Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Resources > La laïcité pour 2017 et au-delà - De l’insoumission à l’émancipation

La laïcité pour 2017 et au-delà - De l’insoumission à l’émancipation

Book Review

lundi 26 juin 2017, par siawi3

Source : CREAL76
Combat Laïque 76 N° 65 - Juin 2017 - Page 9

2.05.17

François Cocq & Bernard Teper : La Laïcité pour 2017 et au-delà : de l’insoumission à l’émancipation.
Étival-lès-Le Mans : É. Jamet, 2016. (Penser et agir). 8 €

Ce livre se veut un acte militant. Il affirme que la laïcité n’est pas neutre et qu’elle engage un modèle politique. Modèle politique nécessaire et urgent : « les années qui viennent verront soit des communautés s’affronter soit le peuple se refonder » disent les auteurs.

La laïcité est aujourd’hui un champ de bataille où règne la confusion. Cocq et Teper présentent la laïcité comme une boussole politique. Ils défendent un projet républicain et démocratique. Pour eux, la laïcité fait valoir l’esprit public et l’intérêt général. Elle se fonde sur l’universalité du peuple comme corps politique des citoyens libres et égaux en droits. Leur livre montre combien démocratie et laïcité sont liées historiquement et politiquement.
Ils se définissent comme des continuateurs de la gauche ouvrière et laïque des XIXe et XXe siècles.

Des combats sont à recommencer. Aujourd’hui le retrait des services publics, l’affaiblissement d’un cadre social protecteur, les politiques clientélistes et les pratiques mafieuses offrent un terreau favorable aux communautarismes. « La laïcité, disent les auteurs, a vocation à s’imposer comme l’antidote intellectuel et politique de deux maux : l’individualisme égoïste et le communautarisme grégaire ». Mais combattre ne signifie pas mettre en place une laïcité coercitive. Ce n’est pas ainsi qu’on fera reculer les intégrismes religieux.

Le livre est clair sur la réplique à donner à l’offensive politique de l’islamisme. Cette lutte concerne tous les démocrates car l’islamisme considère la souveraineté du peuple comme une idole à abattre. Cependant cette réponse ne peut passer par une ingérence dans la bataille théologique et politique qui se mène au sein de l’islam.
Il est nécessaire de mener un dialogue avec les religions pour imposer le cadre républicain. La séparation laïque des Églises et de l’État n’est jamais acquise, mais ne peut se décréter. Sa mise en œuvre dépendra toujours d’une volonté démocratique et d’un combat idéologique au sein des religions et hors d’elles. (L’ouvrage cite l’exemple important des catholiques favorables au mariage homosexuel malgré la pression des Manifs dites pour tous)

L’école, l’éducation, la recherche sont d’autres lieux ou flambe la bataille laïque. Les auteurs démontent les thèses des partisans de la « laïcité ouverte et inclusive ».
Cocq et Teper notent que les partisans de la laïcité adjectivée oublient que la séparation de l’Église catholique et de l’école publique a précédé la séparation des Églises et de l’État, négligent la mise à mal de l’école publique et de la recherche publique par l’ultralibéralisme, n’ont pas digéré la loi du 15 mars 2004 (dite sur le port du voile) parce que ce texte signifie que l’école publique est un lieu qui n’est pas comparable à l’espace public de la rue, concentrent aujourd’hui leurs forces contre l’université qu’ils rêvent de communautariser. Ils sont d’ailleurs en phase avec les Islamistes pour y imposer une présence et une pression maximales.

Tous ces courants politiques veulent accréditer l’idée que la laïcité de l’enseignement public ne concernerait que les personnels par opposition aux usagers qui ne seraient pas concernés : ils seraient des consommateurs de sciences, des usagers de connaissances.
Or « l’activité publique d’enseignement et de recherche » a un besoin vital de distance critique et de complète liberté de la pensée c’est-à-dire de laïcité.
Dans leur livre François Cocq et Bernard Teper déclarent haut et clair que la laïcité est un principe politique d’émancipation et donnent des raisons et des moyens pour le faire vivre.

La Laïcité pour 2017 et au-delà est à lire avec attention et à diffuser sans modération.