Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Après l’attentat sur les Champs Elysées, le candidat du NPA est pris (...)

France : Après l’attentat sur les Champs Elysées, le candidat du NPA est pris à partie par des policiers

vendredi 21 avril 2017, par siawi3

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/20/apres-lattentat-a-paris-poutou-pris-a-partie-par-des-policiers_a_22048511/

POLITIQUE
Après l’attentat à Paris, Poutou pris à partie par des policiers pour avoir proposé de les désarmer

Pendant « 15 minutes pour convaincre » sur France 2 , le candidat du Nouveau parti anticapitaliste venait de critiquer la police qui « agresse ».

21/04/2017 01:35 CEST | Actualisé il y a 16 minutes

Rédaction du HuffPost

France 2
Poutou pris à partie par des policiers après l’émission pour avoir proposé de les désarmer

PRÉSIDENTIELLE 2017 - Philippe Poutou, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste, s’est attiré de nombreuses critiques ce jeudi 20 avril en déclarant dans l’émission « 15 minutes pour convaincre » qu’il voulait « désarmer les policiers ».

« À quoi ça sert qu’ils aient des armes ? Ça ne protège pas, ça tue, ça blesse », a estimé le candidat qui parlait de manifestations ou de contrôles au faciès regrettant « une police qui fait chier les gens dans les quartiers ».

« Plus ça va, plus il y a un droit d’utiliser son arme, un droit à la bavure », a jugé Poutou pour qui « la police au contact de la population n’a pas besoin d’être armée ». Un discours qui n’a pas été particulièrement apprécié alors que l’attaque sur les Champs-Élysées qui a tué un policier venait tout juste d’être annoncée par David Pujadas sur le même plateau.

Dans un message publié sur Twitter, qu’il a repartagé sur son propre compte, le candidat dit notamment avoir été pris à partie par des policiers en uniforme en quittant les locaux de France2.

Une fin d’émission mouvementée confirmée en partie par un journaliste sur place qui a été témoin de l’échange, mais n’a pas entendu d’insultes.

Sur Twitter, téléspectateurs et opposants n’ont pas vraiment bien réagi non plus au mauvais timing pour parler cette proposition de campagne