Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > Entretien avec l’’ambassadeur français aux Etats-Unis

Entretien avec l’’ambassadeur français aux Etats-Unis

lundi 24 avril 2017, par siawi3

Source  : http://www.liberation.fr/planete/2017/04/19/trump-et-le-pen-melenchon-et-sanders-l-ambassadeur-francais-aux-etats-unis-se-lache_1563780

Trump et Le Pen, Mélenchon et Sanders… L’ambassadeur français aux Etats-Unis se lâche

Par Frédéric Autran,
correspondant à New York

19 avril 2017 à 16:01

Le Brexit, les premiers mois de de Trump, la Syrie, l’Onu, le péril FN, le rejet des élites… Entretien exceptionnel avec Gérard Araud.

Trump et Le Pen, Mélenchon et Sanders… L’ambassadeur français aux Etats-Unis se lâche

Il est l’un des diplomates français les plus brillants et atypiques de sa génération. Ambassadeur aux Etats-Unis depuis 2014, après avoir été en poste en Israël et à l’ONU, Gérard Araud prendra sa retraite d’ici cet été. Connu pour son franc-parler, notamment sur Twitter où il a plus de 35 000 abonnés, l’homme de 64 ans, dont le nom circule pour devenir conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron s’il est élu, s’est entretenu avec ­Libération pendant plus d’une heure dans un café huppé de Manhattan.

°°

Quels changements avez-vous constaté depuis l’arrivée au pouvoir de l’administration Trump  ?

Les Français oublient que les transitions entre les administrations sont toujours des processus longs et assez chaotiques. Il faut facilement six mois à une nouvelle administration pour trouver son rythme, nommer plus de 700 hauts fonctionnaires qui doivent ensuite être confirmés par le Sénat. Et puis, ­contrairement à la France, en général, le nouveau président américain n’a pas d’expérience gouvernementale. Barack Obama avait simplement été sénateur pendant deux ans. Le président Trump n’a aucune expérience. Donc ce n’est pas surprenant qu’il faille du temps.

Cette administration est toutefois très en retard en termes de nomination de hauts fonctionnaires, notamment au département d’Etat…

C’est lié à la façon dont fonctionne Washington. Lorsque vous avez une administration démocrate, les républicains restent à Washington et vont travailler dans les think tanks, les bureaux de lobbyistes, les cabinets d’avocats. Et lorsque les démocrates quittent le pouvoir, les républicains les remplacent. Or, la plupart des républicains de Washington, cette fois-ci, ont pris position contre le candidat Trump. On les appelle les « Never Trumpers ». La nouvelle administration, évidemment, ne veut pas d’eux. Contrairement aux fois précédentes, nous avons en quelque sorte une administration qui n’a pas de carnet d’adresses. Dans les administrations, et pas seulement au département d’Etat  : au Trésor par exemple, il n’y a personne à part le ministre.

Lorsqu’on est l’ambassadeur d’un pays très proche des Etats-Unis, comment ­appréhende-t-on la rhétorique natio­naliste « America First »   ?

Aux Etats-Unis comme en France, il y a une différence entre la campagne électorale et le gouvernement. Ce qui importe, en particulier avec cette administration et ce président qui a un usage inhabituel de Twitter, ce n’est pas tant ce qu’il déclare, mais la politique qui va être suivie. C’est cela qui compte. L’administration en est à ses premiers pas. Il faut les observer. Jusqu’à présent par exemple, l’administration a réaffirmé son engagement pour l’Otan, donc on ne sent pas un changement radical.

Vous êtes connu également pour vos tweets, y compris celui du soir de l’élection, où vous évoquiez « un monde qui s’effondre » et un « vertige ». Ce message a été retiré quelques heures plus tard. Avez-vous reçu des consignes de Paris  ?

Non, je l’ai retiré. En réalité, le tweet en question, qui était visiblement une erreur vu les réactions, voulait simplement dire qu’après le Brexit, après l’élection de Donald Trump, que personne n’avait prévus, un monde ­s’effondrait. Le nôtre. C’était une manière de dire que nos certitudes étaient battues en ­brèche. Ce n’était pas une critique de Trump ou du Brexit. J’ai été la cible, immédiatement, d’une vague de tweets souvent orduriers, de messages d’insultes, de menaces, venant de militants du FN. Donc je l’ai retiré. ­En revanche, je n’ai pas eu la moindre ­remarque américaine.

