Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > France : La statue du diable décapitée dans l’église de Rennes-le-Château « au (...)

France : La statue du diable décapitée dans l’église de Rennes-le-Château « au nom de la Syrie »

vendredi 5 mai 2017, par siawi3

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/29/2565678-statue-decapitee-eglise-nom-syrie-rennes-chateau.html#hmAJHDtXMpdjt36J.99

Publié le 29/04/2017 à 11:06, Mis à jour le 29/04/2017 à 14:21

ADRIEN DE VOLONTAT

Les habitants de Rennes-le-Château dans l’Aude se souviendront longtemps de ce dimanche 23 avril 2017. Certes se tenait ce jour-là le premier tour de l’élection présidentielle. Mais c’est surtout l’attaque, « terroriste » selon le maire de la commune Alexandre Painco, subit par la statue du diable rouge de l’église du village ce dimanche, qui a marqué cette journée. Ainsi, au matin de cette élection, une jeune femme vêtue d’une longue cape blanche et d’un masque vénitien a fracassé la statue du diable rouge qui soutient le célèbre bénitier de l’église.

À coup de hache, elle l’a délesté de sa tête et de ses bras, avant de s’en prendre au bas-relief de l’autel : Marie-Madeleine aura elle aussi perdu la tête dans cette affaire. Pour la fautive, son geste venait répondre « aux bombardements de l’Occident en Syrie ». Elle a posé un coran au pied du diable Asmodée.

Malgré la colère, vite reconstruire

Outre les dégâts matériels, le préjudice est aussi moral. « Les croyants comme les non-croyants sont attachés à leur diable, tout comme à leur église », explique Gilles Séménou, le curé de la paroisse. À l’église, les visiteurs ne comprennent pas ce geste. Pire, « c’est une profanation » selon cette touriste venue tout spécialement de l’Île de France.

Mais à la mairie, pas question de lambiner. « Nous avons déjà contacté l’architecte des Monuments de France, et nous échangeons avec les services du Château de Versailles et du musée du Louvres. » Alexandre Painco compte bien réparer la statue du diable et l’autel, pour accueillir les « milliers de touristes de l’été ». Une enveloppe d’une dizaine de milliers d’euros sera nécessaire selon les premières estimations, la municipalité lance un appel aux dons. La jeune femme a été immédiatement interpellée sans complication par la gendarmerie.