFP (travail-emploi-formation professionnelle) - Association des Communistes Unitaires