Vous dites que ce tweet était une ­erreur, à en croire les réactions. Mais sur le fond, pensez-vous que c’était une ­erreur  ?

Non, sur le fond, ce que je disais était juste. Pendant six mois, républicains et démocrates nous ont dit que Hillary Clinton serait élue. C’était un moment où il se passait quelque chose dans nos sociétés occidentales. Et ce quelque chose, nous, les élites, les gens que je fréquentais, étions capables de le ­comprendre et de le sentir. C’était ce monde-là qui s’effondrait  : le monde de nos certi­tudes, le monde des élites. Le populisme l’a emporté en Grande-Bretagne, il l’a emporté aux Etats-Unis. Et donc, en tant que Français, à six mois de l’élection présidentielle, il était normal de se demander ce qu’il allait arriver dans mon pays.

A quel point avez-vous pris de la ­distance par rapport à ce qui se passe en France, notamment la campagne présidentielle   ?

Je suis né en 1953  : je suis de la génération qui a été élevée à l’ombre de la guerre. Tous les hauts fonctionnaires de ma génération se sont posé la question  : qu’aurais-je fait en juillet 1940  ? Je ne compare pas la ­situation. Nous ne sommes pas en juillet 1940. Mais nous sommes à un moment où nous ­devons écouter notre conscience. Je connais le devoir de réserve, je l’ai pratiqué pendant trente-cinq ans. On n’a pas besoin ­de m’apprendre ce que c’est. Mais j’ai ma conscience. Et elle me dit que cette élection n’est pas une élection comme une autre. Que le Front ­national n’est pas un parti comme un autre. C’est la raison pour laquelle j’ai apporté mon soutien à mon collègue Thierry Dana [l’ambassadeur de France au Japon, qui ­a annoncé dans une tribune qu’il refuserait ­de servir sous Marine Le Pen, ndlr].

Vous dites ne pas comparer ce qui s’est passé en juillet 1940 et la situation ­actuelle, pourtant vous évoquez cette même liberté de conscience   ?

La situation est infiniment moins grave qu’en juillet 1940. Nous ne sommes pas dans une tragédie nationale comparable. Mais on est dans un moment où nous devons écouter notre conscience. Cette élection n’est pas simplement une élection normale, entre la gauche ou la droite, le Parti socialiste ou Les Républicains. Quelque chose de beaucoup plus grave est en jeu.

Qu’est-ce qui est en jeu   ?

L’avenir de la démocratie libérale. L’appartenance à l’Union européenne, ce n’est pas une politique comme une autre. C’est un choix de civilisation que nous avons fait. Evidemment, pour les jeunes Francais, cela n’a pas beaucoup de sens mais nous avons été envahis trois fois en soixante-dix ans, il y a eu deux guerres mondiales sur notre continent. Un ­génocide. L’idée de l’UE était d’assurer la paix à nos enfants et nos petits-enfants. Et revenir sur l’UE, c’est revenir à l’Europe des nations libres, c’est-à-dire ­l’Europe de 1939.

La procédure de Brexit a été officiel­lement enclenchée le 29 mars. Comment percevez-vous cette sortie à venir du Royaume-Uni de l’Union   ?

Avec beaucoup de tristesse. Parce que l’Europe, c’est aussi l’addition des génies nationaux. La diversité des pays. Les Britanniques apportent à l’Europe beaucoup de choses. Chacun arrive avec sa vision. Les Britan­niques arrivent avec leur ouverture sur le monde, leur pragmatisme, leur capacité ­diplomatique et militaire. La City de Londres est un atout pour l’UE. Mais à l’arrivée, on se retrouve dans une situation perdant-perdant. La négociation va être incroyablement complexe et je vois mal comment elle peut bien se passer. Il va y avoir énormément d’intérêts contradictoires, conflictuels. En quarante ans, sans même s’en rendre compte, le Royaume-Uni a été lié à l’Europe par des centaines de liens auxquels on ne pense même pas. Couper tout cela, ça va être un divorce extrêmement, extrêmement douloureux.

