Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Inda - Pakistan : Marcher pour la paix

Inda - Pakistan : Marcher pour la paix

jeudi 8 juin 2017, par siawi3

Source : http://altermondes.tmp37.haisoft.net/spip.php?article114

Juin 2005
(Archives)

Marcher pour la paix

Harsh Kapoor

En Inde et au Pakistan, les citoyens se mobilisent pour la paix. (1)

Depuis la partition de 1947, l’Inde et le Pakistan sont en situation de conflit, marquée par de fortes tensions principalement à propos du Cachemire. En 2003, une détente fragile s’est amorcée entre les deux puissances. Elle s’est traduite, au niveau gouvernemental, par une caravane de la paix (Cf. Encadré) et, du côté de la société civile, par l’émergence et le renforcement de mouvements pacifistes au sein des deux pays. Point d’orgue de la mobilisation : une marche citoyenne pour la paix qui, du 23 mars au 11 mai, a relié Delhi (Inde) à Multan (Pakistan). Karamat Ali (PILER (2)), l’un des coorganisateurs de la marche, nous relate cette expérience.

Pad Yatra

Tout commence en 1994. La création du Forum Indo-Pakistanaise pour la paix et la démocratie (PIPFPD (3)) marque la naissance d’une véritable plate-forme citoyenne. Sept grands rassemblements sont organisés mais leur l’impact reste limité, surtout vis-à-vis des populations les plus démunies.
« Construire la paix et normaliser les rapports entre l’Inde et le Pakistan est un travail considérable » rapporte Karamat Ali. Il n’en demeure pas moins que le besoin de développer un mouvement basé sur les masses populaires est urgent. Il faut impliquer les citoyens indiens et pakistanais dans un dialogue direct. C’est ainsi que naît l’idée de la Pad Yatra, la longue marche.
Une marche pacifiste à laquelle serait associée une grande campagne de signatures demandant : la signature d’un pacte de paix entre les deux gouvernements, la résolution du conflit du Cachemire, la dénucléarisation de Sud de l’Asie ainsi que la fin de la montée de l’intolérance religieuse et du fondamentalisme.

Mille kilomètres.

"La marche a couvert une distance de plus de 1000 km, en une cinquantaine de jours, et permis de sensibiliser des centaines de personnes, en établissant un dialogue lors des haltes pour déjeuner ou pour dormir". Des informations concernant les objectifs de la marche avaient, par ailleurs, été diffusées au préalable sur le parcours emprunté.
Côté indien, la première partie de la marche s’est déroulée normalement entre Delhi et Wagha (ville indienne à la frontière du Pakistan). Plus de 6000 signatures ont été recueillies le long du parcours. Côté pakistanais, les choses furent plus compliquées. "Le gouvernement pakistanais n’ayant accordé des visas que pour les villes de Lahore et de Multan, nous avons dû poursuivre la marche en voiture, faisant six escales sur la route" rapporte Karamat Ali. Souvent encadrées par la police, les haltes et étapes se sont bien déroulées. Les manifestants ont été bien accueillis par la société civile voire même parfois par les représentants locaux.
La marche citoyenne s’est terminée le 11 mai. Elle a aussitôt été relayée par une campagne baptisée "Non ! Non !". "L’objectif de cette nouvelle mobilisation est de rassembler 10 millions de signatures indiennes et pakistanaises pour faire pression sur les gouvernements afin qu’ils réaffectent l’argent consacré au budget d’armement aux secteurs de l’éducation et de la santé". Pakistan Peace Coalition, Coalition for Nuclear Disarmament and Peace (Inde), les syndicats et les ONG se sont joints à cette campagne. Plus que jamais la paix est en marche.

(1) Plus d’information : http://march4peace.blogspot.com
(2) Pakistan Institute for Labour Education and Research
(3) Pakistan India People’s Forum for Peace and Democracy - http://www.pipfpd.org