Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > UK : Attentats en série, communautarisme, laïcité

UK : Attentats en série, communautarisme, laïcité

mardi 6 juin 2017, par siawi3

Source : http://russeurope.hypotheses.org/6070

Londres de choc

par Jacques Sapir ·

Publication 4 juin 2017 · Mis à jour 4 juin 2017

Une attaque terroriste vient d’endeuiller Londres dans la soirée du 3 juin. Une de plus, une de trop. Cette attaque vient après la bombe qui a explosé à Manchester, après une autres attaque sur Londres il y a de cela quelques semaines, au mois de mars, après celles de Nice, du Bataclan, et sans oublier l’assassinat du Père Hamel en France ; ces attaques ont été trop nombreuses, trop multiples, pour que l’on en tienne une comptabilité précise. Oui, une de plus, une de trop.

Mais, peut-être que quelque chose va changer. Theresa May, Premier-ministre britannique, a déclaré aujourd’hui « trop, c’est trop ». Elle a dénoncé le terrorisme islamiste, même si cette dénonciation est encore imparfaite. Elle a aussi déclaré que le Royaume-Uni ne devait plus tolérer l’extrémisme et que son pays s’était montré sans doute trop tolérant, notamment en acceptant le communautarisme. Le point est important ; il est même capital. Le communautarisme est en effet bien ancré dans la culture politique britannique, au point qu’il était devenu la marque de « l’intégration » à l’anglaise. Ne parlait-on pas, à propos de certains quartiers de Londres où sévissent des tribunaux religieux, de « Londonistan » ? Selon Theresa May, le temps est venu d’avoir des « conversations difficiles et embarrassantes ». Autrement dit de rappeler à tous qu’il ne peut y avoir qu’une loi dans un pays, et que cette loi s’applique à tous. Autrement dit de rappeler que, dans une société humaine, la loi des hommes, aussi imparfaite qu’elle puisse être, est la règle collective, et que ce que l’on pense être une « loi de Dieu » ne peut s’appliquer qu’à soi-même.

Il est tragique qu’il ait fallu tant de morts, tant de désastres, pour que l’on comprenne cette évidence. Il est tragique qu’en France même certains s’obstinent à toujours ne pas le comprendre et ramènent la question de la laïcité à celle de la liberté de conscience. Car, c’est bien de la laïcité qu’il s’agit. Et avec elle, c’est la condamnation du multiculturalisme non pas comme constat, car nous pouvons tous venir de cultures plus ou moins différentes, mais comme projet politique organisant l’espace public.

Il faut donc, ici, rappeler – toujours et sans cesse – des évidences. La culture politique ne saurait être multiple, car cette culture constitue le langage commun qui soude une communauté d’être humains et la constitue en « peuple ». Ce langage commun, fait de règles, d’habitudes, de coutumes, mais aussi de ruptures induites par des luttes, que ce soit celles pour les droits démocratiques, de 1789 à l’émancipation des femmes, ou qu’il s’agisse de celles pour des droits sociaux, est la coagulation de l’histoire de ce dit « peuple ». C’est pourquoi aucune culture politique n’est identique. Appartenir à un peuple c’est, au-delà des formalités administratives, décider de faire sienne cette culture politique, au-delà des questions ethniques et religieuses.

La constitution de cette culture politique implique pour le croyant, quel qu’il soit, de reconnaître qu’il ne peut y avoir de parti politique de Dieu, que la question de la foi est une question qui relève de l’intime, du fait personnel[1]. Cela va bien au-delà de la liberté de conscience, qui, elle, ne reconnaît que le fait que l’on ait le droit de penser ce que l’on veut. Et, de ce point de vue, la confusion qu’avait établie François Hollande en 2015 entre liberté de conscience et laïcité, fut une erreur grave. La laïcité, car, une fois encore, c’est d’elle qu’il s’agit, ce n’est pas la loi de 1905 en France, qui n’est qu’une loi de pacification entre l’Etat et l’Eglise Catholique. C’est une attitude générale qui revient à distinguer ce qui relève de la sphère publique et ce qui relève de la sphère privée[2].