Marine Le Pen prône, elle aussi, la sortie de l’UE, le retour au franc. Est ce que la construction européenne survivrait à un retrait de la France  ?

Non. Sans la France, il n’y a plus de zone euro. Personne n’imagine son maintien sans la France. L’Italie et l’Espagne seraient obligés de sortir immédiatement de ce qui deviendrait vraiment une zone deutschmark. Quant à l’Union européenne, je ne vois pas comment elle pourrait survivre sans la France.

La victoire du Brexit et celle de Donald Trump ont eu lieu sur fond de rejet des élites. En tant que quelqu’un qui incarne cette élite, y a-t-il une forme de remise en question   ?

Je le pense très profondément. Rien ne serait plus dangereux que d’ignorer les protestations de nos concitoyens. Ou de dire simplement que ce sont des imbéciles, des fascistes. Il y a là une souffrance sociale, une crise. Nous devons y répondre. Si nous ne le faisons pas, peut-être que Marine Le Pen ne sera pas élue cette année, mais elle le sera en 2022. La situation économique est essentielle. Nous avons sous-estimé le traumatisme de la crise de 2008, qui a été relativement bien gérée par nos autorités, mais nous l’avons sous-estimé.

Les sociologues et les économistes expliquent que vous avez toute une classe moyenne inférieure et une classe ouvrière qui ont souffert de la mondialisation. Ils ont vu leur niveau de vie stagner. Ils ne croient plus que leurs ­enfants feront mieux qu’eux. Il y a là, à l’évidence, deux France  : une France qui est bien dans la mondialisation, la France des élites en particulier – cela doit être à peu près 50 % des Français –, mais il y a aussi une France qui en a souffert et qui cherche des boucs émissaires. Elle nous dit  : « J’ai essayé la gauche, ça n’a pas marché, j’ai essayé la droite, ça n’a pas marché. Et bien voilà, je renverse la table. Et je me tourne soit vers l’extrême droite, soit vers l’extrême gauche. » C’est comme aux Etats-Unis. Jean-Luc Mélenchon, c’est Bernie Sanders  ; Marine Le Pen, c’est Donald Trump. On est dans la même logique de renverser la table.

Vous disiez que le FN n’est pas un parti comme les autres. Dans quel sens   ?

D’abord, il y a le sujet de l’Union européenne. Sortir de l’UE, ce n’est pas une politique comme une autre. C’est un choix de civilisation, une politique suivie par tous les présidents de la République depuis 1958, y compris par Charles de Gaulle. Se retirer de l’Union européenne, c’est passer d’une Europe de la coopération à une Europe de la confrontation, avec tout ce que cela peut vouloir dire à long terme. Et puis il y a quand même un ADN du Front national, une généalogie du FN. Un parti fondé par des anciens de l’OAS. Le père de Marine Le Pen considérait il n’y a pas si longtemps que les chambres à gaz étaient « un détail de l’histoire » et que l’occupation allemande avait été une partie de plaisir. Donc tordez, frottez le Front national, il en sort quoi  ? Vichy, l’OAS, le nationalisme et l’autoritarisme. C’est un choix de ­société, pas un parti politique comme un autre. On ne normalise pas l’extrême droite. On ne normalise pas l’extrême gauche. On ne normalise pas des partis qui, en réalité, sont des partis qui nient les valeurs de la démo­cratie.

Vous avez l’impression que dans cette élection, le parti est normalisé comme ­jamais  ?

Marine Le Pen a bien réussi son coup. Il y a aussi une droitisation de la société française. Ce n’est pas péjoratif, c’est une constatation. Et cela s’étend au-delà de la France. Les Etats-Unis l’illustrent. Le discours politique des ­sociétés occidentales est beaucoup plus ­conservateur qu’il ne l’était il y a cinquante ans.

Quel rôle joue la dimension culturelle, ethnique, dans ce mouvement populiste   ?

