Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Allemagne : La mosquée libérale de Berlin n’est pas du goût de la (...)

Allemagne : La mosquée libérale de Berlin n’est pas du goût de la Turquie

samedi 24 juin 2017, par siawi3

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/la-mosquee-liberale-de-berlin-n-est-pas-du-gout-de-la-turquie_1920971.html

La mosquée libérale de Berlin n’est pas du goût de la Turquie

Par LEXPRESS.fr avec AFP

publié le 23/06/2017 à 15:55 , mis à jour à 17:26

Photo : Hommes et femmes font prière commune à la mosquée libérale Averroès-Goethe de Berlin, le 16 juin 2017. REUTERS/Hannibal Hanschke

Les autorités religieuses turques ont estimé que la nouvelle mosquée de Berlin, où hommes et femmes prient ensemble, était incompatible avec les principes de l’islam.

Inaugurée il y a tout juste une semaine, la mosquée libérale de Berlin Averroès-Goethe suscite une polémique avec la Turquie. Accueillant indifféremment sunnites et chiites, permettant aux hommes et aux femmes de prier ensemble, l’institution fondée notamment par une avocate d’origine turque, Seyran Ates, s’est attirée les foudres de la Diyanet, l’Autorité religieuse en Turquie.

"Les principes fondamentaux de notre grande religion ont été balayés", a dénoncé dans un communiqué publié mardi soir la Diyanet. "Les pratiques qui ne sont pas compatibles avec les sources fondamentales de la connaissance de l’islam, les principes du culte, la méthodologie et l’expérience héritée de plus de 14 siècles ne sont rien d’autre qu’une tentative d’altérer la religion", a-t-elle accusée.

L’Allemagne défend la liberté de culte

Cette autorité jouit d’une influence importante auprès d’une partie de la communauté turque d’Allemagne, où elle gère quelque 900 mosquées et associations à travers sa branche locale, le Ditib. Pour le gouvernement allemand, son intervention est tout à fait malvenue, car elle remet en cause le droit d’exercer librement sa religion ainsi que la liberté d’expression. "J’ai été très surpris mais aussi honnêtement assez affecté", a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, "la liberté de culte est un droit fondamental inscrit dans la Constitution."

C’est un nouveau motif de dispute entre l’Allemagne d’Angela Merkel et la Turquie de Recep Tayyip Erdogan, d’autant que la Diyanet accuse aussi la mouvance du prédicateur Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau du putsch manqué en Turquie en juillet 2016, d’avoir inspiré ce projet. Une accusation qu’elle n’a étayée d’aucune preuve, et dont Seyran Ates se défend.
Une implantation difficile dans le quartier

La petite communauté qui a fondé ce nouveau lieu de culte affirme qu’elle ne trouvait pas sa place dans les moquées conservatrices d’Allemagne et souhaitait réunir en un seul lieu tous les courants de l’islam.

Depuis son ouverture dans un quartier qui a abrité par le passé des mosquées salafistes, ses fondateurs ont fait l’objet de menaces de mort, de commentaires haineux et d’insultes, en particulier sur internet.