En cela, la déclaration de Theresa May est importante. On a que trop dit que le terrorisme était en France le « produit de la laïcité ». Imposture et mensonge manifeste qui ont été proféré par soit des ignorants soit des complices, qu’ils soient « idiots utiles » ou complices actifs, des terroristes qui ont frappé et tué. On n’a que trop opposé la pratique britannique, qui s’était construite au cours des années et des siècles, autour de la notion de « communautarisme » à la pratique française qui, à juste raison, répudiait cette notion.

Par sa déclaration, Theresa May reconnaît l’impasse à laquelle conduit la tentative de constituer le communautarisme comme projet politique. Il y a là quelque chose que devrait entendre notre Président de la République, Emmanuel Macron, qui se refuse à nommer clairement l’ennemi et qui cautionne, par sa tolérance aux pratiques de clientélisme, le déploiement sournois de pratiques multiculturalistes qui aboutissent non seulement à des contradictions au niveau de notre Droit civil, mais qui constituent en réalité le terreau dont se nourrit la radicalisation et le terrorisme.

Il convient donc de lutter, que ce soit par des moyens sécuritaires, en démantelant les réseaux, expulsant ou assignant à résidence ceux qui directement ou indirectement incitent au crime, ou que ce soit dans notre Droit civil en combattant les pratiques et les attitudes qui sont des vitrines publicitaires pour cette idéologie terroriste. Car, dans le contexte actuel, certains gestes qui seraient dans un autre contexte anodin, sont des gestes politiques, et ils doivent être combattus comme tels.

Comprendre cela ne nous garantira pas contre d’autres attentats, d’autres drames. Mais, cela nous permettra de lutter, de passer d’une attitude doloriste à une attitude de combat, et de progressivement éradiquer le terrorisme et ses causes. Ne nous faisons aucune illusions : c’est un combat de longue haleine, et il n’y a pas de solution miracle et instantanée. C’est un combat politique tout autant que militaire. Mais, c’est un combat que nous n’avons pas d’alternative que de gagner.

[1] Voir Boudin B. et Sapir J., Souveraineté, Nation, Religion, Paris, Le Cerf, 2017.

[2] J’ai expliqué tout cela dans Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Editions Michalon, 2016.

°°°

Source : https://www.reuters.com/article/us-britain-security-facebook-idUSKBN18V0ZQ?utm_source=twitter&utm_medium=Social

Sun Jun 4, 2017 | 2:48pm EDT

After London attack, Facebook says aims to be ’hostile environment’ for terrorists

Facebook said it wanted to make its social media platform a "hostile environment" for terrorists in a statement issued after attackers killed seven people in London and prompted Prime Minister Theresa May to demand action from internet firms.

Three attackers rammed a hired van into pedestrians on London Bridge and stabbed others nearby on Saturday night in Britain’s third major militant attack in recent months.

May responded to the attack by calling for an overhaul of the strategy used to combat extremism, including a demand for greater international regulation of the internet, saying big internet companies were partly responsible for providing extreme ideology the space to develop.

Facebook on Sunday said it condemned the London attacks.

"We want Facebook to be a hostile environment for terrorists," said Simon Milner, Director of Policy at Facebook in an emailed statement.

"Using a combination of technology and human review, we work aggressively to remove terrorist content from our platform as soon as we become aware of it — and if we become aware of an emergency involving imminent harm to someone’s safety, we notify law enforcement."

May has previously put pressure on internet firms to take more responsibility for content posted on their services. Last month she pledged, if she wins an upcoming election, to create the power to make firms pay towards the cost of policing the internet with an industry-wide levy.

Twitter also said it was working to tackle the spread of militant propaganda on its website.

"Terrorist content has no place on Twitter," Nick Pickles, UK head of public policy at Twitter, said in a statement, adding that in the second half of 2016 it had suspended nearly 400,000 accounts.

"We continue to expand the use of technology as part of a systematic approach to removing this type of content."

(Reporting by William James in London and Dion Rabouin ; Editing by Alistair Smout and Ralph Boulton)