Les éléments économiques sont les plus ­importants. Le fait qu’une partie de la classe moyenne ait été déstabilisée par l’évolution économique est le plus important. Quand on est déstabilisé, on cherche une explication à son malheur. Et l’explication la plus simple est de dire ce sont les immigrés qui ont pris notre travail. Une société en crise écono­mique est une société qui doute d’elle-même. Qui doute de ses valeurs. Il y a aussi un élément culturel, dont l’immigration est un ­aspect. Tous nos jeunes qui viennent dans la Silicon Valley, à New York, aiment ça. Mais il y en a d’autres qui, dans un monde sans frontières, sans barrières, se sentent menacés ­culturellement. Ils ont l’impression que leur mode de vie est menacé. Qu’ils ne sont pas prêts à accepter l’altérité.

L’une des mesures emblématiques ­de ­Donald Trump, c’est ce double décret ­anti-immigration, suspendu par la ­justice. Ce type de mesures vous in­quiète-t-il  ?

Non, pas cette mesure-là. La première version nous avait posé quelques problèmes. Elle n’avait pas prévu le cas des binationaux, comme les Franco-Iraniens ou les Franco-Syriens. Ce problème a été réglé. La France n’est pas concernée. La question qui se pose désormais pour l’avenir  ? Le maintien du programme d’exemption de visa. Pour l’instant, on n’en sait rien.

Vous dites que la France n’est pas concernée. Même sur le plan moral  ?

Les Etats-Unis connaissent une période de tension politique exceptionnelle. Pour tout observateur étranger, c’est frappant de voir à quel point les tensions et la passion dé­chirent ce pays. Toute mesure de l’administration est aussitôt interprétée à travers ce prisme passionnel. Ce décret, qui visait à suspendre pendant quatre-vingt-dix jours l’octroi de visas à certains pays afin de permettre la mise en place d’un système de contrôle plus efficace, n’est pas extrêmement discriminatoire. C’est quatre-vingt-dix jours. Et les Etats-Unis ont le droit souverain, comme tout pays, de décider qui entre sur leur territoire. J’ignore quelles décisions prendra la France s’il y a de nouveaux attentats terroristes. Il faut regarder les choses en face  : nous vivons une période très difficile.

L’administration Trump a mené récemment des frappes sur une base aérienne syrienne. Qu’en pensez-vous  ?

Une négociation se fait toujours sur la base d’un rapport de force. La faiblesse de l’administration Obama vis-à-vis de la Russie, c’était le fait que John Kerry [alors secrétaire d’Etat] n’avait aucun gros bâton pour négocier. Et il n’est arrivé à rien. La frappe de Trump, c’est une manière d’établir un rapport de force avec Moscou. Ce qui est important, et on va le voir dans les semaines, les mois à venir, c’est de savoir si de ces frappes émerge une stratégie diplomatique. Une frappe n’a de sens que si elle débouche sur quelque chose, sur une négociation. On peut espérer que s’ouvrira enfin une vraie négociation sur l’avenir de la Syrie.
Lors de l’attaque chimique de la Ghouta, à l’été 2013, la France était prête à frapper, aux côtés des Etats-Unis, mais Barack Obama avait reculé. Y a-t-il une forme de satisfaction de voir que Donald Trump n’a pas eu la même hésitation   ?

Les situations sont très différentes. En 2013, on aurait sans doute réussi, avec des frappes, à établir un nouveau rapport de force favo­rable pour une négociation. A l’époque, l’opposition modérée offrait une vraie alternative. Aujourd’hui, la situation sur le terrain est beaucoup plus difficile. Al-Assad a progressé. Au sein de l’opposition, les groupes extré­mistes ont également progressé. Les Russes sont intervenus. Nous regrettons l’épisode de 2013. Voyons désormais ce qu’on peut faire en 2017.

A l’époque, vous étiez l’ambassadeur de France aux Nations unies. Vous avez assisté aux premiers vetos russes. L’ONU, et le Conseil de sécurité en particulier, ont-ils perdu toute crédibilité avec la guerre en Syrie   ?

Le Conseil de sécurité de l’ONU a été totalement impuissant de 1950 à 1990, pendant la guerre froide. Il ne se passait rien, ou rarement. Le Conseil de sécurité est fondé sur le droit de veto. Il empêche la prise de décisions contraires aux intérêts des grandes puissances. C’est la leçon tirée de la Société des nations [ancêtre des Nations unies]  : si vous preniez une décision contraire à une grande puissance, elle quittait la salle. On l’avait vu avec l’Italie, l’Allemagne, le Japon. Et à la fin, l’Union sovié­tique. En réalité, la faiblesse du Conseil, c’est son absence de représentativité. La France a été très active pour tenter de ­remédier à cela. Le Conseil représente l’état du monde en 1945. Il faut l’élargir. Et faire ­entrer les nouvelles puissances. Il faudrait, comme membres permanents, l’Inde, le Japon, le Brésil, un pays africain, pour que le Conseil soit plus représentatif.

Cette réforme du Conseil de sécurité, c’est un serpent de mer qui semble jamais ne devoir se concrétiser…

Vous avez raison. Sur les cinq pays membres, les trois plus gros – Etats-Unis, Russie et Chine – n’en veulent pas parce qu’ils ne veulent pas faire entrer des pays qui ne leur ­conviendraient pas. C’est une erreur. La France devrait, avec le Royaume-Uni, proposer des solutions. Il existe des propositions ­intermédiaires. Si vous ne voulez pas créer de nouveaux membres permanents, vous pouvez aussi créer un nouveau type de mandat. Au lieu de deux ans pour les membres non permanents, il pourrait y avoir des ­mandats de cinq ans, qui permettraient ­d’intégrer par exemple des pays comme ­le Japon.

Donald Trump a peu caché son désintérêt pour les Nations unies. Il souhaite diminuer drastiquement la contribution ­financière américaine…

A l’époque de Ronald Reagan déjà, les Américains avaient coupé autoritairement le financement des Nations unies. C’est une vieille tendance américaine. Mais je veux être optimiste. On est dans un monde où il y a tellement d’interdépendance que je vois mal comment on peut revenir aux Etats nations seuls. Regardez ce que nous avons réussi à faire avec la COP 21. C’était formidable. On a d’abord respecté la souveraineté des Etats. Chaque pays a dit ce qu’il voulait faire, ce qu’il était prêt à faire. Tous les Etats ont compris qu’ils avaient une responsabilité particulière dans le changement climatique. Et on est arrivé à un accord à la fin, avec 193 pays. C’est ce qu’il faut essayer de rechercher sur un certain nombre de sujets. De dire à certains, « on ne s’occupe pas de ce qui se passe chez vous, mais il se trouve que ce que vous faites a des conséquences sur moi, et inversement ». Pensez à la cybersécurité par exemple. Dire aux Chinois « il y a des hackers chez vous, mais il y a aussi des hackeurs chez moi qui pourraient vous faire mal ». On a tous intérêt ­à essayer de civiliser le « monde cyber ». Autre exemple  : les pandémies. Essayer de trouver un intérêt commun. Alors qu’on le fasse au sein des Nations unies, oui, c’est pratique. Mais on peut aussi essayer de le faire ailleurs.

Comment sauvegarder l’accord de Paris sur le climat  ?

Michael Bloomberg, représentant spécial de l’ONU pour les villes, a dit que quoi que fasse Trump, les Etats-Unis respecteront leurs engagements. Les villes américaines représentent plus de 50 % des émissions de CO2. Et les grandes villes américaines sont toutes ­démocrates. Où que je sois allé, tout le monde m’a parlé de lutter contre le changement ­climatique. Toutes les grandes entreprises américaines sont impliquées dans cette lutte. J’ai vu les PDG de Delta, de Coca-Cola. Même Exxon, l’entreprise de Rex Tillerson [secrétaire d’Etat et ex-PDG de cette société, ndlr] a publiquement appelé les Etats-Unis à rester dans le cadre de l’accord de Paris.

Au-delà des petits combats idéologiques washingtoniens, il y a dans ce pays une dynamique de lutte contre le changement clima­tique. En plus, les énergies renouvelables, pour ce pays c’est parfait. Vous avez le vent dans le Midwest, le soleil à l’ouest, les surfaces qui permettent tout cela. Tout ce qui est fait aujourd’hui sur le charbon  ? Purement démagogique. L’industrie du charbon n’est pas victime des réglementations d’Obama. Elle est victime tout simplement des énergies renouvelables. Et surtout du gaz de schiste. Donc je reste optimiste.

Frédéric Autran correspondant à New York